CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Firefox : le multiprocessus Electrolysis monte doucement en puissance

Posted by CercLL sur 8 septembre 2016

Mozilla augmente actuellement le nombre d’utilisateurs pouvant accéder à Electrolysis, le mode multiprocessus de Firefox. Du petit pourcent originel, on passe ainsi à 10 %. La route est pourtant encore longue avant que tout le monde puisse en profiter.

Electrolysis, ou E10s, est un projet de longue haleine chez Mozilla, qui vise à modifier le cœur de Firefox pour le séparer essentiellement en deux processus, l’un consacré au rendu, l’autre à tout le reste. Contrairement à Chrome ou à Edge par exemple, Firefox effectue tous ses calculs au sein du même processus. Si le chargement d’une page devient exigeant en puissance de calcul (nombreux éléments multimédias, scripts, etc.), la fluidité de l’interface peut en être affectée.

Le changement n’est pourtant pas simple à mettre en place, les développeurs y travaillant partiellement depuis des années. Un premier lancement a eu lieu, mais sous forme de test : 1 % seulement des utilisateurs en dispose par défaut, et uniquement si aucune extension n’en empêche le fonctionnement. Les add-ons sont en effet en grande majorité incompatibles avec Electrolysis et doivent être modifiés en conséquence.

100 % de la population « idéale » d’ici quelques semaines

Cette semaine, le chiffre grimpe doucement pour atteindre 10 % des utilisateurs, toujours dans les mêmes conditions. Si vous utilisez un ordinateur classique (sans écran tactile), sur un système récent (donc pas Windows XP) et que vous n’avez aucune extension, vous êtes dans la population « idéale » visée par Mozilla actuellement. Un groupe qui représente tout de même 40 à 50 % de l’ensemble des utilisateurs. Au cours des prochaines semaines, le chiffre passera de 10 à 100 %.

Le directeur de Firefox, Asa Dotzler, a indiqué à TechCrunch que tout se passait bien jusqu’à présent. D’après les statistiques renvoyées, la réactivité de l’interface est jusqu’à 400 % supérieure, voire 700 % durant le chargement des pages web. Attention, on parle bien de réactivité et de non de performances brutes. On le sentira donc dans les mouvements de la souris, au temps de réaction quand on clique sur un bouton du navigateur, etc.

Notez que cette phase concerne toujours l’actuelle version 48 de Firefox. Dès la 49, prévue pour le 13 septembre, Electrolysis sera activé chez les utilisateurs d’un petit nombre d’extensions dont la compatibilité a été vérifiée. Les versions 50 et 51 (8 novembre et 24 janvier) prendront en charge un nombre plus important d’extensions tout en mettant en place une sandbox. Un élément important puisque chacune disposera alors de son propre espace mémoire isolé des autres. Mozilla a d’ailleurs publié hier soir un billet invitant les développeurs à s’attaquer au problème, notamment via Add-on Compatibility Reporter, ou en basculant vers les WebExtensions.

firefox electrolysis

Pas de processus par onglet prévu à ce jour

Idéalement, Electrolysis doit devenir le mode de fonctionnement par défaut de Firefox début 2017, tout du moins pour les nouvelles installations. Les utilisateurs personnalisent parfois largement leur navigateur, ce qui était après tout l’intérêt premier de Firefox.

Electrolysis ne va toutefois pas aussi loin que ce que font Chrome, Edge et Opera sur le terrain des processus multiples. Dans ces navigateurs, chaque onglet dispose du sien propre. Les avantages sont multiples, particulièrement sur des machines disposant de plusieurs cœurs d’exécution : réactivité, sécurité et fiabilité. Mozilla n’a pour le moment aucun plan de ce genre, mais la situation pourrait évoluer, comme toujours.

Source nextinpact.com

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :