CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Visioconférence

  • Languages Disponibles

  • Richard Stallman

  • Le Logiciel Libre

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Mobilizon Chapril

  • Chapril Mumble

  • Articles récents

  • Le Manchot

  • Écoutez

  • Lsdm liste des Gulls

  • Toolinux

  • Mastodon CercLL

  • Méta

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 84 937 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 223 autres abonnés

  • RSS CERCLL

  • Archives

Archive for 28 avril 2018

Ubuntu version 18.04 LTS : Bionic Beaver est parti pour durer

Posted by CercLL sur 28 avril 2018

Canonical propose au téléchargement la version 18.04 d’Ubuntu, une nouvelle édition de sa distribution Linux. Celle-ci introduit notamment le retour à Gnome pour la gestion du bureau ainsi que d’autres fonctionnalités.

Ubuntu continue d’améliorer sa distribution et présente aujourd’hui sa version 18.04 LTS. Une version notable, car elle estampillée Long Term Release, ce qui signifie que cette version 18.04 sera supportée pendant une période de temps plus longue. Les utilisateurs bénéficieront donc des mises à jour de sécurité durant une période de 5 ans, contre 9 mois pour les versions traditionnelles de la distribution. Cette version longue durée sera ainsi basée sur le noyau Linux 4.15.

Le retour du gnome

Cette version 18.04, surnommée Bionic Beaver (Castor Bionique) est donc pensée pour la durée. Elle embarque néanmoins plusieurs changements par rapport aux versions précédentes. Bionic Beaver sonne ainsi le retour de Gnome comme environnement de bureau par défaut pour Ubuntu. La distribution a tenté d’amorcer un premier passage sur le gestionnaire Unity, avant d’annoncer en avril 2017 renoncer à utiliser cette interface. Cette interface était développée par Canonical en interne et correspondait principalement à sa volonté d’unifier le développement d’interface sur les plateformes desktop et mobile de sa distribution. Cela n’est plus d’actualité et comme prévu, la 18.04LTS signe le retour de Gnome. Dans la même logique, cette nouvelle version n’embarque plus Wayland pour son moteur d’affichage mais X.org, moteur d’affichage populaire au sein des distributions Linux.

L’interface change donc, même si les équipes de Canonical se sont assuré que le changement de moteur ne vienne pas complètement bousculer les habitudes des utilisateurs, qui retrouveront les grandes lignes de l’environnement auquel ils étaient habitués.

Installation a minima

Outre ce changement de moteur, cette nouvelle version de la distribution introduit une alternative lors de l’installation : les utilisateurs peuvent ainsi choisir de partir sur une « minimum install », une version d’Ubuntu dépourvue d’applications préinstallées. L’utilisateur peut ainsi choisir de partir sur une version minimale pour ensuite installe à la main les applications dont il a besoin. La liste complète des dépendances absentes de cette version minimale peut être trouvée à cette adresse.

Bionic Beaver est également l’occasion pour Ubuntu de se mettre à une nouvelle mode qui s’est peu à peu emparée de la majorité des systèmes d’exploitation : la télémétrie. Cette nouvelle version propose en effet de régler les paramètres de télémétrie lors d’une première installation : l’utilisateur peut refuser, mais Ubuntu lui propose de transmettre à Canonical des informations relatives à l’utilisation de la machine. Parmi les informations remontées, on peut ainsi voir le pays de l’utilisateur, la version utilisée, le temps d’installation de la distribution sur la machine, les caractéristiques de la machine ou encore les rapports de plantage.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Ubuntu version 18.04 LTS : Bionic Beaver est parti pour durer

Sauvons le partage de code ! Appel à signature de la lettre ouverte « Save Code Share »

Posted by CercLL sur 28 avril 2018

En septembre 2017 la FSFE (Free Software Foundation Europe) et l’OFE (Open Forum Europe) ont lancé la campagne « Save Code Share » pour sensibiliser sur les risques que l’actuel projet de réforme du droit d’auteur de l’Union européenne fait peser sur le logiciel libre et les communautés de développeurs et développeuses. Au coeur de cette campagne un appel à signer une lettre ouverte pour demander la réécriture ou la suppression de l’article 13 du projet de réforme qui imposerait aux hébergeurs de contenus, comme les forges logicielles, de mettre en place un filtrage automatique des contenus, par exemple du code, mis en ligne par leurs utilisateurs et utilisatrices.

Le texte initial de la réforme a évolué, notamment par l’action des communautés du Libre, mais les rustines proposées par le rapporteur ne règlent en rien les problèmes comme le démontre l’eurodéputée Julia Reda. Le vote en commission des affaires légales, JURI, a été décalé au 20 ou 21 juin 2018. Un énième report révélateur d’une position de faiblesse des défenseurs de l’article 13. Nous devons intensifier ce rapport de force ! Signons et diffusons cette lettre ouverte traduite en français par l’April : Sauvons le partage de code !

Lettre ouverte – Préserver l’écosystème des logiciels libres dans la réforme du droit d’auteur de l’Union européenne.

Votre terminal mobile, votre voiture, votre routeur Wi-Fi chez vous, votre télévision, les avions avec lesquels vous voyagez, tous contiennent du logiciel libre. Cette large réutilisation est possible parce que les logiciels libres peuvent être librement partagés, étudiés et adaptés à tous les besoins.

L’UE s’apprête à voter le paquet de « réforme du droit d’auteur » qui sape profondément les fondements sur lesquels sont bâtis les logiciels libres. L’article 13 de la proposition de la directive sur le droit d’auteur vise tous les services en ligne qui permettent à leurs utilisateurs et utilisatrices de téléverser et partager avec leurs pairs des contenus, notamment les plateformes de stockage de code.

Si cette réforme du droit d’auteur devait être votée, chaque utilisateur ou utilisatrice d’une plateforme de partage de code, qu’il s’agisse d’une personne physique, d’une entreprise ou d’une administration publique, serait traité comme un potentiel contrevenant au droit d’auteur : tous ses contenus, y compris des dépôts entiers de code, seraient contrôlés et empêchés d’être partagés en ligne, à n’importe quel moment. Cela restreindrait la liberté des développeurs et développeuses d’utiliser des composants et des outils logiciels spécifiques, ce qui, en retour, conduirait à moins de compétition et d’innovation. Finalement, cela pourrait conduire à des logiciels moins fiables et à une infrastructure logicielle moins résiliente pour tout le monde.

Nous, individu⋅e⋅s, développeurs et développeuses, organisations et entreprises qui développons ou nous appuyons sur l’écosystème des logiciels libres, appelons les décideurs européens à préserver les écosystèmes logiciels ouverts et collaboratifs. Nous appelons les législateurs européens à revoir en profondeur ou à supprimer l’article 13 de la réforme du droit d’auteur de l’UE pour mettre fin aux risques qu’il fait peser sur les logiciels libres.

Sauvons l’avenir numérique de l’Europe, faisons en sorte que l’article 13 de la réforme du droit d’auteur de l’UE soit réécrit ou supprimé.

Sauvons le partage de code ! Please Save Code Share!

Signez la lettre ouverte

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Sauvons le partage de code ! Appel à signature de la lettre ouverte « Save Code Share »

 
%d blogueurs aiment cette page :