CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Visioconférence

  • Languages Disponibles

  • Richard Stallman

  • Le Logiciel Libre

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Mobilizon Chapril

  • Chapril Mumble

  • Articles récents

  • Le Manchot

  • Écoutez

  • Lsdm liste des Gulls

  • Toolinux

  • Mastodon CercLL

  • Méta

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 84 937 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 223 autres abonnés

  • RSS CERCLL

  • Archives

Archive for 29 août 2016

« Linux : 25 ans, toujours libre, toujours gratuit et toujours plus passionnant »

Posted by CercLL sur 29 août 2016

Linux a 25 ans et tout le monde y va de sa plume pour fêter cet anniversaire. Ralf Flaxa, président ingénierie de SUSE, retrace l’histoire et envisage le futur de Linux dans une tribune libre.

23216linux2501-c3470

Le 25 août 2016 marque un quart de siècle depuis que Linus Torvalds a annoncé la naissance d’un nouveau système d’exploitation. A l’époque, il ne voyait dans ce nouvel OS qu’« un simple hobby », ayant vocation à être gratuit et ouvert, sans ambition majeure ni professionnelle.

25 ans plus tard, cet OS, baptisé Linux par un collègue de l’inventeur, a été porté sur davantage de plateformes matérielles que tout autre système d’exploitation.

Alors comment et pourquoi Linux est-il passé du rang de « simple hobby » à celui d’OS affichant la plus forte progression au monde ?

Des débuts modestes

Pour les étudiants en informatique des années 80 et du début des années 90, le système d’exploitation de prédilection était UNIX. Rares étaient ceux à s’en plaindre au départ car cet OS était puissant et offrait des fonctions alors inconnues de Windows, telles que le multitâche. Cependant, il n’était pas gratuit, de sorte que les étudiants ne pouvaient pas l’utiliser chez eux. Minix était la seule alternative disponible à l’époque mais il ne s’agissait que d’un OS de petite envergure, principalement conçu pour l’enseignement de l’informatique.

Minix fonctionnait sur un système Atari mais, avec le lancement par Intel du processeur 80386 (configuration minimale requise par Linux), les ordinateurs domestiques exploitant une variante d’UNIX devinrent abordables pour les étudiants.

Linus Torvalds a décidé de créer son OS gratuit afin que les étudiants que nous étions puissent travailler à la maison sur leur PC, sans avoir à pâtir des limitations de Minix ni du coût d’UNIX.

Un intérêt initial

Ce nouveau système d’exploitation a suscité un intérêt dès le départ. Il n’avait derrière lui ni grande équipe ni gestionnaire de projet, mais le choix fait par Linus Torvalds de le rendre disponible gratuitement d’emblée se révéla très judicieux. Linux gagna ainsi rapidement les faveurs des programmeurs du monde entier. Des étudiants et des passionnés entreprirent de le déboguer et d’enrichir ses fonctionnalités, sans autre motivation que de créer un fantastique OS.

Il ne fallut pas longtemps pour que certaines revues consacrées à UNIX, à l’instar de IX en Allemagne, aient vent du nouvel OS. La publication des premiers articles sur Linux éveilla l’intérêt des entreprises. Celles-ci y virent le potentiel d’un système aussi puissant qu’UNIX mais gratuit et ouvert par nature, et les plus clairvoyantes d’entre elles commencèrent à aider des étudiants à poursuivre son développement.

Alors que les entreprises continuent de s’investir de plus en plus dans l’histoire de Linux, Linus Torvalds reste toujours intéressé avant tout par la technologie proprement dite, et non par les affaires ou la politique. Aujourd’hui encore, il n’accepte aucune modification qui ne réponde à certains critères techniques, quand bien même viendrait-elle du Président des Etats-Unis ! Souhaitant que le noyau de Linux soit le plus performant possible, il n’admet que le code source allant dans ce sens.

Linux en entreprise

Dès les prémices de Linux, les entreprises espéraient qu’il leur permettrait de bénéficier d’UNIX gratuitement. C’était pourtant encore loin d’être le cas : Linux n’était pas assez robuste et beaucoup de travail restait à accomplir.

Les entreprises étaient désireuses d’étendre et d’adapter leurs systèmes internes, ce qui était difficile pour Windows et UNIX. Par nature, il s’agit de systèmes fermés et rigides, peu à même de répondre à des besoins sortant de l’ordinaire. La dépendance vis-à-vis d’un seul fournisseur représentait également un problème pour les entreprises prisonnières de systèmes UNIX et Windows coûteux.

La situation changea du tout au tout avec la disponibilité de Linux sur d’autres plateformes matérielles que le seul PC, notamment DEC Alpha. Dès lors, Linux devint viable sur le plan commercial et les entreprises purent adopter avec efficacité cette technologie en lieu et place d’UNIX ou de Windows.

Linux changea de statut lorsque les premiers grands équipementiers lui apportèrent leur soutien sans réserve. Sur le plan matériel, l’investissement de 1 milliard de dollars par IBM en est un bon exemple tout comme, sur le plan logiciel, le portage sous Linux du gestionnaire de bases de données Oracle ou des applicatifs SAP.

Au service de la transformation numérique

En dehors de l’aspect technologique, il importe aussi de se pencher plus généralement sur les raisons commerciales de l’essor de Linux.

La transformation numérique impacte aujourd’hui profondément les entreprises et leurs infrastructures informatiques. Le volume croissant de données produites par les entreprises et les consommateurs génère un marché particulièrement porteur pour les applications analytiques critiques.

En conséquence de cette évolution, de nombreuses entreprises font migrer leurs données dans le cloud afin de réduire leurs coûts et de rendre leur infrastructure informatique plus efficace. Dans ce contexte, les solutions Linux sont à même d’apporter fiabilité et sécurité, ce qui conduit de nombreux prestataires cloud tels que AWS ou Microsoft Azure de les utiliser dans leurs datacenters.

Dans un avenir proche, Linux sera omniprésent dans les entreprises pour le déploiement d’applications Internet ou le stockage de données. Ses avantages sont clairs : en raison de l’intérêt qu’il rencontre parmi une communauté grandissante de développeurs, ses mises à jour sont plus rapides que celles des logiciels propriétaires et les failles de sécurité sont colmatées promptement.

Linux au quotidien

De par sa valeur intrinsèque, Linux s’est imposé comme l’OS de choix pour l’entreprise. Pour ce qui concerne le grand public, la plupart d’entre nous y ont affaire au quotidien sans le savoir.

Vous conduisez une BMW ? Vous utilisez Linux tous les jours, que ce soit pour la navigation ou encore le système de divertissement embarqué. Un téléphone mobile Android ? Là encore, vous vous servez de Linux quotidiennement car Android s’appuie sur le noyau Linux, sa maintenance étant assurée par Google. De nombreux autres équipements connectés fonctionnant sous Android font également appel à Linux.

Linux a ainsi envahi toutes les technologies que nous utilisons dans la vie quotidienne, qu’il s’agisse des routeurs sans fil, des box Internet, des superordinateurs ou encore des TV connectées.

Linux de nos jours

En 2016, Linus Torvalds est toujours aux commandes mais avec à ses côtés une armada qui l’aide à poursuivre l’aventure Linux, différentes équipes étant chargées de la maintenance de chaque sous-système et de gérer l’incroyable quantité de codes.

Chaque contribution ou modification doit être propre et élégante, sous peine d’être rejetée par Linus Torvalds et ses collaborateurs. La pureté du système qu’assure cette approche est sans conteste l’atout numéro un de Linux.

Ces standards et principes essentiels d’ouverture et de gratuité du code source constituent les valeurs qui ont séduit de nombreux développeurs au départ. Désormais, ils garantissent aux entreprises et aux utilisateurs une protection de leur investissement sur le long terme. Aussi, le flux continu d’intégration, d’amélioration et de collaboration internationale engendré par Linux garantit la poursuite de son succès dans les années à venir.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés sur « Linux : 25 ans, toujours libre, toujours gratuit et toujours plus passionnant »

Mozilla prend position pour une réforme de la loi européenne sur les droits d’auteur

Posted by CercLL sur 29 août 2016

Mozilla a lancé une pétition– et prévoit une série de vidéos pédagogiques – afin de remettre au goût du jour une loi européenne que la Fondation juge « obsolète » sur les droits d’auteur.

Le communiqué :

Internet est une plateforme sans précédent moteur d’innovation, d’opportunité et de créativité. C’est ici que les artistes créent, que les développeurs et entrepreneurs construisent des technologies [game-changing], que les éducateurs et chercheurs font avancer les progrès, et que le grand public vit sa vie.

Internet apporte de nouvelles idées au quotidien, et aide à améliorer les idées déjà présentes. C’est pour cela que nous avons besoin de lois protégeant et conservant précieusement internet comme une plateforme ouverte et collaborative.

Cependant, au sein de l’Union Européenne, certaines lois semblent ne pas avoir eu le mémo. Le cadre légal en matière de droits d’auteur est obsolète. Il réduit fortement le champ des possibilités et empêche – voire dans certains cas, interdit légalement – artistes, développeurs et autres internautes de créer et innover en ligne. Ce cadre a été établi avant qu’Internet ne change notre façon de vivre. Par conséquent, ces lois ne sont pas en accord avec la vie telle qu’on la connait au XXIe siècle. Voici quelques exemples de lois obsolètes au sein de l’Union Européenne en matière de droits d’auteur :

Il est illégal de partager une photo de la Tour Eiffel illuminée de nuit. Ces illuminations sont soumises aux droits d’auteur, et les touristes ne disposent pas de l’autorisation des artistes.
Dans certains pays de l’Union Européenne, créer un meme est techniquement illicite. Il n’y a pas d’exception à l’échelle européenne.
Toujours dans certains pays de l’Union Européenne, les enseignants ne peuvent pas vision diffuser de films à leur classe ou partager des contenus destinés à l’éducation en salle de lasse à cause d’une loi restrictive en matière de droits d’auteur.

Il est temps que nos lois suivent le rythme des technologies. C’est maintenant que nous devons faire la différence. Cet automne, la Commission Européenne prévoit de réformer le cadre européen des droits d’auteur.

Mozilla en appelle à la Commission Européenne pour décréter cette réforme, et invite les citoyens à en faire de même. Aujourd’hui, Mozilla lance une campagne visant à faire entrer la loi sur les droits d’auteur dans le XXIe siècle. Les citoyens peuvent lire et signer la pétition de Mozilla en cliquant ici. En ajoutant son nom, trois grandes réformes sont soutenues :

Adapter la loi européenne sur les droits d’auteur au XXIe siècle

Les droits d’auteur peuvent être essentiels lorsque l’on souhaite promouvoir l’éducation, la recherche et la créativité – encore faut-ils qu’ils ne soient pas dépassés et excessivement restrictifs. Les lois européennes actuelles sur les droits d’auteur ont été votées en 2001, avant que les smartphones ne soient présents dans les poches de tout le monde. Il faut mettre à jour et harmoniser les règles afin de pouvoir bricoler créer, partager et apprendre sur Internet. Education, parodie, panorama, remixes et décryptages ne devraient pas être illicites.

Intégrer ouverture et flexibilité afin d’encourager l’innovation et la créativité

La technologie évolue rapidement, et les lois ne peuvent pas suivre le rythme. C’est pourquoi ces lois doivent anticiper ces évolutions, et donc être conçues pour rester pertinentes même après 5, 10 ou 15 ans. Il faut autoriser que de nouveaux usages soient faits de créations soumises aux droits d’auteur afin de favoriser la croissance et l’innovation. Il faut capitaliser sur la flexibilité de la loi

– par exemple par le biais d’une exception spécifique aux contenus générés par les utilisateurs, et une clause telle qu’une norme ouverte, un échange équitable – afin de permettre aux internautes de développer et améliorer le Web.

Ne pas laisser Internet s’effondrer

Un aspect essentiel faisant d’Internet une ressource incroyable réside dans le principe d’innovation sans permission – n’importe qui, n’importe où, peut créer et s’adresser à un public sans que qui que ce soit se mette en travers de son chemin. Cependant, ce principe clé est menacé. Certaines personnes souhaitent mettre en place des frais de licence et autres restrictions auprès d’entreprises Web pour des choses basiques telles que la création d’hyperliens ou la mise en ligne de contenus. D’autres veulent que de nouvelles lois autorisent de surveiller et filtrer les contenus en ligne. Ces changements établiraient des gardiens et barrières en ligne, et risquent donc d’ébranler Internet entant que plateforme génératrice de croissance économique et de liberté d’expression.

Mozilla défend la notion d’un Internet exceptionnel. Cela signifie se battre pour des lois qui font sens au XXIe siècle.

Vous aussi, vous pouvez demander une loi européenne moderne sur les droits d’auteur en signant la pétition.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Mozilla prend position pour une réforme de la loi européenne sur les droits d’auteur

 
%d blogueurs aiment cette page :