CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Linus Torvalds : « Le desktop n’a pas été vraiment conquis »

Posted by CercLL sur 13 avril 2016

image dediée
 

C’est un sujet récurrent : quand Linux lancera-t-il vraiment une invasion sur les machines de bureau ? Beaucoup ont l’impression que l’ensemble du projet – qui n’était au départ qu’une création de Linus Torvalds pour ses propres besoins – n’a jamais dépassé le succès d’estime puisqu’on ne le voit presque « nulle part ». Tout dépend en fait où on regarde, et surtout ce que l’on appelle Linux.

Parle-t-on de noyau ou bien de système entier ? Linux, au départ, est bien un noyau, pas un système. De ce point de vue, sa réussite est plus que concrète. Il n’y a qu’à regarder du côté des appareils mobiles, où Android règne en maître. Au centre de la plateforme mobile de Google, c’est bien un noyau Linux. Il a été modifié selon les besoins de la firme de Mountain View, mais c’est bien là l’avantage principal de tout ce qui touche au libre : l’adaptation et la personnalisation.

Loin des yeux, proche du coeur

Des produits comme ChromeOS et FirefoxOS reprennent eux aussi un socle Linux, et on sait que différentes distributions ont un vrai succès dans les environnements serveurs. Mais il reste un domaine dans lequel Debian, Ubuntu, Fedora et les autres n’arrivent décidément pas à percer, et c’est bien le « desktop ». L’ordinateur de monsieur tout le monde, les postes de travail en entreprise, bref, ces centaines de millions d’unités centrales où Microsoft dispose d’une part de marché écrasante.

Pourquoi une telle absence ? On pourrait sans doute débattre sur de longs chapitres des forces et des faiblesses de chaque système, des stratégies commerciales, des contrats qui permettent à Microsoft de fournir Windows aux OEM depuis bien longtemps ou plus simplement de la très forte inertie des habitudes. Mais on retiendra globalement que s’il est « simple » de remporter un succès technique, plaire visuellement est une autre paire de manche. Microsoft l’a d’ailleurs appris à ses dépens avec Windows 8.

Linus Torvalds est loin d’en avoir fini avec Linux

Avec un noyau Linux qui fêtera en août ses 25 ans, qu’en est-il alors de la vieille ambition d’atteindre le desktop ? Linus Torvalds, récemment interviewé par CIO, ne se voile pas la face : « Le desktop n’a pas été vraiment conquis comme Linux l’a fait dans bien d’autres domaines, mais si je regarde ma propre utilisation, mon bureau est bien meilleur que je ne l’aurais jamais imaginé. »

Torvalds, célèbre pour ses colères quand le travail n’avance pas comme il le souhaite, semble en fait estimer qu’il a une part de responsabilité dans l’état actuel : « Je suis connu pour ne pas être poli avec les gens qui s’occupent des interfaces des bureaux, parce que je veux que mon travail soit fait. « Joli » n’est pas ma préoccupation principale. Je suis en fait très satisfait avec le bureau Linux, j’ai commencé le projet pour mes propres besoins, qui sont complètement couverts. C’est pourquoi, pour moi, ce n’est pas un échec. J’adorerais évidemment que Linux envahisse ce monde aussi, mais il s’avère que c’est un domaine très difficile à conquérir. Je travaille toujours dessus. Cela fait 25 ans. Je peux le faire encore pendant 25 ans. »

« Je dis toujours que je ne sais pas où en sera Linux »

Linus Torvalds ne code plus lui-même depuis un certain temps. Comme il l’indique dans l’interview, il s’occupe essentiellement de supervision. Il n’a pas réellement de plans pour l’avenir, indiquant qu’il n’a de prévisions que pour les « 24 prochaines minutes ». Il ajoute : « Je dis toujours que je ne sais pas où en sera Linux. La seule chose dont je me préoccupe, c’est de faire le maximum sur une journée. Si vous vous occupez des détails, je pense que la vision générale suit. » Un avis d’ailleurs illustré par le fonctionnement du noyau, dont les différentes versions mettent simplement en avant ce qui est prêt à ce moment.

Le fait est que parler de « bureau Linux » est en soi imprécis. Il en existe de nombreux, dont les deux plus connus, KDE et GNOME, sont la plupart du temps visibles sur toutes les distributions les plus populaires. On en trouve de nombreux autres, comme Xfce, MATE et Cinnamon, et chaque équipe de développement poursuit sa propre vision. On retrouve ici la principale force et la principale faiblesse du logiciel libre : chacun peut faire ce qu’il veut, entrainant simultanément un riche foisonnement de projets et un éclatement des ressources et des développeurs disponibles.

Les interfaces, ce domaine à part

Ce n’est pourtant pas faute de voir dans les plus gros projets des améliorations significatives et de vraies forces qui s’affirment avec le temps. De nombreux environnements ont joué la carte de la ressemblance avec Windows pour appâter l’utilisateur. Après tout, si l’interface se pilotait de la même façon, il y aurait forcément des transfuges. Mais la réalité est beaucoup plus complexe que ça. KDE et GNOME, notamment, ont abandonné progressivement cette idée, évoluant vers des ergonomies nettement plus distinctes.

La vérité est qu’une interface, prise dans son sens le plus large, réclame un travail titanesque. Des sociétés comme Apple, Google ou Microsoft y investissent des budgets colossaux, car elles savent que les produits qu’elles proposent auront beau permettre une meilleure productivité, ils ne seront pas utilisés si l’interface ne plait pas. Ce point particulier donne lieu à une véritable guerre des styles graphiques notamment, Apple jouant toujours de la sobriété, Google avec son Material Design et Microsoft avec un Metro ayant depuis largement évolué. Quand on sait qu’une seule police comme San Francisco chez Apple ou Calibri chez Microsoft réclament parfois plusieurs années de travail, on a une idée du chemin à accomplir.

« Nous avons fait un peu de tout »

Linus Torvalds, en tout cas, ne propose pas de solution en la matière. Il n’est clairement pas pour une unification des ressources autour de projets centraux, et compte bien sur une prolongation de l’état actuel : « Beaucoup de personnes ont eu une vision, mais elles sont complètement différentes. Les gens savent où ils veulent emmener Linux, mais il n’existe aucun plan cohérent et c’est, je pense, ce qui a fait de Linux un système assez bien équilibré. Parce que personne n’a dit : voici la direction, et nous allons la suivre, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Nous nous sommes simplement étendus et nous avons fait un peu de tout. »

Rappelons tout de même que Linux, dans sa globalité, est évidemment un succès. Il a beau être pour certains loin des yeux, il est pourtant souvent présent en arrière-plan. D’ailleurs, si sa présence était indétectable, Microsoft n’aurait pas décidé de travailler avec Canonical pour intégrer dans Windows 10 un sous-système Linux capable, entre autres, de faire fonctionner Bash.

Source nextinpact.com

bouton_web_soutien_88x31

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :