CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Munich abandonne Linux pour… Windows

Posted by CercLL sur 14 février 2017

L’expérience n’a pas convaincu. La ville de Munich va finalement abandonner Linux et l’open source et retourner… sous Windows.

Elle a été l’une des pionnières dans la migration vers un système et des logiciels libres. C’était en 2004, la ville de Munich commençait son passage vers Linux et l’open source.

L’expérience n’a pas été aussi concluante qu’on le pensait. Le nouveau maire de la ville, qui accueille par ailleurs le siègeaAllemand de Microsoft depuis peu, a décidé de faire machine arrière. Soutenu par le SPD et la CDU, ce projet va finalement voir les 15.000 postes de la ville repasser sous le système de Microsoft, à savoir Windows 10, d’ici 2021. Le budget estimé, d’après une société partenaire de Microsoft, serait de 15 à 20 millions d’euros.

Le coût de la migration vers l’open source avait été de 23 millions d’euros ; un système dédié avait été mis en place, LiMux, basé sur Ubuntu.

Liens :

Plus d’informations sur le site de ZDNet
Le site de la Free Software Foundation Europe

Source toolinux.com

Publicités

Une Réponse to “Munich abandonne Linux pour… Windows”

  1. Bonsoir CERCLL.

    Le coût de la migration vers Windows 10 est moindre que celui de l’open-source ? Étrange tient …. Certains qu’y est pas de confusion avec Unix ? Je sais pas. Du mal à comprendre en quoi l’open source peut revenir plus chère.

    Je peux peut être comprendre à la limite qu’un technicien spécialisé Linux coute plus chère (bien qu’au niveau éthique du coup, honte à lui) puisse couter plus chère mais de là à dépasser un technicien lambda et le prix des licences Windows et de ses logiciels (Office, Excel, ect) …. Hum, vraiment du mal à comprendre comment c’est possible.

    Comment la « gratuité et la liberté » peut être plus chère que « l’arnaque et le vole » dans tous les sens du terme.

    Merci pour l’info en tout cas CERCLL.

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :