CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Le gouvernement britannique prend ses distances avec Office

Posted by CercLL sur 11 septembre 2015

Le gouvernement britannique poursuit sa transition vers des formats libres pour ses documents initiée en 2014 et publie plusieurs guides détaillant les spécificités du format ODF, un format de document ouvert pour les applications bureautiques.

En 2014, le gouvernement britannique avait fait part de son intention de migrer ses administrations vers le format Open Document format, un format ouvert initié par OpenOffice et depuis standardisé. Une décision prise au grand dam de Microsoft qui pèse de tout son poids pour convaincre les administrations de continuer à s’appuyer sur Office et ses solutions propriétaires. Le gouvernement enfonce aujourd’hui le clou et publie 18 guides à destination des administrations, afin de les accompagner dans leur transition vers les nouveaux formats ouverts choisis pour l’administration.

Ces différents guides couvrent plusieurs aspects liés au choix de ce nouveau format et prend la forme de plusieurs FAQ dédiées à différents sujets. On retrouve ainsi des considérations portant sur les plateformes supportant ODF, ainsi que les logiciels pro qui prennent en compte le format ouvert, mais aussi des guides centrés sur la sécurité et la protection des données personnelles ou encore les extensions et plugins compatibles.

Un gain financier? La question reste ouverte

Microsoft appréciera, le gouvernement britannique a également compilé un guide résumant le gain financier occasionné par une telle migration, document qui s’appuie notamment sur différents exemples à l’étranger pour montrer l’intérêt des administrations à basculer vers ce type de format.

De son côté, Microsoft agite l’exemple de la ville italienne de Pesaro, qui a récemment fait le choix de revenir aux solutions Office 365 en s’appuyant sur une étude démontrant que cette solution est économiquement moins lourde pour la municipalité que de recourir à des solutions open source.

Des économies justifiées selon les auteurs de l’étude par les nombreux problèmes rencontrés par les administrateurs systèmes lors du déploiement des solutions libres sur l’ensemble des postes, qui les a poussés à choisir de conserver un mix des deux technologies. Un partout, la balle au centre, mais le gouvernement britannique semble bien décidé à franchir le pas.

Source zdnet.fr

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :