CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Dégooglisons Internet : Framasoft lance six nouveaux services cette semaine

Posted by CercLL sur 5 octobre 2016

image dediée

Framasoft, qui avait lancé en 2014 l’initiative « Dégooglisons Internet », revient pour la troisième vague de services. L’idée est toujours la même : proposer des alternatives à des solutions centralisées existantes afin que l’utilisateur récupère le pouvoir sur ses données.

La « Saison 3 » de la campagne « Dégooglisons Internet » (voir notre entretien) est donc officiellement lancée. Ce sont désormais 30 services qui sont proposés en tout, dont six nouveaux. Comme pour tous les autres, Framasoft ne vise pas un remplacement général des habitudes, mais une sensibilisation des utilisateurs à la thématique des données face aux GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Six nouveaux services pour boucler l’initiative

De fait, les nouveaux services concurrencent directement des solutions existantes et souvent largement utilisées. Framalistes, basé sur Sympa, propose ainsi de remplacer Google Groupes pour créer des listes de diffusion pour les emails. Framanotes s’attaque à Evernote en permettant de créer des notes synchronisées accompagnées d’images, de fichiers divers, de marque-pages et autres. Une fois le compte créé, il pourra être exploité par les applications Turtl.

On continue avec Framaforms. Basé sur Webforms et Drupal, il autorise la création de formulaires divers, les réponses n’étant pas transmises à un quelconque éditeur. Framagenda s’en prend aux solutions de calendriers d’Apple, Google et Microsoft. Il reprend le code d’ownCloud/Nextcloud et permet de noter les rendez-vous, plannings et autres évènements. Privés par défaut, les agendas peuvent devenir publics ou semi-publics. Enfin, Framatalk se pose en solution alternative de Skype ou même de Discord. Il permet de se connecter aux serveurs de Framasoft, sur lesquels est installé Jitsi Meet.

À cette liste de concurrents, Framasoft en ajoute un sixième en « bonus » : My Frama. Basé sur Shaarli, il s’agit d’un collecteur de lien, à la manière de Del.icio.us. Cette version spécifique a été modifiée pour trier automatiquement les liens correspondant à des services de l’association, l’utilisateur pouvant alors les retrouver plus facilement.

Notez que ces services seront proposés un par un chaque jour de la semaine. Aujourd’hui, c’est Framalistes qui ouvre le bal. Puis viendront Framanotes, Framaforms, Framatalk et Framagenda. MyFrama, quant à lui, sera lancé le lundi 10 octobre. Il s’agit de la troisième et dernière année de la campagne. D’autres services sortiront, la liste étant disponible sur le site officiel.

Framasoft ne veut pas de SSO pour ses solutions

L’éditeur ne considère par ailleurs pas que ses services (presque tous basés sur des solutions open source existantes) soient faits pour être utilisés ensemble. Les utilisateurs sont libres d’en choisir un, plusieurs, ou même aucun.  Il indique en outre être conscient que de nombreuses demandes sont faites sur le SSO (single sign-on), à savoir un compte unique pour tous les services. Mais il ne le souhaite pas, pour des raisons de sécurité et de coûts notamment.

Il souligne un souci pluriel d’identité devant une telle quête. D’une part, l’idée de la campagne est de freiner les services centralisés. La mise en place d’un SSO irait donc dans le sens opposé. Par ailleurs, cela risquerait de provoquer un afflux massif d’utilisateurs, les infrastructures de Framasoft n’étant pas prévues pour des millions de personnes. En clair, l’éditeur ne veut pas « devenir ce qu’il combat ».

L’association revient de loin

Framasoft en profite pour lancer un remerciement général, en rappelant notamment qu’en lançant sa campagne en 2014, l’association était au bord du gouffre : « Nous n’avions plus de sous ! ». Le nombre de membres ayant fortement diminué, l’initiative ressemblait presque à un chant du cygne. Au final, l’équipe parle maintenant de « coup de fouet » et d’une nouvelle « mobilisation des énergies internes ».

Elle rappelle enfin que la campagne se terminera dans un an. « Dégooglisons Internet » n’a pas été pensée comme une pression permanente, mais un simple moyen de mettre l’accent sur l’idée d’alternatives. Évidemment, tous les produits proposés resteront en place. Mais Framasoft a d’autres projets à gérer en même temps, notamment ses CHATONS, pour promouvoir les hébergeurs responsables.

Source nextinpact.com

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :