CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Languages Disponibles

  • Priorité au Logiciel Libre

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Articles récents

  • EricBlog

  • Toolinux

  • Le Manchot

  • Méta

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Framalistes Environnement de listes de diffusion

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Suivez nous sur Diaspora

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 43,327 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 18 autres abonnés

  • Archives

Archive for mai 2017

L’April en appelle au président de la République pour la suspension de la renégociation du contrat Microsoft/Défense

Posted by CercLL sur 22 mai 2017

Dans une enquête parue vendredi 19 mai, le magazine d’information Marianne a révélé que le contrat Open Bar Microsoft/Défense n’avait pas encore été renouvelé pour la période 2017-2021. La même enquête confirme que le contrat Open Bar est jugé illégal par le rapporteur de la commission des marchés publics en charge de l’étude du premier contrat. L’April demande solennellement au président de la République et au gouvernement la suspension de cette renégociation ainsi qu’une enquête pour faire la lumière sur le rôle joué par les différents acteurs dans ce dossier scandaleux.

« Investigate Europe », un consortium de neuf journalistes européens, partenaires d’une dizaine de médias, a réalisé pendant trois mois une même enquête dans leurs pays respectifs sur les relations entre Microsoft et les institutions publiques. Dans ce cadre, la journaliste Leila Minano a publié un article sur la situation française, le vendredi 19 mai 2017 dans le magazine Marianne, intitulé « Microsoft : menace sur la sécurité de l’État ».

La conclusion de l’enquête, citation d’un expert informatique des armées resté anonyme, est sans appel : « dans nos Ministères, Microsoft est comme à la maison ».

L’article revient notamment sur le contrat « Open Bar » Microsoft/Défense1, le partenariat indigne entre le ministère de l’Éducation nationale et l’éditeur de logiciel privateur, et met en lumière l’immixtion très forte des GAFAM2 au sein des institutions françaises.

Dans le cadre de son travail d’investigation, la journaliste a eu l’occasion de recueillir les propos exclusifs du rapporteur pour la commission des marchés publics de l’État (CMPE) pour le premier accord Open Bar signé en 2009 :

« C’était déjà illégal à l’époque, je ne vois pas pourquoi cela le serait moins aujourd’hui ! On m’a demandé de valider la décision politique émanant d’un cabinet, j’ai refusé, mais on ne m’a pas écouté. » Et l’expert d’ajouter : « Il n’y avait aucune raison de favoriser Microsoft. Il n’a pas le monopole du traitement de texte… On était dans un délit de favoritisme, ce contrat aurait dû passer par une procédure de marché public, ça relève du pénal. Ce contrat aurait dû finir devant un tribunal, mais personne n’a osé. »

Des propos d’autant plus cruels pour l’État français qu’en janvier 2017 le ministère de la Défense, dont Jean-Yves Le Drian était en charge, interrogé par la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam sur les « fortes réserves et interrogations [qui] avaient été émises par le rapporteur », affirmait sans nuance que « la commission des marchés publics de l’État (CMPE) n’a remis en cause ni l’objet ni la procédure suivie pour passer l’accord cadre ».

Une lecture très réductrice du rapport que le ministère de la Défense avait déjà en 2013, le ministre étant à l’époque Hervé Morin, comme le rapportait Next Inpact qui communiquait au public le fameux rapport de la CMPE. Rapport auquel les propos sus-cités du rapporteur offrent une lecture nouvelle, notamment sur ses « fortes réserves ».

L’indignation du rapporteur de la CMPE pour le contrat initial entre en résonance avec les propos du président du groupe d’experts militaires mandaté en 2008 par le ministère pour étudier l’offre Microsoft. Celui-ci avait déclaré dans l’émission Cash Investigation d’octobre 2016 :

« Le seul scénario qui était déconseillé a été celui qui in fine a été retenu. Oui, on peut considérer que les recommandations n’ont pas été suivies. »

L’article de Marianne indique que « le ministère de la Défense renouvellera son contrat avec la firme de Redmond le 25 mai ».

Le contrat Open Bar Microsoft/Défense a été signé en 2009, puis renouvelé en 2013, malgré l’avis du rapporteur de la CPME qui parle ouvertement de délit de favoritisme, en passant outre l’avis des experts militaires qui évoquaient notamment les risques « d’addiction » et de « perte de souveraineté », sans le moindre élément tangible pour justifier une telle décision, et le tout accompagné d’un refus systématique de faire œuvre de la moindre once de transparence (relire notre chronologie).

L’acte inaugural du quinquennat du président Emmanuel Macron veut être celui de la moralisation de la vie publique. Le dossier Open Bar Microsoft/Défense, les conditions de sa signature et de son renouvellement, semble être taillé sur mesure pour symboliser la mise en œuvre de cette volonté de transparence pour rétablir la confiance entre citoyens et politique.

L’April en appelle solennellement au président de la République, qui fixe la stratégie de la Défense nationale, et au gouvernement pour suspendre la renégociation de ce contrat et pour initier une enquête visant à faire toute la lumière sur le rôle joué par les différents acteurs dans ce dossier scandaleux.

« Ce contrat Open Bar avec Microsoft n’est qu’une partie émergée de l’iceberg des relations entre Microsoft et l’État français. Espérons que le quinquennat à venir verra la mise en place d’une cure de désintoxication et d’une vraie politique publique en faveur du logiciel libre. » a déclaré Frédéric Couchet, délégué général de l’April.

Source april.org

Publicités

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur L’April en appelle au président de la République pour la suspension de la renégociation du contrat Microsoft/Défense

À quoi ressemblera la prochaine interface d’Ubuntu ? À vous de voter

Posted by CercLL sur 20 mai 2017

En faisant confiance à Gnome pour remplacer Unity lors de la prochaine version d’Ubuntu, Canonical s’impose un nouveau départ. Une page blanche qui interroge les utilisateurs : à quoi ressemblera le bureau Gnome de Canonical ? Nous avons quelques éléments pour répondre.

Hébétés par la surprise de l’annonce de Marc Shuttleworth, nous en avions oublié que Gnome allait redevenir l’interface par défaut de la prochaine version d’Ubuntu, soit avant la fin de l’année.

Quel Gnome pour Ubuntu ?

Sans rentrer dans les sempiternels débats sur Gnome, nous avons du mal à imaginer que Canonical puisse livrer un bureau vanilla alors que M. Shuttleworth indiquait encore récemment que l’expérience sur desktop restait une priorité de son entreprise.


Ubuntu 16.04, avec Unity

La firme n’a en effet pas livré de version non modifiée de Gnome depuis des années, même lorsque la version 2 était par défaut sur la distribution : le look et l’accessibilité du bureau étaient toujours améliorés avant de rejoindre Ubuntu. Le thème de la distribution, les notifications, ou mêmes les indicators, ont fait partie de ces améliorations que l’entreprise ajoutait à son produit final pour le bonheur de ses utilisateurs.

Mais la contrainte temporelle risque de freiner les ambitions de Canonical pour modifier Gnome 3 en profondeur. Avec une sortie prévue pour novembre, les équipes de design d’Ubuntu ont du pain sur la planche.

Afin de s’approcher des besoins des utilisateurs, l’équipe a donc proposé au fameux OMG ! Ubuntu de mener un sondage sur son site.

Gnome 3 par défaut

L’étude est pour Ken VanDine, de l’équipe desktop d’Ubuntu, un premier pas pour déterminer quels seront les personnalisations de Gnome 3 par la distribution. Il explique au média anglais : « nous envisageons quelques modifications ici et là pour faciliter à nos utilisateurs la transition vers la nouvelle interface.  » Dans le sondage organisé par OMG ! Ubuntu, Canonical demande aux utilisateurs réguliers de Gnome d’indiquer quelles sont les extensions du Gnome-Shell qu’ils considèrent indispensables.

Bien sûr, aucune des extensions n’est développée par Canonical, la firme n’ayant pas prévu d’intégrer les anciennes fonctionnalités d’Unity à Gnome, pour le moment. La liste soumise par l’éditeur rassemble les extensions les plus populaires du Gnome-Shell, celles qui ajoutent un dock, un menu d’application etc. En fonction des réponses obtenues, l’équipe pèsera le pour et le contre de chacune des extensions et étudiera leur intégration dans Ubuntu 17.10. 

Notez par ailleurs qu’une question est dédiée à l’emplacement des contrôles des fenêtres — fermer, minimiser, maximiser — qui pourrait se retrouver à nouveau à droite, comme sur Windows.

OMG ! Ubuntu

Enfin, VanDine a déjà dévoilé à OMG!Ubuntu qu’il n’y aurait malheureusement pas de nouveau thème pour novembre. Ambiance — qui va vers ses huit ans — sera de nouveau au rendez-vous, légèrement patché pour mieux supporter le bureau Gnome.

Utilisateur d’Ubuntu et intéressé par le prochain design du bureau ? N’hésitez pas à contribuer à la décision en remplissant le sondage de Canonical.

Source numerama.com

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur À quoi ressemblera la prochaine interface d’Ubuntu ? À vous de voter

Linux est interdit de Windows 10 S

Posted by CercLL sur 20 mai 2017

Malgré leur présence dans le Store de l’OS, les distributions Linux ne pourront pas être exécutées dans Windows 10 S. Même en lignes de commandes.

Les consommateurs qui veulent s’équiper de la Surface Laptop de Microsoft et souhaitent utiliser Bash, l’interpréteur en ligne de commande issu du monde Linux, en seront pour leurs frais. Le support d’une distribution Linux, pourtant proposée dans le Store applicatif de l’OS, n’est pas compatible avec Windows 10 S, le nouvel OS concurrent de Chrome OS équipant le nouveau PC ultra mobile que Microsoft a présenté début mai.

Des applications non autorisées

A ceux qui s’interrogeaient pour savoir si une « distro » Linux, comme Ubuntu, pouvait tourner dans Windows 10 S, Rich Turner, un salarié de Redmond a clairement répondu : « Non ! ». Et de le justifier : « Une App qui provient du Store Windows ne signifie pas qu’elle est automatiquement sécurisée et appropriée pour s’exécuter dans Windows 10 S. Il existe certaines applications qui ne sont pas autorisées à fonctionner sur Windows 10 S, y compris toutes les applications de ligne de commande, les shells et les consoles. » Dont celle de Linux et, donc, le système qui va avec.

Inutile de s’acharner, donc, même si des distributions Linux sont proposées dans le magasin applicatif de Windows; elles ne fonctionneront tout simplement pas sous Windows 10 S. De fait, elles sont considérées comme des applications Desktop Bridge (ou « Centennial ») qui permettent d’avoir un contrôle plus large de l’OS que ce qu’autorise la version « Cloud » de Windows 10. Cette classe d’applications vient s’ajouter aux App UWP (Universal Windows Platform) exécutées dans un environnement sécurisé et restreint (bac-à-sable) qui contrôle l’accès aux ressources système, périphériques (disques externes, caméra…), etc. Si Windows 10 S supporte directement les applications UWP, les logiciels Destop Bridge sont publiés par des éditeurs directement référencés auprès de Microsoft qui les a examinés de prêt avant de les valider.

Basculer sous Windows 10 Pro

Si c’est aussi le cas des distro Linux, celles-ci « doivent être traitées en tant qu’outil de ligne de commande qui s’exécute en dehors du bac-à-sable UWP et de l’infrastructure d’exécution sécurisée, explique le salarié de l’éditeur. Elles fonctionnent avec les capacités accordées à l’utilisateur local – de la même manière que Cmd et PowerShell ». Des capacités qui ne sont pas tolérées par Windows 10 S, OS par défaut dédié aux utilisateurs qui ne souhaitent pas s’investir dans la gestion et la maintenance de l’OS tout en bénéficiant d’un environnement sécurisé. D’ailleurs, le nouvel OS n’autorise pas plus l’installation d’applications extérieures au Windows Store, à travers les fichiers .exe ou .msi.

La seule solution pour exécuter, en ligne de commande, une distribution Linux sous environnement Windows, est de repasser à un Windows 10 « normal ». Ce qui est possible depuis Windows 10 S mais seulement vers la version Professionnel de l’OS (sachant que cette bascule est définitive). Ce qui implique au passage un achat de licence. Celle-ci étant offerte jusqu’au 31 décembre 2017, les utilisateurs avisés qui souhaitent absolument s’équiper de l’onéreuse Surface Laptop disponible à partir du 15 juin auront intérêt à ne reporter leur achat à 2018.

Source silicon.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Linux est interdit de Windows 10 S

WannaCrypt : des nœuds Tor saisis par les autorités françaises

Posted by CercLL sur 18 mai 2017

Entre vendredi et lundi, plusieurs relais français du réseau d’anonymisation Tor ont disparu des écrans radar. Selon nos informations, ils ont été réquisitionnés par la justice, dans le cadre de l’enquête sur le ransomware WannaCrypt, qui s’appuie sur Tor pour communiquer avec son serveur de contrôle.

image dediée

Il y a du trafic qu’il ne vaut mieux pas relayer. Celui du ransomware WannaCrypt, qui a infecté plus de 200 000 appareils dans le monde en quelques jours, mettant à mal certains systèmes industriels, en fait partie. Rapidement ciblé par plusieurs enquêtes, notamment d’Europol, il est à l’origine de la réquisition de plusieurs nœuds du réseau Tor chez des hébergeurs français.

Pour mémoire, WannaCrypt s’appuie sur une faille conservée par les services de renseignement américains, pour infecter des systèmes Windows obsolètes via le protocole réseau SMBv1. Pour communiquer avec le serveur de commande et contrôle (C&C), c’est Tor qui est utilisé. Du point de vue de la victime, c’est donc le nœud d’entrée du réseau « anonyme » qui est visible.

L’OCLCTIC de bon matin

Au moins trois serveurs ont ainsi baissé le rideau ce week-end, suite à la visite de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) chez ces acteurs, saisissant le contenu de ces relais. Il s’agirait de « guard nodes », c’est-à-dire de points d’entrée de confiance pour le réseau Tor, à la fois par leur disponibilité et leur bande passante.

Selon nos informations encore, ces disparitions sont dues à « une très grande vague » de perquisitions et saisies, concernant au moins plusieurs dizaines de disques durs. « Tous les relais Tor qui ont participé à cette attaque ont été saisis » nous affirme-t-on. Les principaux hébergeurs français seraient concernés par cette salve.

Des disparitions inexpliquées

L’intervention de l’OCLCTIC pourrait suivre une demande de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Contactée, cette dernière n’a pas encore répondu à nos sollicitations.

« On a épluché les journaux du consensus des nœuds Tor. Entre vendredi et lundi, des dizaines de gros nœuds ont disparu du réseau. Il n’y a pas de raison que de tels nœuds disparaissent comme ça » affirme par ailleurs un spécialiste de Tor, contacté par nos soins. Au moins une partie des relais ont été coupés volontairement, sans intervention des autorités.

Interrogés, le parquet de Paris et OVH n’a pas répondu à nos demandes. Pour leur part, Gandi et Online se sont refusés à tout commentaire. Enfin, le ministère de l’Intérieur refuse de s’exprimer sur une enquête en cours. Il renvoie vers le parquet de Paris, injoignable pour le moment.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur WannaCrypt : des nœuds Tor saisis par les autorités françaises

Un livre pour débuter avec Linux

Posted by CercLL sur 18 mai 2017

Si vous souhaitez vous initier au système d’exploitation Linux, ce livre est fait pour vous.

Vous entendez parler du système libre ? Vous n’avez jamais été plus loin que l’envisager ? « Débuter avec Linux » va vous permettre de progresser petit à petit, jusqu’à devenir un utilisateur avancé de Linux et de la ligne de commande.

Vous y apprendrez à installer le système, à utiliser son interface graphique et à l’administrer dans de bonnes conditions afin de bénéficier d’un Linux « aux petits oignons ».

Nous l’avons lu. Ce livre est vraiment complet et traite de tous les principaux aspects dans l’utilisation de Linux, de la gestion des utilisateurs et des droits, à l’installation de logiciels en passant par la gestion du réseau et du Wi-Fi.

C’est un ouvrage qui s’adresse à tous les curieux voulant s’initier à Linux, aux étudiants et professionnels ainsi qu’aux personnes souhaitant redonner vie à leur ancien ordinateur. Le livre se base sur l’utilisation de Slackware Linux, qui n’est pas la plus populaire des distributions mais intéressantes d’un point de vue pédagogique. « Débuter avec Linux » est disponible au prix de 29,90 € sur le site des éditions Eyrolles.

Auteur : Kiki Novak
Editeur : Eyrolles
Nb de pages : 522
ISBN13 : 978-2-212-13793-4

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | 1 Comment »

De meilleures performances pour le noyau 4.11

Posted by CercLL sur 3 mai 2017

La version 4.11 du noyau va notamment apporter des améliorations pour les périphériques de bloc.

 

 

Plusieurs nouveautés et améliorations font leur apparition avec cette nouvelle version du noyau Linux 4.11. Notons tout d’abord que la couche de bloc a été revue et modifiée, ce qui apporte notamment la possibilité d’ajouter de nouveaux ordonnanceurs via des plugins. Cela vise à améliorer la gestion des disques SSD pour lesquels le noyau n’était pas adapté. Quelques corrections ont été apportées à la gestion du système RAID pour éviter des corruptions de données. Le support de la spécification de stockage Opal est maintenant en place. Pour finir, un nouvel appel système a été mis en place, statx(), pour remplacer l’ancien stat(), créé il y a 45 ans. Il permet de récupérer les métadonnées d’un fichier.

Voilà pour les principales améliorations de cette nouvelle version du noyau Linux. Il n’y a plus qu’à attendre qu’il soit mis en place et disponible pour les différentes distributions.

Liens :

Plus d’informations sur le site LWN.net
Le site Kernel.org

Source toolinux.com

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur De meilleures performances pour le noyau 4.11

PrimTux

Posted by CercLL sur 2 mai 2017

Bienvenue sur le Wiki de PrimTux

Pour les enfants à l’école ou à la maison, PrimTux2 et PrimTux2-Dys se contentent d’un ordinateur avec 768 Mo de RAM.

Finalité

Le but de ce tutoriel est de vous présenter PrimTux, une distribution GNU/Linux ludo-éducative comme ASRI Edu, œuvre d’un professeur des écoles passionné d’informatique qui veut partager son expérience et offrir à tous la possibilité d’utiliser des outils numériques pour l’apprentissage à l’école primaire. PrimTux fonctionne en Live DVD ou USB. Le processus d’installation est assuré par l’installeur Debian. Le logiciel Systemback, présent dans les dépôts, permet de réaliser le déploiement sur plusieurs machines d’une version personnalisée.


Qu’est-ce que PrimTux ?

PrimTux est une distribution éducative basée sur Linux. Cela signifie qu’elle est un système d’exploitation complet, au même titre que Windows, mais dont l’environnement a été adapté aux enfants de 3 à 10 ans.

À l’école ou à la maison, les enseignants et parents disposeront avec elle d’une très riche logithèque pédagogique destinée aux enfants depuis la maternelle jusque dans les premières années du collège. Elle rassemble en effet des applications dispersées sur la toile et élaborées depuis une vingtaine d’années par des enseignants. Grâce au libre choix de bureaux différents et paramétrables : mini, maxi, super, et administrateur, chacun peut, par un simple changement de session, adapter son environnement de travail à ses capacités ou à ses besoins.

L’enseignant trouvera également de très nombreuses ressources éducatives lui permettant de préparer sa classe ou proposer des prolongements à ses élèves. Il disposera d’un outil complet pour les préparer au B2i (brevet internet et informatique).

Parents comme enseignants peuvent tout autant que les enfants utiliser l’ordinateur pour leurs tâches personnelles puisque le système dispose de tout l’équipement logiciel indispensable aux tâches bureautiques courantes, la navigation Internet et les usages multimédias. Vous pourrez même rajouter d’autres logiciels en fonction de vos usages.

PrimTux offre aux parents l’occasion d’aider leurs enfants dans leur scolarité en proposant des activités de révision et de soutien adaptées et ludiques. Ce peut être un excellent moyen de outil pour dédramatiser le suivi scolaire lorsque celui-ci s’accompagne de tensions et de stress.

Mettre un ordinateur relié à Internet à la disposition des enfants n’est pas sans risque ! C’est pourquoi la distribution intègre des outils assurant la sécurité des plus jeunes: un filtrage paramétrable des sites Internet grâce à Dansguardian et Webstrict, le choix d’un moteur de recherche sécurisé conçu pour les enfants, Qwant junior. Le filtre n’est pas actif en session administrateur. Un navigateur alternatif non filtré est disponible en session administrateur.

PrimTux s’appuie sur un système d’exploitation libre et open source, Linux, plus précisément une Debian Jessie francophone. C’est un outil gratuit, élaboré de manière collaborative par des équipes de bénévoles essentiellement, qui, en dehors des logiques commerciales, souhaitent mettre l’informatique à la libre disposition de tous. Avec Linux nous sommes assurés de la pérennité de notre système : c’est gratuit, et il n’y a pas de frais cachés ou l’obligation de repasser à la caisse lors de mises à niveau vers de nouvelles versions. PrimTux elle-même est le fruit d’une équipe d’enseignants et non enseignants bénévoles, dans l’esprit de http://asri-education.org/.

De plus PrimTux est bâtie sur un système beaucoup moins gourmand en ressources matérielles qu’un système Windows. C’est donc l’opportunité de donner une seconde vie à de vieux ordinateurs en les mettant à disposition de ses enfants ou d’une école. Sachez que 512 Mo de mémoire RAM suffisent, le système installé sur le disque dur n’occupant qu’environ 9 Go ! Nous sommes loin des machines surdimensionnées exigées par les systèmes d’exploitation commerciaux d’aujourd’hui.

Les responsables informatiques intervenant sur des groupements scolaires ou des centres aérés peuvent, en installant Systemback, la Déployer très aisément sur de nombreux postes informatiques après l’avoir personnalisée.


Origine

Tout est parti d’ASRI-education. Cette association œuvre depuis un certain nombre d’années déjà pour intégrer le numérique en classe en utilisant des logiciels libres et/ou gratuits. Elle a pour cela développé un système basé sur Linux (PuppyLinux) adapté aux enfants de 3 à 10 ans, léger, simple et stable. Peu à peu, quelques passionnés ont rejoint l’équipe et des compilations (telle clicmenu de PragmaTICE), et des logiciels éducatifs divers y ont été ajoutés.

Cédric, le développeur d’ASRI, semblant ralentir l’activité depuis un certain temps, trois membres de l’équipe se sont mis au travail en repensant le système, sur une base Debian stable, en y ajoutant de la modernité, plus de compatibilité, tout en restant léger.


Revaloriser

La philosophie reste la même : PrimTux, par sa légèreté n’a pas vocation à remplacer ou à devenir le système d’exploitation principal d’un ordinateur récent, mais à REVALORISER un matériel obsolescent en l’orientant vers le milieu scolaire ou éducatif.


Documentation

Nous vous proposons également, sur cette page, une documentation détaillée téléchargeable selon divers formats.


Un tableau des logiciels de PrimTux permet de les trier par catégories ou de les filtrer selon divers critères. logiciels-primtux-v2.ods


Les auteurs

  • Steph, professeur des écoles
  • ideefixe, promoteur irréductible du libre
  • Philippe Dpt35, professeur des écoles à la retraite
  • zoom61, responsable “logiciels libres” sur Developpez.com
  • Tomasi, professeur des écoles

Source primtux.fr


Posted in Uncategorized | Tagué: , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :