CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Visioconférence

  • Languages Disponibles

  • Richard Stallman

  • Le Logiciel Libre

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Mobilizon Chapril

  • Chapril Mumble

  • Articles récents

  • Le Manchot

  • Écoutez

  • Lsdm liste des Gulls

  • Toolinux

  • Mastodon CercLL

  • Méta

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Suivez nous sur Diaspora

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 83 938 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 223 autres abonnés

  • RSS CERCLL

  • Archives

Archive for décembre 2020

Générateur de code QR libre et éthique, notre nouveau service Chapril

Posted by CercLL sur 31 décembre 2020

 

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le Chapril compte un nouveau service libre en ligne et accessible à tout le monde :

Service qrcode.chapril.org

 

Le service qrcode.chapril.org est un générateur de code QR. Un code QR est un code-barres en 2 dimensions dans lequel du texte est inscrit sous forme de carrés blancs ou noirs. Écrivez un texte et obtenez une image apposable où vous voulez. Il pourra être décodé avec un appareil muni d’un capteur photo et d’un logiciel adéquat. Le service s’appuie sur le logiciel libre LibreQR.

Bravo et merci à Christian P. Momon pour ce nouveau service. Si vous aussi voulez devenir animateur de service Chapril, rejoignez-nous sur la liste de discussion chapril@april.org.

Pour rappel, le Chapril est une plateforme de l’April qui met à disposition de tout le monde des services libres en ligne. Ouvert en 2018, le Chapril se fait en tant que membre du projet CHATONS (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) lancé par Framasoft.

Venez découvrir tous les services du Chapril :
Découvrez les services du Chapril

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source april.org

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , | Commentaires fermés sur Générateur de code QR libre et éthique, notre nouveau service Chapril

Forge collaborative libre et éthique, notre nouveau service Chapril

Posted by CercLL sur 30 décembre 2020

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le Chapril compte un nouveau service libre en ligne et accessible à tout le monde :

 

Le service forge.chapril.org est un service libre de forge : une plateforme collaborative en ligne de gestion de dépôts, ressources et contributions. Pratique pour partager les sources d’un logiciel ou les documents versionnés d’un projet et disposer de fonctionnalités complémentaires telles que la gestion de tickets, des pages wikis, outils de fusion… Le service s’appuie sur le logiciel libre Gitea.

Car c’est un paradoxe, il y a de plus en plus de projets libres mais très peu de plateformes libres où les partager collaborativement. Et souvent, des projets libres sont hébergés sur des plateformes non libres. Les participants sont alors soumis au traçage par des GAFAM, au risque d’exclusion pour des motifs économiques ou politiques, et ceux qui refusent sont dans l’impossibilité de participer aux projets. Pour lever ces contradictions, notre nouveau service participe à multiplier l’offre libre, éthique et loyale pour des projets libres en cohérence et des participants respectés.

Bravo et merci à Christian P. Momon pour ce nouveau service. Si vous aussi voulez devenir animateur de service Chapril, rejoignez-nous sur la liste de discussion chapril@april.org.

Pour rappel, le Chapril est une plateforme de l’April qui met à disposition de tout le monde des services libres en ligne. Ouvert en 2018, le Chapril se fait en tant que membre du projet CHATONS (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) lancé par Framasoft.

Venez découvrir tous les services du Chapril :
Découvrez les services du Chapril

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source april.org

 

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Forge collaborative libre et éthique, notre nouveau service Chapril

Darktable 3.4 : impressionnante mise à jour du logiciel de traitement d’image

Posted by CercLL sur 29 décembre 2020

La grande mise à jour du logiciel libre de traitement d’image est arrivée. La version 3.4 de Darktable est disponible depuis quelques jours. « Entre les dépôts darktable, rawspeed et dtdocs, il y a eu plus de 5.500 commits » cette année, se réjouissent les développeurs.

C’est quoi Darktable ?

Darktable est un logiciel open source de traitement photographique qui permet de cataloguer ses photographies numériques et d’y appliquer des corrections et effets. Il autorise également le contrôle en temps réel d’appareil photographique numérique (APN) connecté par un câble à un ordinateur.

darktable dispose de deux modes principaux, la table lumineuse et la chambre noire. darktable est livré avec plus de 50 modules de traitement d’images qui couvrent l’ensemble des besoins, depuis les opérations de base.

La mise à jour 3.4 de Darktable

L’application, qui permet de catalogue et d’éditer ses fichiers RAW sous Linux, Windows et macOS X propose un grand nombre de nouveautés dans la version 3.4, dont voici un aperçu :

de nombreux algorithmes de traitement d’images gourmands en calcul ont été mis à jour pour être plus rapides et plus évolutifs lorsqu’ils fonctionnent sur le CPU ;
un nouveau module de “calibration des couleurs” absorbe le module de “mixage des canaux” ;
trois nouveaux modes de visualisation ont été ajoutés au module filmique RVB pour aider l’utilisateur à comprendre sa fonctionnalité ;
des améliorations de l’égalisateur de ton ;
fusion et masquage linéaire relatif à la scène ;
script manager”, un script Lua maintenant accessible dans la table lumineuse ;
première version du nouveau manuel d’utilisation, désormais divisé en un projet séparé appelé “dtdocs”, complètement réorganisé et réécrit dans une structure plus facile à maintenir en utilisant Markdown.

Les nouveautés sont largement détaillées en français sur cette page de blog.

Télécharger Darktable

L’application est disponible gratuitement sur Windows, macOS X et, bien entendu, Linux. Des paquetages pour Ubuntu, openSUSE, Arch Linux, Fedora, Gentoo, Debian, Solaris et beaucoup d’autres distributions et systèmes sont directement accessibles depuis cette page.

Liens

Site web officiel
Téléchargement (Linux, Windows, macOS X)
Darktable FR
Présentation de la version 3.4 (en français)

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Darktable 3.4 : impressionnante mise à jour du logiciel de traitement d’image

Vos cadeaux de Noël vous espionnent-ils ? Vérifiez-le en ligne !

Posted by CercLL sur 28 décembre 2020

Vous avez peut-être reçu un objet connecté pour Noël, mais savez-vous ce que font ces appareils de vos données personnelles ? Mozilla publie une nouvelle édition de son guide annuel pour vous aider à y voir plus clair.

Enceintes connectées, lampes, thermostats, caméras, console de jeux, casques d’écoute, bracelets, montres : les objets connectés sont désormais partout dans notre quotidien.

Pas toujours simple d’y voir clair en matière de protection de la vie privée. Quelles sont les données collectées ? Sont-elles analysées ou vendues à des fins publicitaires ? Le micro est-il constamment allumé ? Pour le savoir, Mozilla publie une nouvelle édition de son guide Privacy Not Included, répertoriant un très grand nombre d’objets connectés sortis ces dernières années.

Voici quelques exemples d’appareils particulièrement… préoccupants :

Mozilla – privacy not included : site web en anglais.

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Vos cadeaux de Noël vous espionnent-ils ? Vérifiez-le en ligne !

Gull

Posted by CercLL sur 25 décembre 2020

Posted in CercLL | Tagué: , | Commentaires fermés sur Gull

Le « partitionnement du réseau », la nouvelle parade de Firefox aux trackers

Posted by CercLL sur 22 décembre 2020

Avec la sortie de Firefox 85 prévue en janvier prochain, Mozilla s’apprête à dévoiler son nouveau système de défense face à la multiplication des trackers sur la toile. Celui-ci repose sur une fonctionnalité appelée « partitionnement du réseau ». Explications.

Firefox 85, dont la sortie est prévue pour le mois prochain, en janvier 2021, sera livré avec une fonctionnalité appelée « partitionnement du réseau », qui fera office pour Mozilla de nouvelle forme de protection anti-pistage. Cette fonction est basée sur le « client-side storage partitioning », une nouvelle norme actuellement développée par le groupe chargé de la protection de la vie privée au sein du World Wide Web Consortium.

« Le partitionnement du réseau est très technique, mais pour le simplifier quelque peu, disons que votre navigateur a de nombreuses façons de sauvegarder des données provenant de sites web, et pas seulement par le biais de cookies », explique Zach Edwards, chercheur en matière de protection de la vie privée, lors d’un entretien accordé à ZDNet la semaine passée. « Ces autres mécanismes de stockage comprennent le cache HTTP, le cache des images, le cache des favicônes, le cache des polices, le cache de préflashage CORS, et toute une série d’autres caches et mécanismes de stockage qui peuvent être utilisés pour suivre les personnes sur les sites web ».

Selon le chercheur, tous ces systèmes de stockage de données sont partagés entre les sites web. La différence est que le partitionnement du réseau permettra à Firefox d’économiser des ressources comme le cache, les favicons, les fichiers CSS, les images, et plus encore, sur une base par site web, plutôt qu’ensemble, dans le même pool. Il sera donc plus difficile pour les sites web et les tiers, comme les sociétés de publicité et d’analyse web, de suivre les utilisateurs, car ils ne pourront pas vérifier la présence de données d’autres sites dans ce pool partagé.

Selon Mozilla, les ressources réseau suivantes seront partitionnées à partir de Firefox 85 :

  • Cache HTTP
  • Cache d’images
  • Cache Favicon
  • Mise en commun des connexions
  • Cache de la feuille de style
  • DNS
  • Authentification HTTP
  • Alt-Svc
  • Les connexions spéculatives
  • Cache des polices
  • HSTS
  • OCSP
  • Cache intermédiaire de l’AC
  • Certificats de clients TLS
  • Identificateurs de session TLS

Mozilla à la traîne

Si Mozilla va déployer le « système de partitionnement » des données utilisateur le plus large à ce jour, le créateur de Firefox n’est pas le premier. Selon Zach Edwards, le premier fabricant de navigateurs à le faire a été Apple, en 2013, lorsque la marque à la pomme a commencé à partitionner le cache HTTP, avant de partitionner encore plus de systèmes de stockage de données utilisateur des années plus tard, dans le cadre de sa fonction de prévention du suivi.

Google a également partitionné le cache HTTP le mois dernier, avec la sortie de Chrome 86, et les résultats ont commencé à se faire sentir immédiatement, car Google Fonts a perdu certaines de ses mesures de performance car il ne pouvait plus stocker les polices dans le cache HTTP partagé. L’équipe de Mozilla s’attend à des problèmes de performances similaires pour les sites chargés dans Firefox, mais elle est prête à encaisser le coup juste pour améliorer la vie privée de ses utilisateurs.

« La plupart des décideurs politiques et des stratèges numériques se concentrent sur la mort du cookie tiers, mais il existe une grande variété d’autres techniques d’empreintes digitales et de stratégies de suivi des utilisateurs qui doivent être brisées par les navigateurs », a également déclaré M. Edwards, de ZDNet, en se félicitant de la décision de Mozilla.

PS : Mozilla a également déclaré qu’un effet secondaire du déploiement du partitionnement du réseau est que Firefox 85 pourra enfin mieux bloquer les « supercookies », un type de fichier de cookies de navigateur qui abuse de divers supports de stockage partagé pour persister dans les navigateurs et permettre aux annonceurs de suivre les mouvements des utilisateurs sur le web.

Source : zdnet.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Le « partitionnement du réseau », la nouvelle parade de Firefox aux trackers

CercLL

Posted by CercLL sur 21 décembre 2020

L’association CercLL est sur le serveur mumble.chapril.org dans le salon GULL

Mumble.chapril.org est un service de conférences audio.

Une fois le client Mumble lancé, il suffit d’ajouter un serveur avec les infos suivantes:

  • Nom: Chapril
  • Adresse: mumble.chapril.org
  • Port: 64738
  • Nom d’utilisateur: indiquez votre nom ou pseudo

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur CercLL

Firefox 84 : Mozilla apporte un support natif aux nouveaux Macbook d’Apple

Posted by CercLL sur 18 décembre 2020

Mozilla vient de livrer une mise à jour de la dernière version de son navigateur Firefox. Celle-ci est destinée à apporter un support natif pour les nouveaux Macbook d’Apple équipés de puces M1.

Mozilla vient de publier Firefox 84, sa dernière mise à jour pour 2020, destinée à apporter un support natif pour les nouveaux Macbook équipé des nouvelles puces M1 d’Apple. Mozilla affirme que Firefox 84 apporte des « améliorations spectaculaires des performances », par rapport à la version non native livrée avec Firefox 83 dès novembre, une semaine après la sortie des premiers Mac M1.

Les résultats sont là : les tests de Mozilla utilisant SpeedoMeter 2.0 suggèrent que Firefox se lance maintenant plus de 2,5 fois plus vite, et que les applications web sont plus réactives.

Les utilisateurs de nouveaux Mac M1 doivent quitter complètement et redémarrer Firefox après la mise à niveau vers Firefox 84 pour faire fonctionner le navigateur sur la nouvelle architecture. Tout comme la prise en charge de Firefox pour les appareils M1 – la première série de SoC en silicium d’Apple – Firefox 84 devient la dernière version du navigateur à prendre en charge Adobe Flash. Tous deux rappellent l’influence que le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, a exercé et continue d’exercer sur les logiciels et le matériel, neuf ans après sa mort.

Pour rappel, Steve Jobs avait abandonné Flash en 2010, alors que celui-ci était un logiciel Adobe à succès mais restait un produit « fermé créé à l’ère des PC – pour les PC et les souris » et qui ne convenait pas à l’iPad, alors flambant neuf, ni à aucun de ses anciens iPhone. Le célèbre dirigeant d’Apple avait alors déclaré que l’avenir du web passerait par le HTML5, le JavaScript et le CSS.

Source : zdnet.com

Posted in CercLL | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Firefox 84 : Mozilla apporte un support natif aux nouveaux Macbook d’Apple

Tutanota, service d’e-mail crypté le plus sûr au monde ?

Posted by CercLL sur 17 décembre 2020

C’est le message que tente de faire passer l’entreprise allemande dans un blog très offensif consacré aux atouts du service, dont une totale absence de suivi et l’utilisation exclusive de technologies open source.

Pour Matthias Pfau, face aux marketing féroce de nombreux services de courrier électronique, il fallait rassembler les faits et expliquer en détail « pourquoi Tutanota est le service de messagerie électronique le plus sûr au monde« . Il a donc pris la plume sur le blog officiel, un article depuis lors traduit en français.

Quels sont donc les atouts de Tutanota qui permettraient d’en faire l’e-mail le plus sécurisé au monde ? Plusieurs facteurs, selon Pfau : « Sur nos serveurs ou sur vos appareils : chez Tutanota, toutes les données sont toujours cryptées de bout en bout. (…) Nous ne proposons pas le protocole IMAP, car il ne fonctionnerait que si nous envoyions des données décryptées à votre appareil.
(…) Même lorsque vous effectuez une recherche dans votre boîte aux lettres cryptée à Tutanota, l’index de recherche est crypté et stocké localement avant que vous puissiez rechercher vos données en toute sécurité. »

Parmi les protocoles de sécurité utilisés, citons SPF, DKIM et DMARC : « Ces trois protocoles sont nécessaires pour renforcer l’infrastructure contre l’intrusion du phishing et du spam. Tutanota ajoute une couche supplémentaire à cette protection en permettant à ses utilisateurs de signaler les cas de hameçonnage« .

Sur l’open source, l’éditeur persiste : « Nous avons publié tous les clients de messagerie électronique en open source afin que les experts en sécurité puissent toujours vérifier le code. Jamais de porte dérobée de cryptage à Tutanota. (…) Nous n’utilisons aucun service Google, tel que Google Push ou Goggle reCaptcha, pour nous assurer que ce géant de la Silicon Valley ne puisse pas vous suivre en vérifiant votre boîte aux lettres sécurisée ou votre agenda crypté. »

Ces articles pourraient vous intéresser

Pourquoi l’open source continue d’inspirer (et de s’imposer à) Tutanota
Tutanota : nouveaux bureaux, feuille de route 2020

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Tutanota, service d’e-mail crypté le plus sûr au monde ?

Linus Torvalds : « « Rien d’effrayant » dans le nouveau noyau Linux 5.10

Posted by CercLL sur 16 décembre 2020

Linux 5.10 est important car c’est la dernière version du noyau avec un support à long terme. Le point sur les dernières heures de la feuille de route.

Le créateur de Linux, Linus Torvalds, a annoncé la version 5.10 du noyau Linux, avec un tas de mises à jour des pilotes et un message aux développeurs leur demandant de ne pas soumettre de nouveaux correctifs avant la fin des vacances de 2020, marquées par la pandémie de Covid.

Linux 5.10 est une version importante car c’est le dernier noyau avec support à long terme (LTS), ce qui signifie qu’il sera supporté pendant au moins deux ans. Mais souvent, les versions LTS se terminent par un support de six ans. Les versions LTS sont importantes parce que les corrections de bug importantes sont rétroportées vers elles pendant la période de support, afin de s’assurer que les développeurs de périphériques disposent des principales corrections de sécurité longtemps après la publication initiale de la version du noyau.

Au-delà de son statut de LTS, cette version n’est pas particulièrement spéciale. Cependant, selon Linus Torvalds, elle contient un « petit nombre » de corrections pour le réseau, les architectures, et les systèmes de fichiers. « Rien d’effrayant : la plupart des patchs sont très petits », précise-t-il. « Il y a pas mal de corrections, y compris quelques retours de dernière minute pour des choses qui n’ont pas été réparées, mais rien ne me fait dire qu’il nous faut une autre semaine. »

Tout doit être fini avant les vacances

Cette mise à jour intervient juste avant la période des vacances de fin d’année 2020, alors qu’une grande partie de l’hémisphère nord connaît de nouvelles vagues de la pandémie. Linus Torvalds avertit les contributeurs qu’il va être un peu plus strict sur les changements de dernière minute du code du noyau pour la version 5.11, en raison de ces circonstances.

« La chose la plus remarquable à propos de la fenêtre de fusion 5.11 sera évidente pour quiconque jettera un coup d’œil au calendrier : d’un point de vue réaliste, nous n’avons qu’une semaine avant les vacances et tout le monde est beaucoup trop distrait », écrit-il. « Cela signifie que je serai particulièrement strict. La fenêtre de fusion, c’est pour les choses qui sont prêtes avant que la fenêtre de fusion commence. »

La fenêtre de fusion de la version 5.11 à commencé le lundi 14 décembre, affirme Linus Torvalds. « Je suis sûr que vous voulez tous partir en vacances, aussi je suis surpris de ne pas avoir plus de demandes de retrait anticipé en attente. Je pense donc que nous pouvons tous souscrire à l’idée que tout ce que vous m’envoyez aurait déjà dû être fait », note-t-il.

« Mais, précisément en raison du calendrier, je ne serai tout simplement pas très intéressé par les nouvelles demandes de retrait tardif qui arriveront au cours de la deuxième semaine de la fenêtre de fusion : je m’attends à traiter une partie de l’arriéré cette semaine-là de toute façon, mais je ne veux certainement pas en recevoir davantage. »

Source : zdnet.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , , | Commentaires fermés sur Linus Torvalds : « « Rien d’effrayant » dans le nouveau noyau Linux 5.10

Noyau 5.10 de Linux : ce qu’il faut en retenir

Posted by CercLL sur 14 décembre 2020

Ce dimanche, Linus Torvalds a officialisé la sortie du noyau Linux 5.10. Une étape importante puisqu’il s’agit cette fois d’un noyau LTS, prévu pour au moins les 5 prochaines années.

Linus explique : « Il y a pas mal de correctifs ici, y compris quelques retours de dernière minute pour des choses qui n’ont pas été corrigées, mais rien ne me pousse à déclarer qu’il faudrait encore une semaine« . Traduction : la fenêtre de fusion pour 5.11 peut démarrer dès ce lundi.

Le noyau Linux 5.10 LTS (Ndlr support de long terme) sera probablement utilisé par Debian 11 ou encore la très attendue Mageia 8, actuellement au 2e stade bêta.

Par contre, ne vous attendez pas à une adoption du noyau dans les prochaines Ubuntu (21.04) et Fedora 34. Les deux distributions adopteront plus que probablement le successeur, le noyau Linux 5.11.

Quoi de neuf dans Linux 5.10 ?

Le noyau 5.10 de Linux ajoute de nouvelles compatibilités matérielles, notamment les architectures Intel Rocket Lake et Alder Lake, la poursuite du travail déjà accompliqué pour les puces Intel Gen12/Xe Graphics et un nombre assez important d’améliorations au niveau du stockage et du système de fichiers. Il faut noter que le support Raspberry Pi VC4 est désormais présent dans le noyau Linux principal. Enfin, dans un registre plus ludique, le contrôleur de la Nintendo Switch est désormais pleinement supporté.

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , , | Commentaires fermés sur Noyau 5.10 de Linux : ce qu’il faut en retenir

Firefox : comment activer le mode « HTTPS uniquement » pour surfer de façon plus sécurisée ?

Posted by CercLL sur 12 décembre 2020

Le navigateur Web de Mozilla embarque un mode « HTTPS uniquement » offrant une sécurité supplémentaire durant votre navigation. Voici comment l’activer.

Depuis Firefox 83, les utilisateurs du navigateur Web de Mozilla ont la possibilité d’activer un mode « HTTPS uniquement ». Lorsque cette fonctionnalité est activée, Firefox tentera de charger automatiquement la version sécurisée du site que vous souhaitez consulter lorsqu’elle existe.

Et si toutefois il vous arrive de tomber sur un site web ne prenant pas en charge le protocole HTTPS, Firefox vous demandera au préalable votre autorisation avant de valider ou non le chargement de la page sur votre machine. Découvrez comment procéder pour activer le mode HTTPS uniquement dans Firefox.

À découvrir aussi en vidéo :

1. Ouvrez les Options

Ouvrez une fenêtre de Firefox et cliquez sur le menu principal figuré par trois traits superposés. Rendez-vous ensuite dans le menu Options pour accéder aux paramètres du navigateur.

2. Activez le Mode HTTPS uniquement

Dans la fenêtre des paramètres de Firefox qui s’affiche, placez-vous sur la section consacrée à la Vie privée et sécurité dans la colonne de gauche.

Faites ensuite défiler toutes les options affichées jusqu’en bas de la fenêtre. Vous y trouverez les options liées au Mode HTTPS uniquement.

Par défaut, ce mode est désactivé. Vous pourrez, au choix, choisir d’Activer le mode HTTPS uniquement dans toutes les fenêtres, ou d’Activer le mode HTTPS uniquement dans les fenêtres privées seulement.

3. Naviguez sur un site non sécurisé

S’il vous arrive de tomber sur un site non sécurisé, ne prenant pas en charge le protocole HTTPS, Firefox ne chargera pas la page sur votre machine et affichera une fenêtre d’avertissement.

Vous pourrez, si vous le souhaitez et avec les risques que cela peut impliquer, choisir de Continuer vers le site HTTP, ce qui aura pour effet de désactiver temporairement le mode HTTPS uniquement que vous avez activé.

Vous pourrez également cliquez sur l’icône figurant un cadenas dans la barre d’adresses de Firefox pour gérer directement l’activation de cette fonction dans le navigateur.

Source 01net.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Firefox : comment activer le mode « HTTPS uniquement » pour surfer de façon plus sécurisée ?

La santé balbutiante de la fondation Mozilla menace Firefox

Posted by CercLL sur 12 décembre 2020

La mauvaise santé de la fondation Mozilla continue à menacer l’avenir du navigateur Firefox, lui-même en perte de vitesse. Une vraie menace pour ses utilisateurs.

Les nuages s’amoncellent au-dessus de la fondation Mozilla. Si son navigateur Firefox continue à être plébiscité par nombre d’utilisateurs, la fondation traverse aujourd’hui de graves turbulences. Et pas seulement d’ordre financier.

Dans son rapport annuel 2019, Mozilla parle beaucoup d’un « internet sain pour tous ». Mais cette bonne volonté affichée inclut-elle ses propres programmateurs ? Rappelons que Mozilla et Firefox produisaient encore jusqu’à il y a peu des travaux importants, comme les langages JavaScript, Rust et WebAssembly. Ils étaient également les champions de la sécurité et de la protection de la vie privée. Des projets comme DNS-over-HTTPS (DoH) et les améliorations générales de la sécurité s’annonçaient très intéressants. Jusqu’en 2020, année durant laquelle Mozilla a licencié de nombreux développeurs.

Pour commencer, la fondation a licencié certains de ses collaborateurs les plus expérimentés. Il s’agissait de développeurs de haut niveau, comme Liz Henry, alors responsable des versions de Firefox, et aujourd’hui responsable des versions de Twitch, la plateforme de streaming vidéoludique. Puis, en août, Mozilla a licencié près d’un quart de son personnel. L’équipe en charge de Rust a été particulièrement touchée. Mitchell Baker, PDG de Mozilla Corporation et président de la Fondation Mozilla, a attribué cette dernière vague à la pandémie de coronavirus.

Bâtir un nouveau modèle

Le dirigeant indiquait alors que « l’ancien modèle où tout était gratuit a des conséquences, ce qui signifie que nous devons explorer une série d’opportunités commerciales différentes et d’autres échanges de valeurs ».

Cependant, quelques jours seulement après les licenciements, Mozilla et Google ont prolongé de trois ans leur accord de recherche actuel. Ce nouvel accord garantira que Google reste le fournisseur de moteur de recherche par défaut dans le navigateur Firefox jusqu’en 2023, pour un montant estimé entre 400 et 450 millions de dollars par an.

Résultat : les revenus de Mozilla en 2019 ont été de 826,6 millions de dollars, soit une augmentation de 84 % d’une année sur l’autre, et sa meilleure année à ce jour. Pourtant, si l’on se penche de plus près sur l’exercice 2019 de la fondation, on remarque tout de même que Mozilla a comptabilisé 338 millions de dollars dans la rubrique « Autres revenus ». Cet argent provient de Verizon, dans le cadre d’un règlement judiciaire où Mozilla a choisi de se retirer de son contrat avec Yahoo après son acquisition par Verizon.

Une santé financière balbutiante

Si l’on laisse de côté les fruits de ce litige, la quasi-totalité des revenus de Mozilla, soit 92 %, provenait de son contrat de publicité avec Google de 2017. Si cela constitue une grosse somme, la vérité est que, sans elle, Mozilla est en fait en train de perdre de l’argent. La fondation a en effet perdu beaucoup plus qu’elle n’a gagné en 2018. En 2019, les dépenses de Mozilla se sont élevées à 495,3 millions de dollars, soit près de 5 millions de dollars de plus que ses revenus.

Le développement de logiciels, 304 millions de dollars, a constitué la majeure partie, 61 % des dépenses de Mozilla. Avec ses deux séries de coupes, le développement de logiciels pourrait ne plus représenter autant de dépenses en 2020. Mozilla n’a pas vu la nécessité de mentionner ces réductions dans son rapport financier et les documents associés.

Il est également intéressant de noter que dans le rapport 2019 de la Fondation Mozilla (formulaire 990), la Fondation Mozilla à but non lucratif – et non la société commerciale Mozilla Corp – a déclaré 28,4 millions de dollars de revenus et 21,9 millions de dollars de dépenses, ce qui signifie que la Fondation elle-même était dans le rouge. Une première explication pourrait passer par le traitement des salaires et autres rémunérations des employés, qui représentaient 9,4 millions de dollars de dépenses en 2019.

De mauvais chiffres

Mais dans d’autres domaines, Mozilla continue de réduire ses coûts. La fondation quittera ses bureaux de Mountain View lorsque son bail prendra fin en janvier. Le plus gros problème, que Mozilla n’a pas abordé dans son rapport annuel, n’est pas la réduction de ses effectifs, mais la baisse constante de sa part de marché des navigateurs web.

La part de marché de Firefox diminue depuis des années. En juillet 2012, Firefox avait commencé à reculer de son record historique de 23,75 %. En mars 2020, selon le programme d’analyse numérique (DAP) du gouvernement fédéral américain, qui nous donne un décompte des 90 derniers jours de visites sur les sites web du gouvernement américain, la part de marché de Firefox était tombée à seulement 3,6 %. Le 9 décembre 2020, quelques mois plus tard, la part de Firefox n’était plus que de 3,4 %.

Si cela ne suffisait pas, les chiffres du navigateur sur mobile n’ont jamais été aussi mauvais. Résultat : les seules coupes dans les infrastructures et ses meilleurs développeurs ne sauveront pas Mozilla. Et, avec la part de marché toujours décroissante de Firefox, elle ne pourra pas compter sur de futurs contrats publicitaires annuels de cent millions de dollars pour la sauver. Pour que Mozilla continue à compter, il lui faut une nouvelle gestion et un nouveau plan stratégique.

Source :zdnet.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , | Commentaires fermés sur La santé balbutiante de la fondation Mozilla menace Firefox

Brevets logiciels : appel à dons de la FFII pour déposer une plainte constitutionnelle en Allemagne

Posted by CercLL sur 11 décembre 2020

Nous relayons un appel à dons lancé par la FFII, Foundation for a Free Information Infrastructure, dans le cadre de la mobilisation contre le danger des brevets logiciels, remis sur le devant de la scène par le projet de brevet unitaire, notamment parce qu’il ne propose aucun garde-fou contre les dérives d’organismes comme l’Office européen des brevets.

Le message de la FFII :

Les brevets logiciels reviennent avec le brevet unitaire, qui est la troisième tentative de les imposer en Europe.

En 2005, les grandes entreprises ont demandé au Parlement européen de rejeter la directive, afin de mieux pousser pour une cour centrale des brevets en Europe, en dehors de tout contrôle démocratique et en dehors de la Cour européenne de justice (CJEU), ce qu’ils ont obtenu en 2012.

L’accord relatif à une juridiction unifiée du brevet est presque en vigueur, il ne manque plus que la signature de l’Allemagne, et la FFII va déposer une plainte constitutionnelle, car l’Office européen des brevets (OEB) ne peut être poursuivi pour mauvaise administration.

L’accord relatif à une juridiction unifiée du brevet est aussi plus coûteux pour les PME dans le cas d’accès à la justice, où cette cour va s’autofinancer sur les litiges des parties (20.000 EUR ou 10.000EUR de frais).

Aucune étude d’impact ne prend en compte ces deux derniers chiffres, parce que la Commission européenne a essayé de cacher ce problème des coûts exorbitants du système en refusant de refaire une étude d’impact prenant en compte ces valeurs. Les études d’impact ont été magouillées afin de cacher la vérité.

Nous appelons donc les entreprises du logiciel ainsi que les développeurs indépendants à donner pour financer cette plainte cruciale pour l’avenir de la liberté de programmer en Europe.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de la FFII Le vote désastreux du Bundestag du 26 novembre 2020.

L’April s’était mobilisée dès 2011 sur le projet de brevet unitaire en lançant le site Unitary-Patent.eu destiné à fournir une expertise au Parlement européen et l’aider à corriger les défauts du projet. En améliorant le règlement, une politique démocratique de l’innovation en Europe aurait pu enfin être édifiée. Malheureusement, en décembre 2012 le Parlement européen a voté pour le règlement sur le brevet unitaire : les eurodéputés ont finalement accepté le texte malgré tous les risques juridiques, économiques et politiques.

Faire un don à la FFII

Source april.org

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Brevets logiciels : appel à dons de la FFII pour déposer une plainte constitutionnelle en Allemagne

La CNIL frappe Google et Amazon au portefeuille pour leurs usages abusifs des cookies

Posted by CercLL sur 10 décembre 2020

Google et Amazon ont été sanctionnés par de lourdes amendes, pour non-respect de la législation sur les cookies.

Après Carrefour le mois dernier, la CNIL s’attaque aux GAFAM, et inflige de lourdes sanctions de 100 millions d’euros à Google et de 35 millions d’euros à Amazon pour des infractions à la législation sur les cookies.

« La formation restreinte, organe de la CNIL chargé de prononcer les sanctions, a constaté, à la suite de contrôles, que lorsqu’un internaute se rendait sur les sites web google.fr et amazon.fr, des cookies publicitaires étaient déposés sur son ordinateur sans qu’il ait préalablement donné son accord », affirme la CNIL dans un communiqué diffusé aujourd’hui.

« Elle a ensuite relevé que les bandeaux d’information affichés lors de la consultation de ces sites ne contenaient pas d’informations suffisamment claires pour que l’internaute sache ce à quoi servent ces cookies et la façon dont il peut les refuser », ajoute la Commission.

Indigestion de cookies pour Google

La sanction envers Google se scinde en deux. La CNIL a décidé de sanctionner la société Google LLC d’une amende de 60 millions d’euros, et la société Google Ireland Limited d’une amende de 40 millions d’euros, après avoir relevé trois violations à l’article 82 de la loi Informatique et Libertés. A la suite d’un contrôle en ligne effectué sur le site google.fr en mars dernier, la CNIL reproche à la firme de Moutain View d’avoir déposé des cookies automatiques sur l’ordinateur du visiteur, sans recueil préalable du consentement.

La Commission dit constater un défaut d’information des utilisateurs du moteur de recherche, le bandeau situé en pied de page ne contenant « aucune information relative aux cookies », qui avaient pourtant déjà été déposés sur l’ordinateur de l’internaute dès son arrivée sur le site. « La formation restreinte a donc estimé que l’information fournie par les sociétés ne permettait pas aux utilisateurs résidant en France d’être préalablement et clairement renseignés quant au dépôt de cookies sur leur ordinateur ni, par conséquent, des objectifs de ces cookies et des moyens mis à leur disposition quant à la possibilité de les refuser », résume la Commission dans son avis.

Le régulateur reproche par ailleurs une défaillance partielle du mécanisme d’opposition. « Lorsqu’un utilisateur désactivait la personnalisation des annonces sur la recherche Google en recourant au mécanisme mis à sa disposition à partir du bouton « Consulter maintenant », un des cookies publicitaires demeurait stocké sur son ordinateur et continuait de lire des informations à destination du serveur auquel il est rattaché », explique l’autorité de contrôle.

Google défend son bilan

Il s’agit d’une amende record, mais ce n’est pas la première fois que la CNIL s’attaque à Google. En 2019, la commission avait infligé une amende de 50 millions d’euros à Google pour « manque de transparence, information insatisfaisante et absence de consentement valable pour la personnalisation de la publicité ». Il s’agissait, cette année-là, de la seule amende à dépasser le million d’euros.

« Les utilisateurs de Google s’attendent à ce que nous respections leur vie privée, qu’ils aient ou non un compte Google. Nous défendons notre bilan en matière de transparence et de protection de nos utilisateurs, grâce à des informations et des paramètres de confidentialité clairs, une solide gouvernance interne des données, une infrastructure sécurisée, et, surtout, des services utiles » a déclaré un porte-parole de Google à ZDNet, en réaction à ces trois accusations.

La firme estime que le régulateur ne tient pas compte de ses efforts en matière de protection des utilisateurs : « la décision rendue par la CNIL en matière de « ePrivacy » fait l’impasse sur ces efforts et ne prend pas en compte le fait que les règles et les orientations réglementaires françaises sont incertaines et en constante évolution. Nous poursuivrons nos échanges avec la CNIL, pour mieux comprendre ses préoccupations à mesure que nous continuons d’apporter des améliorations sur nos produits et services ».

Amazon dans le viseur du régulateur

La CNIL s’attaque aussi au géant du commerce électronique sur la base des mêmes constats. La société Amazon Europe Core est sanctionnée d’une amende de 35 millions d’euros pour avoir déposé des cookies publicitaires sur les ordinateurs d’utilisateurs à partir du site amazon.fr, sans consentement préalable et sans information satisfaisante, affirme la commission.

A la suite de plusieurs contrôles effectuées entre le 12 décembre 2019 et le 19 mai 2020, la CNIL a constaté que des cookies étaient automatiquement déposés sur l’ordinateur du visiteur, sans action de sa part. Le régulateur observe par ailleurs un défaut d’information des utilisateurs du site amazon.fr, et des informations « ni claires ni complètes » au sujet de la finalité des cookies.

La CNIL a par ailleurs constaté que « le manquement de la société à ses obligations était encore plus manifeste dans le cas des utilisateurs qui se rendaient sur le site amazon.fr après avoir cliqué sur une annonce publiée sur un autre site web ». Dans ce cas de figure, « les mêmes cookies étaient déposés sans aucune information délivrée aux internautes ».

Amazon exprime son désaccord face à la sanction

Du côté d’Amazon, même son de cloche que chez Google. L’entreprise exprime son « désaccord avec la décision de la CNIL ». « La protection des données personnelles de nos clients a toujours été une priorité absolue pour Amazon. Nous mettons continuellement à jour nos pratiques en matière de protection des données personnelles afin de garantir que nous répondions aux besoins et aux attentes en constante évolution des clients et des autorités de régulation et que nous nous conformions pleinement à toutes les lois applicables dans chacun des pays où nous opérons », justifie l’entreprise, interrogée par ZDNet.

En complément, la firme de e-commerce détaille la manière dont elle a adapté le système des cookies pour ses clients. Elle explique avoir mis à jour les informations et options proposées aux clients quant à son utilisation des cookies, et ce, sur l’ensemble de ses boutiques en ligne de l’UE, du Royaume-Uni et de la Turquie. Elle précise que les clients ont la possibilité de mettre à jour leurs préférences en matière de cookies à tout moment en visitant la page dédiée.

Rappelons que la CNIL a publié le 1er octobre dernier ses lignes directrices modificatives, ainsi qu’une recommandation portant sur l’usage des cookies et autres traceurs. Ce guide réactualisé de la commission vient appuyer le principe du consentement explicite, rappelant que la simple poursuite de la navigation ne devait pas faire office de preuve. La CNIL précisait alors que seuls des cas très spécifiques pouvaient justifier de l’exemption du recueil de consentement, notamment l’authentification auprès d’un service ou le fait de garder en mémoire le contenu d’un panier sur un site marchand.

Source zdnet.fr

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur La CNIL frappe Google et Amazon au portefeuille pour leurs usages abusifs des cookies

 
%d blogueurs aiment cette page :