CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Une faille dans le kernel Linux vieille de 9 ans corrigée, mais déjà exploitée

Posted by CercLL sur 25 octobre 2016

 

image dediée

Une très sérieuse vulnérabilité dans le noyau Linux a été découverte. Déjà corrigée, elle est malheureusement déjà exploitée depuis un temps indéfini. La brèche est en effet présente dans le kernel depuis neuf ans, ouvrant au pirate des droits supérieurs à ce qu’il aurait en temps normal.

La vulnérabilité réside dans la manière dont Linux gère la mémoire, plus particulièrement dans une méthode de duplication nommée « copy on write ». En temps normal, de nombreuses zones de la mémoire ne peuvent qu’être lues. Mais si la faille est exploitée, l’attaquant peut obtenir des droits supérieurs et y écrire.

Une brèche vieille de neuf ans

Cette faille, estampillée CVE-2016-5195, existe depuis neuf ans dans le kernel Linux. Liée au fonctionnement de la mémoire, elle se retrouve dans pratiquement toutes les distributions existantes et peut donc être visée sur de très nombreuses machines, clientes ou serveurs. Par ailleurs, les méthodes d’exploitation sont non seulement simples à écrire, mais la vulnérabilité est déjà exploitée activement.

Comme indiqué par Ars Technica, c’est le développeur Phil Oester qui a découvert l’attaque. Il a d’ailleurs ouvert un site dédié pour en expliquer certains aspects. Selon lui, son code d’exploitation, compilé avec GCC 4.8.5, n’a pas besoin de plus de cinq secondes pour obtenir les droits root sur une machine. Or, si l’attaque vise un serveur, les conséquences peuvent être démultipliées.

Une attaque qui peut être couplée avec d’autres

L’obtention des droits root permet en effet de débloquer à peu près n’importe quel scénario. Dans le cas d’un serveur, il peut par exemple insérer du code malveillant dans les pages, pour tenter d’exploiter des failles sur la machine de l’internaute, avec installation de malware à la clé.

La faille, comme d’autres brèches sérieuses avant elle, a en tout cas déjà son sobriquet : « Dirty Cow », « cow » faisant ici référence à « copy on write ». Intervenant sur le sujet, Linus Torvalds se souvient avoir déjà tenté de corriger ce qui n’était alors qu’un bug il y a 11 ans. Il admet cependant qu’il s’y était mal pris et que la correction avait dû être abandonnée à cause de problèmes sur la plateforme s390.

La plupart des distributions déjà mises à jour

Toutes les distributions ne sont en l’état pas forcément vulnérables à l’attaque, même si la faille n’y est pas encore corrigée. Chez Red Hat par exemple, les versions 5, 6 et 7 de RHEL sont considérées comme atteintes, mais le code d’exploitation ne fonctionne pas sur les deux premières moutures.

Dans tous les cas, la brèche a été officiellement colmatée il y a trois jours et la grande majorité des distributions proposent déjà des correctifs à télécharger. Il est donc chaudement recommandé de vérifier la présence de mises à jour et d’installer celles qui seront disponibles.

Source  nextinpact.com

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :