CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Languages Disponibles

  • Le Logiciel Libre

  • Priorité au Logiciel Libre

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Articles récents

  • Le Manchot

  • Écoutez

  • EricBlog

  • Toolinux

  • Mastodon CercLL

  • Méta

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Environnement de listes de diffusion

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Suivez nous sur Diaspora

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 65 795 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 161 autres abonnés

  • RSS CERCLL

  • Archives

Archive for février 2019

La Fondation Linux lance son programme ELISA

Posted by CercLL sur 25 février 2019

Le 21 février, la Fondation Linux a officiellement lancé son nouveau projet open source, destiné à créer une boîte d’outils et de pratiques pour développer et certifier des systèmes critiques.

Le projet Elisa (traduction « Enabling Linux in Safety Applications ») entend contrer les défaillances pouvant engendrer des dégâts environnementaux, des dégradations et des pertes en vies humaines.

Le nouveau programme open source se lance avec la collaboration de grandes entreprises de l’automobile, notamment BMW ou Toyota, et s’inscrit dans le sillon de l’Automotive Grade Linux (AGL) 5.0 lancé l’an dernier. Il compte également des acteurs comme Kuka, Linutronix, Amazon et même ARM. L’idée est de pouvoir imposer Linux comme base standardisée et ouverte des systèmes critiques de sécurité, peu importe l’industrie visée.

Le communiqué officiel peut être consulté sur le site de la Fondation (en anglais).

Site web : Elisa.tech

Source toolinux.com

 

Publicités

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur La Fondation Linux lance son programme ELISA

Le ministre de l’Éducation et l’Assemblée nationale refusent la priorité au logiciel libre dans l’Éducation

Posted by CercLL sur 23 février 2019

À l’occasion des débats en séance publique (lire le compte-rendu) sur le projet de loi « pour une école de la confiance » les députés, députées et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ont refusé la mise en place d’une véritable politique de développement du logiciel libre dans l’Éducation nationale. En effet, les amendements visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre dans les services publics de l’enseignement ont été rejetés.

Dans la soirée du vendredi 15 février 2019, une discussion commune1 a eu lieu concernant trois amendements. L’amendement 571 proposait l’inscription d’un recours systématique aux logiciels libres. Si nous soutenons sur le principe cet amendement, une priorité au logiciel libre nous semble mieux à même de répondre à la nécessité d’une véritable politique publique de transition. Deux amendements (836 et 837), déposés par le député Stéphane Peu et défendus par la députée Elsa Faucillon, visaient à inscrire dans la loi justement la priorité aux logiciels libres.

Lors des débats en commission Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, avait indiqué qu’il y avait déjà un encouragement au logiciel libre dans la loi2. Mais ce n’est qu’une déclaration de bonnes intentions sans effet. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

En séance publique, le ministre s’est opposé sans distinction aux trois amendements. Ses nouveaux arguments : inscrire dans la loi une priorité peut être contreproductif et cette disposition risquerait d’être contraire au code des marchés publics. Argument éculé qui rappelle les débats de 2016 au moment de la loi pour une République numérique. Le gouvernement de l’époque s’était déjà retranché derrière une prétendue incompatibilité juridique pour s’opposer à la priorité au logiciel libre. Des parlementaires avaient signalé l’existence d’une « note juridique » de la Direction des affaires juridiques (DAJ) du Ministère des Finances et des comptes publics. Quelques mois plus tard, la secrétaire d’État au Numérique reconnaissait qu’il n’existait pas de « note à proprement parler » mais uniquement des « échanges techniques informels (notamment par mails) avec notre Direction des affaires juridiques » À l’époque, les arguments juridiques précis n’avaient pas été rendus publics : le gouvernement n’avait pas répondu à notre demande et la DAJ s’était retranchée derrière la notion très floue du secret des délibérations du Gouvernement3.

L’April avait communiqué aux parlementaires, au gouvernement et rendue publique, une analyse sur la validité juridique d’une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre. Notre analyse, partagée par le Conseil National du Numérique de l’époque (lire la fiche du CNNum), n’a jamais été contredite. D’ailleurs, le Parlement avait inscrit en 2013 pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l’adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche.

Les arguments du ministre visent donc, une fois de plus, à cacher un manque de volonté politique pour mettre en œuvre une véritable politique publique en faveur du logiciel libre.

Nous espérons que ce gouvernement agira avec plus de transparence, nécessaire à tout débat démocratique, que le gouvernement précédent. L’April demande donc solennellement au gouvernement la publication des éléments juridiques concernant une prétendue incompatibilité juridique au sujet des dispositions visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre.

Le projet de loi va poursuivre sa route au Sénat. Le sujet n’est donc pas clos.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Le ministre de l’Éducation et l’Assemblée nationale refusent la priorité au logiciel libre dans l’Éducation

Ubuntu 18.04.2 rafraîchit cette distribution Linux au support de long terme

Posted by CercLL sur 20 février 2019

La dernière version LTS d’Ubuntu, Ubuntu 18.04.2, est livrée avec un nouveau noyau Linux et de nouveaux pilotes matériels.

Vous voulez le meilleur compromis entre le plus récent et le meilleur du logiciel open-source et la stabilité d’un Linux établi ? Alors il vous faut Ubuntu 18.04.2. Cette dernière version d’Ubuntu 18.04, l’édition Long-Term Support (LTS), sera supportée jusqu’en avril 2028. Si vous utilisez Ubuntu en entreprise, c’est la distribution qui convient.

Pourquoi ? Pour commencer, Ubuntu 18.04.2 a mis à jour son noyau Linux de 4.15 à 4.18. Ce kernel est livré avec des correctifs de sécurité pour les failles Spectre et Meltdown et des pilotes matériels améliorés.

Un support matériel amélioré

De plus, Ubuntu 18.04.2 possède sa propre pile matérielle améliorée. Cela inclut les derniers Xserver, Wayland et Mesa. Il est également livré avec des pilotes graphiques mis à jour. Le résultat, c’est un support pour le matériel PC le plus récent et un meilleur support matériel en général.

Cette mise à jour est également accompagnée de correctifs apportés à l’interface de bureau par défaut d’Ubuntu, GNOME. Après son installation, vous constaterez des améliorations majeures des performances de votre bureau.

Ubuntu 18.04.2 propose par ailleurs des versions plus récentes de Firefox, LibreOffice et Thunderbird. Enfin, il inclut diverses corrections de bugs pour fournir une expérience globale plus fluide.

Si vous avez mis à jour Ubuntu 18.04 depuis le début – comme vous auriez dû le faire – vous n’avez rien à faire. Vous avez déjà tout ce qui précède et plus encore. Mais, si vous êtes le genre de personne qui n’exécute jamais la version zéro d’un logiciel, c’est le moment d’essayer Ubuntu 18.04.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ubuntu 18.04.2 rafraîchit cette distribution Linux au support de long terme

Mozilla s’associe à Ubisoft pour accélérer le développement de Firefox

Posted by CercLL sur 14 février 2019

Mozilla s'associe à Ubisoft pour accélérer le développement de Firefox

Les deux entreprises se rapprochent en vue de fluidifier le développement du navigateur. Mozilla va ainsi utiliser Clever-Commit.

Un commit est une modification de code poussée pour validation dans le cadre d’un projet. La technologie d’Ubisoft se sert du machine learning pour détecter si un commit risque de provoquer des problèmes, en se basant sur les anciens bugs et correctifs.

Clever-Commit puise dans les informations des systèmes de bug tracking et de contrôle des versions pour y trouver d’éventuels modèles dans l’historique de développement d’un projet, ou d’une partie de ce projet.

Sylvestre Ledru, responsable publication et qualité de Firefox, précise que la correction des bugs est une étape chronophage et consommant de nombreuses ressources. Clever-Commit sera donc intégré au cycle de développement de Firefox et devrait permettre une montée en qualité et rapidité dans certaines étapes.

« En intégrant Clever-Commit au flux de développement, nous améliorerons le processus de développement de Firefox en repérant les tendances en matière de bugs et en identifiant plus tôt les correctifs antérieurs, à une étape où corriger un bug coûte beaucoup moins cher qu’après la parution »

Plus spécifiquement, un gain de 3 à 4 bugs trouvés sur 5 est envisagé avant leur introduction dans le code. Mozilla espère donc économiser du temps, qui sera réinvesti autrement (optimisations, fonctions, etc.).

Ubisoft aussi compte tirer avantage de ce rapprochement. « Travailler sur Clever-Commit avec Mozilla nous permet de prendre en charge d’autres langages de programmation et d’améliorer les performances générales de l’outil » explique ainsi Mathieu Nayrolles, architecte technique chez Ubisoft Montréal.

Mozilla contribuera directement au développement de Clever-Commit en fournissant une expertise sur plusieurs langages comme C++, JavaScript et surtout Rust, créé par Mozilla.

Notez que la technologie d’Ubisoft provient de l’approche CLEVER (Combining Levels of Bug Prevention and Resolution techniques) présentée initialement en mars 2018.

Selon l’éditeur, Clever-Commit est déjà utilisée en bêta par plusieurs studios sur des titres AAA en développement.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Mozilla s’associe à Ubisoft pour accélérer le développement de Firefox

Urgent, mobilisez-vous, contactez les député⋅e⋅s pour la priorité au logiciel libre dans l’éducation

Posted by CercLL sur 12 février 2019

Mise à jour le 11 février 2019 : Les amendements 836 et 837 proposant l’inscription d’une priorité au logiciel libre et aux formats ouverts dans les services publics de l’enseignement ont été déplacés « après l’article 24 » du projet de loi. Cela signifie que nous avons un ou deux jours supplémentaires pour agir. Les débats sur le logiciel libre auront sans doute lieu mercredi 13 ou jeudi 14 février.
Vous pouvez consulter notre pad dédié au projet de loi pour les informations à jour.

L’examen en séance publique du projet de loi pour une école de la confiance va démarrer lundi 11 février 2019 à partir de 16h. Deux amendements déposés par les membres du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine (GDR) proposent que les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement soient en priorité des logiciels libres. L’April appelle chacun et chacune à contacter dès maintenant les député⋅e⋅s pour soutenir ces propositions. L’examen de ces amendements pourrait avoir lieu dès lundi 11 février ou mardi 12 février.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour une école de la confiance en séance publique 1080 amendements ont été déposés. Les amendements 836 et 837 proposent l’insertion après l’article premier du projet de loi de deux nouveaux articles dont l’objet est la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts dans le service public de l’enseignement.

Amendements priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts

L’amendement 836 a pour objet de créer un nouvel article au Code de l’éducation. Il propose de renvoyer la définition des modalités d’application du principe à un décret en Conseil d’État. Il s’agit d’un point très important participant à faire du principe de priorité un principe normatif fort et stable dans le temps.

Après l’article L. 121‑7 du code de l’éducation, il est inséré un article L. 121‑7‑1 ainsi rédigé :
« Art. L. 121‑7‑1. – Les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement sont en priorité des logiciels libres. Les modalités d’application du présent article sont définies par décret en Conseil d’État.

L’objet de l’amendement 837 est de modifier le dernier alinéa de l’article L. 131-2 du Code de l’éducation (issu de la loi pour la refondation de l’École de la République de 2013). Tel que cet article est actuellement rédigé, il ne fait qu’inciter les administrations à tenir compte de l’offre de logiciels libres. Rédaction sans aucune valeur normative qui ne relève que de la déclaration d’intention. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

Après le mot : « utilisées », le dernier alinéa de l’article L. 131‑2 du code de l’éducation est ainsi rédigé : « donne la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts. »

Rappelons qu’en 2013, avec l’adoption de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, le Parlement inscrivait pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, celui de l’enseignement supérieur, avec la création de l’article L.123-4-1 du Code de l’éducation. Sans renvoi à décret, et en absence d’une politique publique volontariste en la matière, cette disposition n’a pas encore pu produire ses effets. L’adoption des amendements 836 et 837 du groupe GDR apporteraient une cohérence rédactionnelle au Code de l’éducation, donc une meilleure lisibilité de la Loi, et permettront de donner une nouvelle impulsion politique pour la défense, et la promotion, des libertés informatiques dans l’éducation.

Le groupe de La France Insoumise a déposé un amendement identique (571) à celui qu’il avait déposé en commission des affaires culturelles et de l’éducation (et qui avait été rejeté) pour proposer l’inscription d’un recours systématique aux logiciels libres. Si nous soutenons sur le principe cet amendement, une priorité au logiciel libre nous semble mieux à même de répondre à la nécessité d’une véritable politique publique de transition, face à la dissymétrie des forces en présence. L’exposé des motifs n’en demeure pas moins très bon, avec des arguments détaillés et précis.

Autres amendements notables

L’amendement 395 à l’article 8, du groupe La France insoumise, propose l’interdiction de l’utilisation du mécénat par des personnes morales privées, moyen utilisé pour forcer la porte de l’école publique.

L’amendement 574 (après l’article 4), du même groupe, propose de « renforcer les garanties de protection des établissements scolaires et du service public de l’éducation vis-à-vis des intérêts lucratifs » et précise notamment que « les services de l’administration de l’éducation, tout comme les établissements scolaires, doivent respecter le principe de la neutralité commerciale du service public de l’éducation et y soumettre leurs relations avec les entreprises ».

Ces amendements font référence aux « accords de partenariat » dont celui de Microsoft avec le ministère de l’Éducation nationale. Précisons que le respect du principe de neutralité commerciale n’interdit pas toute intervention d’entreprises privées pourvu que le cadre éducatif soit toujours précisé et les garanties vérifiées.

Agir en faveur du logiciel libre pour une école de la confiance

Une manière d’agir est de relayer cette information concernant les amendements. En relayant cette page ou directement les amendements.

Les amendements 836 et 837 proposent d’ajouter un article après l’article premier, donc leur examen arrivera assez rapidement l’article 24 du projet de loi (ils seront donc étudiés en même temps que l’amendement 571). Le projet de loi sera examiné à l’Assemblée nationale à partir du lundi 11 février à 16 h par la discussion générale puis l’examen des amendements, la lecture des amendements se faisant par ordre des articles qu’ils proposent de modifier ou de créer. L’examen du texte se poursuivra lors de la séance de 21h30 le lundi, puis lors de la séance de mardi 12 février à 15h après les questions aux gouvernements, puis à la séance de 21h30. Les débats sont inscrits pour durer jusqu’au vendredi 15 février. Il est probable que les amendements 836 et 837 soient examinés dès lundi ou mardi jeudi 14, voire mercredi 13. Il faut donc se mobiliser rapidement.

Il est aussi possible d’agir en contactant par courriel et/ou par téléphone les député⋅e⋅s. L’ensemble des député⋅e⋅s ne participeront pas aux débats et aux votes, vous pouvez contacter en priorité :

Vous pouvez leur expliquer l’importance du logiciel libre qui est en phase avec les missions du système éducatif et la culture enseignante de diffusion et d’appropriation par tous de la connaissance et des savoirs. Vous pouvez lire Former les citoyens de demain : lettre de l’April à Jean-Michel Fourgous (2009) ou encore notre cahier Candidats.fr sur l’éducation (2012), toujours d’actualité. Vous pouvez également consulter la page éducation sur l’Expolibre. Vous pouvez aussi reprendre les arguments de l’exposé des motifs de l’amendement 571 et/ou de l’amendement 836.

Mais surtout n’hésitez pas à utiliser votre propre argumentation. Un message personnel, ou mieux un appel téléphonique, aura infiniment plus de poids que l’envoi d’un mailing.

Un appel téléphonique est beaucoup plus efficace qu’un courriel. Un coup de fil est plus personnel et beaucoup plus dur à éviter. Une bonne technique consiste à envoyer un courriel, puis appeler quelques heures après pour demander s’il a bien été reçu, poser des questions à son sujet, demander ce que le député compte faire. Un courriel copié/collé à partir d’un courriel type un impact négatif : cela affaiblit le contenu et le fait ressembler à du spam. Il vaut toujours mieux envoyer des courriels personnalisés, même et surtout s’ils sont écrits dans un style personnel.

Pour trouver les coordonnées des parlementaires rendez-vous sur le site de l’Assemblée nationale. Vous pouvez également appeler directement le standard de l’Assemblée nationale au 01 40 63 60 00 pour être mis en relation avec un ou une député⋅e.

Concernant les amendements visant les « accords de partenariat », vous pouvez utiliser l’interview de notre vice-président « L’État ne fait rien pour résister à l’entrisme de ces grandes firmes » et l’article Éducation. Comment le virus Microsoft contamine les classes avec une interview de Jean-François Clair, responsable du numérique au Snes-FSU (principal syndicat de l’enseignement secondaire), syndicat membre de l’April.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Urgent, mobilisez-vous, contactez les député⋅e⋅s pour la priorité au logiciel libre dans l’éducation

Une année de transformations pour la distribution Solus

Posted by CercLL sur 12 février 2019

La dernière version officielle date de septembre 2018, mais le projet Solus a dévoilé ses plans pour 2019. Une année de chantiers multiples, selon ses développeurs. En voici le résumé.

C’est la 6e distribution la plus populaire et, pourtant, elle reste moins connue et médiatisée. Solus est une distribution Linux indépendante, qui utilise un slogan fort : « Install Today. Updates Forever » (Installez aujourd’hui. Mettez à jour pour toujours). Elle a été lancée par Ikey Doherty, un Irlandais.

Solus développe l’environnement de bureau Budgie. Il utilise GTK3 et s’intègre avec GNOME par un partage de technologie. La différence ? Une barre de menu avec un centre de notifications et de personnalisation, ainsi qu’un menu avec catégories et options de recherche. Cela dit, GNOME et MATE sont deux autres options proposées par défaut par la distribution.

La version 11 de Budgie sera réécrite avec Qt19. En attendant, la version 10.5 est quasi terminée, mais manque encore de traducteurs. Le projet reste prévu pour la fin du premier trimestre de cette année. L’idée immédiate est de proposer une version compatible avec GNOME 3.30.

Quant à Budgie 11, le chantier devrait être lancé en avril prochain, comme on peut le lire sur le blog officiel avec une première version alpha pour la fin de l’été.

Autre objet d’attention dès le printemps, le Software Center (le centre de téléchargement de logiciels). Il sera entièrement réécrit en C et GTK3. Le travail sera mené de concert avec le gestionnaire de paquets, Sol. Outre une nouvelle interface, il faut s’attendre au support de Flatpak et Snaps. Un pas de plus vers la standardisation des distributions. Horizon prévu ? Courant juin.

Enfin, le blog officiel du projet sera, d’ici la fin de l’année 2019, remplacé par un « Activity Hub » (centre d’activités), qui devrait être le point de ralliement des différences équipes en charge de la documentation, de l’information et des médias sociaux.

Pour l’heure, les projets pour l’année 2019 peuvent être consultés sur le blog à cette adresse (en anglais).

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Une année de transformations pour la distribution Solus

Voici la nouvelle interface utilisateur de VLC 4.0

Posted by CercLL sur 12 février 2019

L’an dernier, VLC avait modernisé son moteur avec la version 3.0. Cette année, avec VLC 4, place à une très attendue révision de l’interface utilisateur. Résumé des nouveautés.

VLC Media Player est une véritable nébuleuse open source. Le lecteur multimédia est disponible sur un nombre impressionnant de plateformes, allant d’Android à Linux en passant par macOS X, iOS, Apple TV, Windows, Solaris, QNX, etc. Distribué sous licence GNU GPL, il reste un fleuron du logiciel libre, mais pas forcément… un modèle de beauté face à ses concurrents. Les choses vont changer avec VLC 4.

C’est à l’occasion du FOSDEM à Bruxelles que VLC a annoncé son intention de modifier en profondeur son interface. La vidéo complète peut être consultée en ligne.

Un air d’iTunes

VLC va se transformer en bibliothèque multimédia (tout en restant fondamentalement un lecteur) en indexant les éléments présents sur vos supports physiques, le réseau ou sur le cloud : musique et vidéos notamment. L’idée est de se rapprocher d’iTunes sur la forme, en restant beaucoup plus complet sur les nombreux formats supportés.

Quant au lecteur lui-même, il va lui aussi évoluer pour épouser plus de transparence et en adoptant des contrôles en surimpression des vidéos, à l’image des lecteurs du web.

Le nouveau lecteur, pour l’instant disponible en version expérimentale, adopte également le codec AV1, HEIF et se met à niveau pour Airplay d’Apple. Le support de la réalité virtuelle et de la 3D sera d’abord proposé sur mac, Linux, Windows et Android.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Voici la nouvelle interface utilisateur de VLC 4.0

Plantage d’Ubuntu 18.10 & 18.04, Canonical publie un correctif

Posted by CercLL sur 11 février 2019

Canonical vient de publier une mise à jour du noyau Linux pour ses distributions Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish) et Ubuntu 18.04.1 LTS (Bionic Beaver). Elle corrige un bug critique introduit par l’un des derniers correctifs de sécurité.

Nous avons affaire à un update visant le noyau Linux 4.18 d’Ubuntu 18.10 et Ubuntu 18.04.1 LTS. Il corrige un souci introduit par une importante mise à jour de sécurité publiée il y a quelques jours seulement. Elle a été proposée par Canonical le 4 février. Elle s’est adressée aux systèmes sous Ubuntu 18.10, Ubuntu 16.0.4 LTS et Ubuntu 14.04 LTS. Le de fonctionnant ne concerne cependant qu’Ubuntu 18.10. Il n’est pas anodin puisqu’il peut empêcher le démarrage de la machine avec certaines puces graphiques.

Dans son avis de sécurité, Canonical précise

« USN-3878-1 a corrigé des vulnérabilités dans le noyau Linux. Cette mise à jour a malheureusement introduit une « régression » qui pourrait empêcher les systèmes dotés de certains chipsets graphiques de démarrer. Cette mise à jour résout le problème. Nous nous excusons pour le désagrément »

Patch pour Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish) mais pas seulement

Si Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish) est la grande cible, ce problème concerne aussi les machines sous Ubuntu 18.04 LTS (Bionic Beaver) exécutant le noyau Linux 4.18 HWE (Hardware Enablement) d’Ubuntu 18.10. A noter que ce correctif sera proposé automatiquement avec Ubuntu 18.04.2 LTS prévu pour le 14 février. Canonical a du repousser la date de sortie en raison de ce bug.

Si vous exécutez Ubuntu 18.10 ou Ubuntu 18.04 LTS avec le noyau Linux 4.18, vous devez adopté

  • Linux-image 4.18.0-15.16 pour Ubuntu 18.10
  • Linux-image 4.18.0-15.16~18.04.1 pour Ubuntu 18.04 LTS

Vous trouverez toutes les instructions nécessaire ici : https://wiki.ubuntu.com/Security/Upgrades.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Plantage d’Ubuntu 18.10 & 18.04, Canonical publie un correctif

LibreOffice 6.2 introduit la Métabarre : voici ce qui va changer pour vous

Posted by CercLL sur 9 février 2019

La Document Foundation annonce LibreOffice 6.2. Principale nouveauté : la « métabarre » et une approche radicalement nouvelle de l’interface utilisateur, basée sur le concept MUFFIN. Tous les détails.

La Métabarre est disponible sous les formes Onglets, Groupée et Contextuelle, chacune avec une approche différente dans la présentation des menus et vient en complément des barres d’outils et du volet latéral.

La variante Onglets a pour but de fournir une interface familière aux utilisateurs venant de suites bureautiques propriétaires et est supposée être utilisée sans le volet latéral, alors que la forme Groupée permet d’accéder aux fonctions de “premier niveau” en un clic et les fonctions de “second niveau” en un maximum de deux clics.

La communauté « Design » a également apporté des modifications substantielles et des améliorations aux thèmes d’icônes, particulièrement les jeux « Elementary » et « Karasa Jaga ».

L’interopérabilité avec les formats de fichiers propriétaires a également été améliorée, comme pour toutes les versions majeures et mineures de LibreOffice, pour une meilleure compatibilité avec les documents Office, y compris les anciennes versions qui ont été rendues obsolètes par Microsoft.

L’accent a été mis sur les graphiques et les animations, ainsi que sur les fonctionnalités de sécurité des documents, avec un chiffrage agile et la vérification HMAC.

The Document Foundation a également publié LibreOffice 6.1.5, une version plus mature qui inclut plusieurs mois de correctifs rétroportés et qui convient mieux aux déploiements en entreprise, où les fonctionnalités importent moins que la robustesse, l’objectif principal étant la productivité individuelle.

LibreOffice 6.2 et LibreOffice 6.1.5 sont immédiatement disponibles àpartir de la page Web suivante : des versions du dernier code source de LibreOffice Online sont également disponibles, publiées sous forme d’images Docker. LibreOffice 6.2 est construit avec les bibliothèques de conversion de documents du projet Document Liberation.

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur LibreOffice 6.2 introduit la Métabarre : voici ce qui va changer pour vous

Ne dites plus Ring, mais Jami (et réjouissez-vous, le projet va très bien !)

Posted by CercLL sur 7 février 2019

Savoir Faire Linux a dû changer son fusil d’épaule. Trop d’entreprises privées détenaient des produits baptisés Ring. Son application de communication open source change de nom et devient Jami.

Jami est une plateforme et un logiciel de communication libre développé depuis 2016. L’ex-Ring est carrément un paquet officiel du projet GNU. Il est disponible pour plusieurs systèmes d’exploitation, dont GNU/Linux, Windows, macOS, Android et iOS.

« À l’heure actuelle, il existe de nombreux produits commerciaux (certains avec des caractéristiques semblables à Ring) protégés par des marques commerciales qui s’appellent Ring. Cela crée beaucoup de confusion pour les utilisateurs. Nous savons qu’étant donné que nous sommes un paquet GNU, nous pourrions conserver notre droit d’utiliser ce nom. Cependant, nous préférons utiliser notre énergie pour faire ce que nous savons et pouvons faire de mieux : développer de nouvelles fonctionnalités et assurer l’amélioration constante de notre projet. »

Après quatre années de développement, le système de communication distribué universel gratuit a atteint un niveau de maturité assez épatant. Au cours des mois à venir, l’équipe des développeurs entendent proposer une fonctionnalité de discussion en groupe, mais pensent également pouvoir utiliser le codage matériel et permettre l’utilisation de la technologie 4K. Un effort particulier sera donné à la version Windows, plus délaissée que les autres : « Notre objectif est d’être prêts à présenter ces améliorations au printemps« , dit le communiqué officiel.

« Nous considérons, en tant que professionnels, qu’une licence GPLv3+ est la licence la plus appropriée pour ce type de projet. C’est également le meilleur cadre possible pour relever le défi d’assurer la durabilité du projet, tout en créant de la valeur pour nos utilisateurs en terme de confidentialité de la communication. La contribution au développement de l’écosystème est l’une des conditions fondamentales du succès et de la viabilité de cette plateforme. »

Le projet est désormais accessible via l’adresse Jami.net.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ne dites plus Ring, mais Jami (et réjouissez-vous, le projet va très bien !)

Participez au Pacte pour la Transition !

Posted by CercLL sur 6 février 2019

Le Pacte pour la Transition vise à proposer des mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques en vue des élections municipales de 2020. Impulsé par le Collectif pour une Transition Citoyenne en partenariat avec de nombreuses organisations dont l’April (Emmaüs, Enercoop, La Nef, Greenpeace…), le Pacte pour la Transition fait l’objet d’une consultation du 30 janvier au 28 février 2019.

Une fois les priorités établies, le Pacte sera porté par des groupes de personnes auprès des candidats et candidates aux élections municipales de 2020. L’objectif sera également de suivre et d’accompagner, ensuite, les municipalités dans la mise en œuvre des engagements pris, tout au long des mandats.

Pour vous, quelles seraient les mesures prioritaires pour permettre le changement dans votre commune ?

Participer à la consultation

Dans le cadre de ce Pacte l’April porte une proposition « Donner la priorité au logiciel libre pour une informatique loyale au service de l’intérêt général ». Avec comme précisions :

  • Faire développer et utiliser prioritairement des logiciels libres et des formats ouverts dans les établissements, administrations, services et lieux publics placés sous l’autorité de la collectivité ou gérés par ses partenaires ;
  • Accompagner systématiquement ces initiatives en sensibilisant aux logiciels libres et aux formats ouverts les publics amenés à en bénéficier.

Vous pouvez soutenir cette proposition.

Soutenir la proposition sur la priorité au logiciel libre

L’April a déjà été partenaire du Collectif pour une Transition Citoyenne, dans le cadre de l’organisation de la Fête des Possibles dont la prochaine édition aura lieu du 14 au 29 septembre 2019.

Source april.org

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Participez au Pacte pour la Transition !

Ubuntu, le premier patch ne suffit pas parfois

Posted by CercLL sur 6 février 2019

Les correctifs de sécurité Ubuntu 18.04 de la semaine dernière ont causé des problèmes par inadvertance à certains utilisateurs. Canonical vient de publier un nouveau patch pour corriger ces régressions.

Parfois, quand je répare des choses dans ma maison, je finis par causer plus de problèmes. Les développeurs de logiciels savent de quoi je parle. La semaine dernière, les développeurs Ubuntu de Canonical ont corrigé plus de 10 bugs de sécurité dans Ubuntu 18.04… Mais ils en ont également introduit au moins deux supplémentaires.

L’équipe de sécurité d’Ubuntu l’a reconnu : « USN-3871-1 a corrigé des vulnérabilités dans le noyau Linux pour Ubuntu 18.04 LTS. Malheureusement, cette mise à jour a introduit des régressions avec les affichages des stations d’accueil et le montage des systèmes de fichiers ext4 avec l’option meta_bg activée. »

Pour la plupart d’entre nous, il ne s’agit pas de bugs pénalisants, mais si vous êtes l’une des personnes concernées, votre sentiment sera certainement bien différent. Il vous incombe donc de patcher le patch le plus tôt possible.

Le patch remplace linux-image 4.15.0-44.47 par linux-image 4.15.0-45.48.

Outre Ubuntu 18.04, ce bug peut avoir un impact sur les variantes d’Ubuntu comme Kubuntu, Xubuntu, et Lubuntu. D’autres distributions Linux, telles que Mint 19 et Mint 19.1, qui sont construites sur Ubuntu 18.04, pourraient également être touchées.

Pour patcher un bureau Ubuntu, exécutez Update Manager. Une fois la mise à jour terminée, vérifiez s’il y a de nouvelles mises à jour et cliquez sur le bouton ‘Installer les mises à jour’ pour mettre à jour les paquets sélectionnés sur votre PC. Sur un serveur sans interface graphique, exécutez les commandes suivantes à partir du shell :

$ sudo apt-get update
$ sudo apt-get dist-upgrade

Ensuite, après avoir installé les correctifs, redémarrez le système pour vous assurer que tous les changements sont mis en place.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ubuntu, le premier patch ne suffit pas parfois

Firefox 66 va couper le son des vidéos qui se lancent automatiquement

Posted by CercLL sur 5 février 2019

La prochaine version étiquetée 66 qui sera disponible le 19 mars prochain bloquera automatiquement le son des pages qui lancent la lecture d’une vidéo sans le consentement de l’utilisateur.

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Firefox 66 va couper le son des vidéos qui se lancent automatiquement

Firefox 66 vous préviendra si votre connexion est peut-être interceptée

Posted by CercLL sur 3 février 2019

La prochaine version de Firefox 66 proposera une page d’alerte si le navigateur détecte une anomalie sur votre connexion.

Cela fait des années que Mozilla déploie dans Firefox diverses contre-mesures pour empêcher les attaques de l’homme du milieu (MITM). Dans les notes de mise à jour de Firefox 23 et 32, deux versions du navigateur sorties respectivement en 2013 et 2014, sont par exemple détaillées des fonctionnalités permettant de limiter la portée de cette menace.

En 2019, le risque posé par les attaques MITM — qui, comme le nom l’indique, sont des attaques où un tiers se place au milieu d’une communication entre deux parties, sans qu’elles ne se doutent que leurs échanges sont en train d’être interceptés parce que leur liaison a été compromise — est toujours d’actualité. Aussi la fondation Mozilla prévoit-elle une nouvelle mesure pour Firefox 66.

Firefox 66 sera plus alerte en cas d’interception de la communication. // Source : Mozilla

Il s’agit d’une page d’avertissement qui sera activée par défaut avec cette version du logiciel, qui est attendue le 19 mars (Firefox 65 est sorti fin janvier et il s’écoule environ six à sept semaines entre deux grandes moutures). De cette façon, les internautes seront alertés lorsque «  leur connexion est probablement rompue à cause d’une application au milieu de leur trafic ».

Un message d’erreur devrait être alors apparaître notamment sous cette forme, avec des commentaires de la fondation : « MOZILLA_PKIX_ERROR_MITM_DETECTED ».

Selon une page d’aide de Mozilla, si ce message survient sur plusieurs sites qui n’ont rien à voir les uns avec les autres alors qu’ils fournissent une liaison sécurisée HTTPS entre leurs services et le navigateur de l’internaute, c’est qu’une interception a lieu : « quelque chose sur votre système ou réseau intercepte votre connexion et injecte des certificats d’une manière à laquelle Firefox ne fait pas confiance ».

Une alerte, différentes causes

La fondation explique qu’il peut s’agir d’un logiciel de sécurité « qui analyse les connexions chiffrées », afin de lutter contre des activités dangereuses dans le trafic, mais aussi d’un logiciel malveillant qui s’est installé sur le PC d’une victime et qui cherche à accéder au trafic sécurisé. Il peut aussi s’agir d’un indice que du filtrage et une surveillance au niveau sont en cours au sein d’une entreprise ou d’une quelconque organisation, pour contrôler ce que fait son personnel sur le réseau.

La survenue d’un tel message d’erreur ne veut pas forcément dire qu’il y a un grave souci qui a lieu sur votre connexion : il peut s’agir d’un antivirus dont la configuration manque de finesse. Mozilla propose d’ailleurs des pistes pour résoudre ces alertes avec les produits d’Avast/AVG, de Bitdefender, de Bullguard, d’ESET et de Kaspersky. D’après Mozilla, les alertes les plus courantes proviennent des antivirus.

Dans ces trois cas de figure, ces interceptions procèdent en remplaçant les certificats de sécurité du site par d’autres. Ces certificats électroniques servent à valider la fiabilité d’une liaison établie entre l’internaute et le site sur lequel il se rend (sa banque, son site de e-commerce préféré, sa messagerie électronique, Facebook…). Ces certificats sont signés par des tiers de confiance et servent à vérifier l’authenticité des sites.

En définitive, l’apparition d’un tel message appelle à enquêter pour déterminer la cause du problème et prendre les mesures qui s’imposent.

Source numerama.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Firefox 66 vous préviendra si votre connexion est peut-être interceptée

Lettre d’information publique de l’April du 1er février 2019

Posted by CercLL sur 2 février 2019

Sur le front de la mobilisation contre le projet de directive droit d’auteur, l’April est co-signatrice d’une lettre ouverte appelant à la suppression des articles 11 et 13 du projet de directive. Ce sujet a été au cœur de notre émission Libre à Vous ! du 29 janvier (podcast disponible).

Au niveau national, l’April a lancé un appel à contacter les parlementaires pour introduire une priorité au logiciel libre dans le cadre du projet de loi pour une école de la confiance a été le cadre de débats. Les amendements ont été rejetés mais le débat n’est pas fini et reviendra en séance publique la semaine du 11 février.

Source april.org

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Lettre d’information publique de l’April du 1er février 2019

 
%d blogueurs aiment cette page :