CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Languages Disponibles

  • Priorité au Logiciel Libre

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Articles récents

  • EricBlog

  • Toolinux

  • Le Manchot

  • Méta

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Framalistes Environnement de listes de diffusion

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Suivez nous sur Diaspora

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 44,465 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 18 autres abonnés

  • Archives

Posts Tagged ‘Linux’

Ubuntu 17.04 (Zesty Zapus) est abandonné, il est temps d’adopter Ubuntu 17.10

Posted by CercLL sur 16 janvier 2018

Si vous êtes un utilisateur du système d’exploitation Ubuntu 17.04  (Zesty Zapus), il est nécessaire d’envisager une mise à jour vers une version plus récente de la distribution Linux.

Canonical annonce qu’Ubuntu 17.04 a désormais atteint sa date de fin de vie. En clair l’OS ne profitera plus de mises à jours de sécurité et de logiciels. Lancé le 13 avril 2017, Zesty Zapus a été la dernière version Ubuntu a proposé par défaut l’environnement de bureau Unity 7. Son cœur exploite le noyau Linux 4.10 accompagné du module graphique Mesa 17 et du serveur d’affichage X.Org Server 1.19.

Lors de sa sortie, l’OS s’est accompagné d’une maintenance de neuf mois seulement et la date fatidique a été dépassée. Depuis le 13 janvier dernier, le système d’exploitation est abandonné par Canoncial. Il n’est plus prévu de patchs de sécurité et de mises à jour logicielles.

Canonical recommande à ses utilisateurs de « migrer » leur configuration vers une version plus récente de la distribution, Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark) par exemple.

Ubuntu 17.10, comment mettre à niveau Ubuntu 17.04 ?

Ubuntu 17.10 est disponible en téléchargement depuis quelques heures maintenant. Canonical propose avec cette itération d’importants changements. Les actuels utilisateurs de la distribution peuvent naturellement procéder à une mise à niveau de leur version. L’opération n’est pas compliquée mais demande un peu de prudence. Explications.

Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark) a été publié avec un environnement de bureau différent par défaut. La distribution profite d’un support jusqu’en juillet 2018 ce qui est intéressant pour les utilisateurs d’Ubuntu 17.04 (Zesty Zapus). L’arrêt de sa maintenance est prévu le 13 avril 2018.

Avant de procéder à une mise à niveau, il est important de noter que cette version propose GNOME 3 comme environnement de bureau. Ceci signifie qu’il faut s’attendre à des changements même si Unity n’est pas supprimé pendant le processus de mise à jour. L’environnement reste accessible en option via l’écran de connexion.

Selon l’un des développeurs d’Ubuntu, Didier Roche aucun paquet que vous avez installé ne sera supprimé pendant le processus de mise à niveau. Par contre certaines fonctionnalités d’Unity ont été modifiées pour s’adapter à l’adoption de GNOME.

Ubuntu 17.10, mise à jour, sauvegarde et mise à niveau

Avant de procéder à une mise à niveau de votre distribution, il est conseillé de créer une sauvegarde de vos fichiers les plus importants (documents, musique, jeux, vidéos, etc.). La prudence n’est jamais inutile.

Ensuite procéder à une vérification de l’état de mise à jour d’Ubuntu 17.04 avec l’installation des derniers updates disponibles. Une fois tout ceci accompli pour lancer la mise à niveau vers Ubuntu 17.10, il faut se rendre dans le terminal afin d’exécuter la ligne de commande suivante

update-manager –c

Elle devrait permettre l’apparition de l’outil de mise à jour logicielle informant qu’Ubuntu 17 .10 est disponible. Il suffit alors de sélectionner « Mettre à jour » et suivre les différentes instructions à l’écran. À la fin du processus de mise à niveau, un redémarrage du PC sera nécessaire. Il va permettre la mise en place de tous les changements.

Ubuntu 17.04 n’est par armé contre Meltdown et Spectre

Il est important de noter que cette version n’est pas armé contre les récentes failles Meltdown et Spectre. A l’approche de la date EOL Canonical n’a pas jugé utile de proposer des correctifs. Il est ainsi expliqué

« Le développement d’une réponse complète aux vulnérabilités Meltdown et Spectre hautement médiatisées est en cours. En raison du timing concernant cette fin de vie, nous ne fournirons pas de paquets du noyau Linux mis à jour pour Ubuntu 17.04 »

Avant d’effectuer la mise à niveau, pensez à sauvegarder vos fichiers et vos paramètres.  Le passage à Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark) apporte des changements en particulier du côté de l’interface de bureau, désormais confiée à GNOME 3.26, Enfin Ubuntu 17.10 est proposé uniquement en version 64-bit. Canonical ne propose plus d’image ISO 32-bit.  Si vous êtes dans ce cas, il sera nécessaire de réinstaller le système d’exploitation.

Source ginjfo.com

 

 

Publicités

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

Barcelone éjecte Microsoft au profit de Linux et de l’Open Source

Posted by CercLL sur 13 janvier 2018

Adieu Outlook, adieu Exchange Server, bienvenue à Open-Xchange. Adieu IE, Adieu Office, Firefox et LibreOffice bienvenue. Barcelone devient avec cette initiative la première commune à rejoindre la campagne européenne « Public Money, Public Code ».

La ville de Barcelone est en train de migrer son système informatique vers les technologies Open Source affirme El País. Les autorités locales prévoient de remplacer d’abord toutes les applications utilisateurs par des applications alternatives open source. Un processus qui devrait les amener à termes à se passer de l’OS Windowset de passer à une distribution Linux en 2019.

Barcelone prévoit d’investir 70 % de son budget logiciel dans des logiciels libres en 2018. La période de transition, selon Francesca Bria (Commissaire à la technologie et à l’innovation numérique au Conseil municipal) sera achevée avant la fin du mandat, soit au printemps 2019.

Les clients de messagerie Outlook et Exchange Server seront remplacés par Open-Xchange. Firefox et LibreOffice remplaceront Internet Explorer et Microsoft Office. Pour ce faire, la ville de Barcelone commencera à sous-traiter des projets informatiques à des petites et moyennes entreprises locales. 65 nouveaux développeurs seront recrutés par la municipalité par ailleurs.

Plate-forme en ligne pour les marchés publics

L’un des projets majeurs envisagés est le développement d’un marché numérique – une plate-forme en ligne – grâce auquel les petites entreprises pourront participer aux appels d’offres publics.

La distribution Linux choisie pourrait être Ubuntu car la ville possède déjà un projet pilote de 1.000 postes de travail basés sur ce système d’exploitation.

Barcelone devient avec cette initiative la première commune à rejoindre la campagne européenne « Public Money, Public Code ». Cette initiative de la Free Software Foundation of Europe fait suite à une lettre ouverte qui préconise que les logiciels financés publiquement soient gratuits.

Le passage des logiciels propriétaires à l’Open Source n’est toutefois pas un mouvement irréversible. A Munich, la municipalité a voté récemment le projet de migration du parc de PC vers Windows 10 et Office. Elle dépensera ainsi 49,3 millions d’euros pour revenir au tout-Windows.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

LinuxConsole 2018 est là

Posted by CercLL sur 5 janvier 2018

La distribution spécialisée dans le jeu vidéo (d’où son nom) s’est mise à niveau pour la nouvelle année.

Elle existe depuis 15 ans et ne fait pas l’impasse sur l’architecture 32 bits pour autant, malgré la disponibilité d’une édition 64. L’objectif est de faire tourner les jeux sur tout type de configuration, y compris plus modeste.

Cette distribution peut être utilisée en mode « live » ou être installée. Toutes les bibliothèques ont été mises à jour pour cette version 2018. Le noyau Linux de la version 64 bits est le 4.9.66, celui de la version 32 bits est le 4.1.48. Le bureau par défaut, est Mate 1.18. Bref, c’est léger.

Vous pouvez télécharger les images ISO aux formats 64 ou 32 bits .

Site web

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur LinuxConsole 2018 est là

Linux AIO Ubuntu16.04 LTS est disponible, l’ISO des grandes déclinaisons

Posted by CercLL sur 6 décembre 2017

 

 

La distribution Linux Ubuntu 16.04 LTS est disponible depuis quelques semaines. Il est possible d’avoir sur un seul support l’ensemble des grandes « déclinaisons ». Linux Ubuntu AIO 16.04 LTS est accessible en téléchargement.

 

Ubuntu 16.04 LTS est à la base de la création de pas mal de versions dérivées. Avec Linux AIO Ubuntu 16.04 LTS vous pouvez retrouver l’essentiel sur un seul support, ce qui permet de gagner du temps et de tester rapidement plusieurs distributions.

Linux AIO Ubuntu 16.04 LTS, que propose-t-il ?

L’essentiel d’Ubuntu 16.04 LTS (Xenial Xerus) dans une seule image ISO propose Ubuntu 16.04 LTS, Ubuntu 16.04 LTS MATE, Kubuntu 16.04 LTS, Xubuntu 16.04 LTS, Lubuntu 16.04 LTS et Ubuntu GNOME 16.04 LTS.

Le support s’accompagne de deux applications pour tester sa mémoire et détecter son matériel. Cet ISO peut prendre place sur une simple clé USB d’installation, un moyen simple de l’emmener partout.

Linux Ubuntu AIO 16.04 LTS est disponible en téléchargement soit directement à partir du site ou via des liens torrents. Il y a trois ISOs correspondants aux versions 32-bit, 64-bit et un mélange des deux.

Linux AIO Ubuntu 16.04 LTS, clé USB ou DVD d’installation

A noter que les restrictions imposées par le site SourceForge ne permet pas de proposer un seul fichier,  Linux AIO Ubuntu 16.04 LTS est donc accessible au travers de deux archives 7z.

La procédure est simple. Il est nécessaire de télécharger ces deux fichiers, de les extraire pour reconstituer l’ISO. Une fois l’opération terminée, l’ISO pour être installé sur un DVD double couche ou une clé USB. Elle doit proposer une capacité de 8 Go.

Pour le téléchargement c’est ici : Linux AIO Ubuntu LTS releases  

Voici comment créer à partir d’un ISO, un clé  USB d’installation pour Ubuntu : Ubuntu 16.04 LTS, comment créer une clé USB d’installation ?

Source ginjfo.com

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux AIO Ubuntu16.04 LTS est disponible, l’ISO des grandes déclinaisons

Ubuntu 16.04 LTS et Unity 7, Canonical annonce de nombreux correctifs

Posted by CercLL sur 2 décembre 2017

Canonical n’a pas laissé sur le bord de la route sous environnement de bureau Unity 7. La distribution Ubuntu 16.04 LTS (Xenial Xerus) va profiter d’un ensemble de correctifs.

L’information a été dévoilée par Marco Trevisan, ingénieur logiciel chez Canonical concernant la branche Unity. Dans son intervention, il informe la communauté Ubuntu que la version 16.04 LTS va bientôt profiter de plusieurs correctifs. Au total 27 problèmes sont résolus.

La démarche est rassurante car la récente annonce de Mark Shuttleworth concernant l’arrêt du développement d’Unity a été une source de rumeurs. Certains ont émis l’idée que l’adoption par Ubuntu 17.1 de l’environnement GNOME 3 allait mettre un terme à la maintenance d’Unity 7.

Ubuntu 16.04 LTS, une longue liste de correctifs.

Ceci n’est heureusement pas la vérité. Canonical a rapidement pris une position claire en soulignant qu’Unity Stack allait continuer à profiter de patchs et de correctifs. Les choses deviennent désormais concrètes avec l’intervention de Marco Trevisan. Ubuntu 16.04 LTS va profiter de plusieurs correctifs. A ce sujet il est annoncé

« Dans le cadre de notre travail de maintenance régulier autour d’Unity, nous proposons de nouvelles versions de plusieurs « packages » de Compiz, Nux, Unity et Ubuntu Themes et diverses corrections ».

L’objectif de tout ce petit monde est de rendre l’environnement Unity d’Ubuntu 16.04 LTS plus fiable et stable. Canonical a cependant besoin d’une aide.  Il est demandé, si vous le pouvez, de mettre à jour sa distribution afin d’aider à valider ces patchs. Vous pouvez laisser vos commentaires ici.

Voici la liste complète des correctifs annoncés.

  • Bug 961679: gtkrc is producing light menus from dark elements3
  • Bug 1311316: After locking screen there is no input field to type password for unlock2
  • Bug 1316862: Panel mouse events don’t make the fade-to-blank stop
  • Bug 1321075: It’s impossible to exit from screensaver if a menu or an application grabs the screen
  • Bug 1504870: compiz crashed with SIGSEGV in unity::menu::Manager::Indicators() when trying to switch to full screen game crusader kings II
  • Bug 1530277: gtk-window-decorator incorrectly draws the title bar if GDK_SCALE is set3
  • Bug 1532508: Screen shown briefly after opening closed laptop lid, before even unlocking
  • Bug 1575452: Copy/move dialog cannot be switched to in Xenial
  • Bug 1600389: Keep the screen locked if autologin or nopasswdlogin is enabled
  • Bug 1606369: Compiz ‘Thumbnail Window Previews’ artefacts (further fix +)1
  • Bug 1609845: sudo ubuntu-sdk … open project … click to file right key mouse “Show Containing Folder” . a folder shortcut in unity sidebar is not active
  • Bug 1614597: LIM Menu keyboard navigation is broken when mouse enters in new menu1
  • Bug 1618405: Adjacent menu opens when moving from an indicator icon to its dropdown menu in LIMs and Lockscreen
  • Bug 1622995: /usr/bin/compiz:11:sigc::internal::slot_rep::slot_rep:sigc::internal::typed_slot_rep:sigc::slot1:sigc::slot:unity::launcher::Options::Options
  • Bug 1637991: Force quit dialog is misplaced on hidpi monitors
  • Bug 1645507: Unity crashed on oif::frame::Property::GetProperty1
  • Bug 1649736: unity picks poor hidpi scale factor defaults
  • Bug 1659847: /usr/bin/compiz PluginClassHandler:PluginClassHandler:unity::UnityScreen::OnTerminateSpread sigc::internal::signal_emit0:sigc::signal0
  • Bug 1664205: Copy-paste and text selection doesn’t work when caps-lock is on1
  • Bug 1666359: Lock screen doesn’t cover entire desktop on HiDPI display with draw-user-backgrounds unchecked
  • Bug 1668950: Unity doesn’t provide an easy way to enable/disable the low graphics mode3
  • Bug 1671432: Global application menu does not follow mouse move for displaying submenus in multi-monitor setups
  • Bug 1673950: Tooltips in the Unity launcher have a wrong padding and position1
  • Bug 1680927: Neko mode in Unity is not working anymore since 14.043
  • Bug 1700859: Some effects are still present when low-gfx mode is enabled
  • Bug 1702297: Compiz ignores _MOTIF_WM_HINTS set from xprop1
  • Bug 1702701: If the background file does not exists, the lockscreen draws a transparent background.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ubuntu 16.04 LTS et Unity 7, Canonical annonce de nombreux correctifs

Pourquoi la sécurité met en rogne Linus Torvalds (Linux)

Posted by CercLL sur 28 novembre 2017

Le créateur de Linux, Linus Torvalds, s’est emporté contre les lubies des experts en sécurité, à qui il reproche de ne pas se préoccuper assez des développeurs et des utilisateurs.

Les développeurs sont souvent accusés de ne pas penser à la sécurité. Le fondateur du noyau Linux, Linus Torvalds, en a lui assez des types de la sécurité, à qui il reproche de ne pas penser aux développeurs et aux utilisateurs finaux.

Après avoir passé un savon à certains développeurs du noyau pour avoir tué des processus au nom du durcissement du kernel, Torvalds a expliqué de manière plus mesurée, dans un second temps, les raisons de sa frustration à l’égard de la myopie de la vision sécuritaire.

Sans utilisateurs, à quoi bon la sécurité parfaite ?

S’il admet le mérite d’une architecture composée de plusieurs couches de sécurité, il conteste en revanche certaines façons d’implémenter la sécurité, en particulier si cela dérange les utilisateurs et les développeurs.

Comment ? En bloquant certains processus, affectant dès lors les machines des utilisateurs et en ruinant le code du noyau. Car s’il n’y a pas d’utilisateurs, il n’y a dès lors plus grand intérêt à disposer d’un kernel extrêmement sécurisé, soutient Torvalds.

« ‘Ne causez pas de tort’ devrait être votre mantra pour tout nouveau travail de durcissement » a exigé Torvalds des développeurs de sécurité, leur rappelant de voir la situation dans son ensemble.

« Gardez un œil sur la finalité, et ce n’est que la première étape : vous n’avez pas besoin de casser les pieds aux utilisateurs, et vous n’avez pas besoin d’embêter les développeurs » déclare-t-il.

« Parce qu’au final, ces utilisateurs ont vraiment de l’importance : sans ces utilisateurs, votre système sera peut-être ‘sécurisé’, mais tout votre travail de sécurité ne tiendra que de la masturbation. In fine, vous n’aurez rien fait d’utile. »

Dans un message publié la semaine dernière concernant une requête de durcissement d’un développeur Google Pixel, Linus Torvalds s’était agacé de l’absence de tests convenables, lacune qu’il attribuait à l’attitude selon laquelle « la sécurité est si importante que rien d’autre ne compte. »

La sécurité signale, mais le développeur corrige au mieux

Il a tenu à apporter le point de vue des développeurs après le signalement par une personne de la sécurité d’un accès invalide. Pour ce dernier, le travail est terminé, mais pour le développeur « le mauvais accès n’était qu’un symptôme, et il doit être signalé, débogué et résolu, pour que le bug soit effectivement corrigé. »

Le conseil de Torvalds aux contributeurs en charge de la sécurité est de simplement signaler le bug plutôt que de tuer un processus.

« En tant que développeur, je veux le rapport. Mais si vous avez tué le programme utilisateur dans l’opération, je suis vraiment moins susceptible d’en être informé, parce que l’accès latent concernait probablement un cas véritablement rare et mauvais, ou nous l’aurions déjà trouvé. Dans le noyau, il y a une forte probabilité que ce soit dans un pilote, par exemple » détaille Torvalds.

« Parce que c’est le noyau, et parce que c’est un pilote, il est très probable que supprimer le responsable provoquera des effets collatéraux aléatoires, ou se traduira peut-être par une interruption et la machine sera alors morte dans le pire des cas (…) »

Au moins un membre bien connu de la communauté sécurité s’est rangé derrière la position de Torvalds.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Pourquoi la sécurité met en rogne Linus Torvalds (Linux)

Supercalculateurs, Linux est au cœur de la puissance informatique mondiale !

Posted by CercLL sur 16 novembre 2017

Linux est désormais l’unique et le seul système d’exploitation exploité par les 500 meilleures supercalculateurs du monde en novembre 2017.

C’est la conclusion du dernier classement proposé par Top500. Cette année marque le 24e anniversaire de ce service internet. Son objectif est de dresser une liste à jour des dernières informations autour des plus puissants supercalculateurs de la planète. Ce classement se nomme le Top500. Il est publié tous les mois de juin et novembre. La qualité et les informations proposées ont permis à Top500 de devenir au fil du temps la référence dans ce domaine de mesure de la puissance de calcul haute performance alias le high-performance computing.

La plus récente publication dévoile qu’en matière du système d’exploitation, les plus importants systèmes de calcul au monde exploitent désormais plus qu’une seule solution, Linux. Chacun ayant bien sur un système d’exploitation propre basé sur Linux. En d’autres termes, Linux domine ce classement des 500 premiers supercalculateurs du monde, ce qui est une grande réussite à saluer.

Linux, la solution numéro 1

Linux Foundation propose de son côté plusieurs statistiques intéressantes. Depuis 1998, Linux domine le TOP 10 mondial des superordinateurs. A ce sujet la fondation explique

«Deux fois par an, la communauté Linux est très fière de compter le nombre de machines Linux dans la liste Top500 […] Après sa première apparition dans cette liste en 1998, Linux a toujours dominé le top 10 au cours de la dernière décennie et compte plus de 90% de la liste depuis juin 2010. »

Chaque année, Linux gagne du terrain par rapport aux d’autres OS comme Microsoft Windows et MacOS d’Apple. Windows n’a cependant pas de souci à avoir. Sa part de marché sur le segment des ordinateurs de bureau est pour le moment écrasante.  Linux est cependant bien présent et bien qu’il ne soit pas souvent mis en avant, il domine d’autres marchés comme les plus puissants serveurs du monde ou d’innombrables services Clouds.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Supercalculateurs, Linux est au cœur de la puissance informatique mondiale !

Ce que vous devez savoir sur Namib GNU/Linux

Posted by CercLL sur 13 novembre 2017

Laurent Rabez nous soumet sa découverte d’une nouvelle distribution GNU/Linux dotée d’un installateur graphique, Namib GNU/Linux, basée sur ArchLinux. Tous les détails et son expérience.

Comme avec la plupart des autres distributions GNU/Linux. Ici, vous – l’utilisateur – êtes le centre d’intérêt, nous ne cherchons pas gagner de l’argent, à vendre vos données ou vous enlever le contrôle de votre machine. »

Namib est une distribution Linux conviviale et open-source. Il offre tous les avantages d’un logiciel à la fine pointe de la technologie, combiné avec un accent sur la convivialité et l’accessibilité, ce qui le rend adapté aux nouveaux arrivants ainsi qu’aux utilisateurs expérimentés de GNU/Linux.

Fonctions principales :

Un processus d’installation simplifié et convivial
Environnement de bureau préinstallé
Applications graphiques préinstallées pour installer facilement le logiciel et mettre à jour votre système
Codecs préinstallés pour lire des fichiers multimédia
Accès à la dernière version du logiciel
Accès au Arch User Repository (AUR) pour les utilisateurs plus expérimentés

C’est une nouvelle distribution basée sur Arch Linux Elle se nomme Namib GNU/Linux. Elle ne propose que le bureau MATE uniquement en 64 bits. Elle est dotée d’un installateur graphique, Calamarès. Le système de rolling release signifie qu’il n’y a qu’une seule version de Namib GNU/Linux qui se met à jour au fil du temps et que l’utilisateur n’a pas à réinstaller le système régulièrement.

L’installation se fait rapidement et très facilement.

Le bureau MATE se présente avec le thème de fenêtres et des contrôles Numix et des icônes Arc. La présentation de MATE est avec un tableau de bord en bas et un menu classique. La distribution est parfaitement traduite en français.

Les logiciels sont récents ; la logithèque très classique. Un noyau 4.12, le noyau le plus récent ce jour (début Octobre 2017). La distribution est stable autant que PCLinuxOS. Encore un mythe qui s’effondre sur l’instabilité des rolling release. Pacmac est un gestionnaire de paquetages utilisé principalement développé par les développeurs d’Arch Linux. Il est utilisé pour installer, mettre à niveau, configurer et supprimer des logiciels (c. -à-d. pour gérer les logiciels).

Recherche et installation de logiciels

Rechercher Pamac dans le menu de votre application et l’ouvrir. Parcourir la liste par catégories ou effectuer une recherche à l’aide de la barre de recherche. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’entrée et sélectionnez installer. Cliquez sur le bouton appliquer ou sur un bouton avec une coche

Personnellement, j’ai rajouté quelques logiciels supplémentaires en graphique avec ce gestionnaire de logiciels : k3b calibre ufraw-gimp ufraw glabels darktable gramps filezilla inkscape audacity sigil kdenlive psensor clementine transmageddon ffdiaporama youtube-dl qopenvpn qtox blender gthumb testdisk bleachbit.

On retrouve le dépôt AUR (Arch User Repository) permettant d’agrandir la logithèque de manière significative (mais pas actif par défaut).

Le dépôt de la distribution spécifique de Namib est placé en fin de liste des dépôts, il ne prend donc pas le pas sur les dépôts officiels de la distribution. Il contient juste une dizaine de logiciels.

Dernier conseil ? Faire les mises à jour au moins une fois par semaine.

Liens

Site internet
Forum
Téléchargement

Merci à Laurent Rabez

Avec Ledatux

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Ce que vous devez savoir sur Namib GNU/Linux

Linux poursuit son ascension sur Microsoft Azure

Posted by CercLL sur 3 novembre 2017

La plateforme Cloud de Microsoft ne pourrait vivre sans Linux. L’éditeur annonce que 40% des machines virtuelles exécutées sur Azure sont aujourd’hui des instances Linux, contre un tiers un an auparavant. Et c’est pas fini !

 

40% de l’ensemble des machines virtuelles sur le Cloud Azure de Microsoft sont aujourd’hui sous Linux. L’éditeur l’a annoncé par le biais de son compte twitter Microsoft Developer UK, vraisemblablement en lien avec la conférence Future Decoded qui se tenait à Londres jusqu’au 1er novembre.

Ce chiffre permet de comprendre encore un peu plus l’intérêt témoigné par Microsoft à l’égard de Linux et ses contributions à l’open source. D’ailleurs, la firme emblématique du logiciel propriétaire ne fait pas mystère de ses motivations, avant tout pragmatiques. Adieu le cancer de Steve Ballmer et les menaces de poursuites.

Jamais sans Linux

Microsoft répond en effet aux attentes de ses clients. Pour rivaliser avec AWS, Google Cloud et les autres plateformes, Azure se devait de supporter les instances Linux. Et les résultats sont là. En juin 2016, les dirigeants annonçaient officiellement qu’un tiers des VM Azure étaient sous Linux.

La progression se poursuit donc. Et rien ne s’oppose a priori à ce que la place des instances Linux continue de croître. Si en 2008, Azure a été lancé comme un service PaaS, il s’est enrichi en 2012 du volet IaaS, et à cette occasion du support de Linux.

La plateforme Cloud du géant américain du logiciel prend en charge différentes distributions Linux sous forme de VM, dont CentOS, CoreOS, Debian, Oracle Linux, Red Hat Enterprise Linux, SUSE Linux Enterprise, openSUSE, et Ubuntu.

Et depuis cette semaine, les clients Azure créant des machines virtuelles dans leurs laboratoires peuvent opter pour une image Kali Linux. Kali Linux est une distribution Linux dérivée de Debian conçue pour les analyses forensics et les tests de pénétration.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux poursuit son ascension sur Microsoft Azure

Zorin OS 12, l’alternative à Windows passe le cap du million de téléchargements, bilan

Posted by CercLL sur 3 novembre 2017

Le système d’exploitation GNU/Linux Zorin OS 12 passe la barre du million de téléchargement. Plus de la moitié des utilisateurs ayant craqués pour cette alternative Open Source viennent de l’univers de Microsoft ou d’Apple.

Zorin OS est une distribution Linux basée sur Ubuntu. Son objectif est de proposer aux utilisateurs un environnement PC stable et fiable. Le succès est là. Plusieurs mises à jour ont eu lieu. Zorin OS 12 est la dernière itération. Elle profite depuis septembre 2017 de sa deuxième maintenance.

Les mises à jour Zorin OS 12.1 et 12.2 ont permis à cette branche de conquérir de plus en plus d’utilisateurs.

Zorin OS 12, plus d’un million de téléchargement

Le million de téléchargements a été franchi depuis la sortie initiale le 18 novembre 2016. Le plus intéressant concerne cependant la provenance de ce public. Il est rapporté que 60% d’entre eux exploitent Windows ou macOS. Ce chiffre montre que ce message de proposer gratuitement une alternative Open Source à l’existant est compris.

A l’occasion de cette annonce, l’équipe de développement souligne

« Moins d’un an après la publication initiale, nous sommes ravis d’annoncer que Zorin OS 12 a été téléchargé plus d’un million de fois. Nous sommes également ravis de constater que plus de 60% de ces téléchargements proviennent de Windows et de macOS. Notre mission est d’apporter la puissance de Linux à des gens qui n’y ont jamais eu accès » 

Pour célébrer ce succès du «million de téléchargements», l’équipe de Zorin OS annonce qu’elle travaille sur un outil de déploiement.  Son but sera de faciliter l’installation de Zorin OS sur plusieurs ordinateurs à la fois. Cet utilitaire visent à simplifier la mise en œuvre de l’OS dans les écoles publiques, les administrations, les établissements d’enseignement ou encore les petites ou moyennes entreprises.

En parallèle, le développement de la prochaine version majeure de Zorin OS se poursuit. Elle devrait voir le jour en 2018. Les détails sont encore rares mais il est probable qu’elle s’appuie sur Ubuntu 18.04 LTS (Bionic Beaver) de Canonical.

Il est difficile de ne pas rapprocher cet évènement aux chiffres de part de marché de Linux. Au 1 octobre dernier NetmarkerShare mettait en avant une impressionnante progression en septembre. Depuis Linux a légèrement baissé pour se stabiliser en octobre à 3%.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Zorin OS 12, l’alternative à Windows passe le cap du million de téléchargements, bilan

Qui est derrière Linux en 2017 ?

Posted by CercLL sur 26 octobre 2017

La fondation Linux a publié son dernier rapport sur les contributeurs du projet GNU Linux. L’occasion de savoir précisément qui fait quoi.

Nous sommes en 2017 et Linux domine l’informatique. Vous n’y croyez pas ? La fondation Linux rapporte que Linux est utilisé dans 90% des instances cloud public, 82% des smartphones, 62% du marché de l’informatique embarquée, sans oublier 99% des superordinateurs. Tout cela repose sur les épaules du kernel Linux. Dans leur rapport 2017 Linux Kernel Development, Jonathan Corbet, développeur du noyau Linux et éditeur du site LWN.net, et Greg Kroah-Hartman, mainteneur Linux, font le point sur les évolutions récentes de l’OS libre.

Le rapport a été présenté à l’occasion de la conférence, sur invitation, Linux Kernel Summit, qui se déroulait à Prague en République Tchèque. Depuis 2005, date de l’adoption du système de versionning Git, 15 637 développeurs provenant plus de 1400 entreprises différentes ont contribué au noyau Linux. Sur l’année passée, plus de 4300 développeurs de 500 entreprises ont contribué au kernel. Parmi ces contributeurs, 1670 le faisaient pour la première fois, soit un tiers des contributeurs environ.

Le top 10 des sociétés participant à l’effort de développement du kernel Linux inclut maintenant Intel, Red Hat, Linaro, IBM, Samsung, Suse, Google, AMD, Renesas et Mellanox. Microsoft contribue toujours, mais ne fait plus partie du top 10 des contributeurs.

Le développement de Linux s’accélère en parallèle de la croissance du nombre de développeurs et d’entreprises impliquées. À quel point ? Sur la période 2015/2016, on constate une moyenne de 7,8 patchs par heur. Le nombre moyen de modifications apportées au kernel par heure sur l’année passée est de 8,5. Ce n’est pas une typo. C’est une moyenne de 8,5 correctifs par heure, soit 204 par jour.

Le nombre de jours de développement nécessaires pour chaque mise à jour à légèrement augmenté, passant de 66 jours à 67,66. Chaque mise à jour est publiée en moyenne entre 63 et 70 jours après la précédente, ce qui permet une certaine prédictibilité. La tendance vers des cycles de développement plus court provient d’une meilleure maîtrise et d’une meilleure discipline des contributeurs.

C’est grâce à des contributions de haute qualité que la communauté est aujourd’hui capable de faire mieux que jamais et réparer les éventuels problèmes. En plus de cela, le groupe Intel 0-Day test service débusque des failles bien avant qu’elles ne soient implémentées dans le kernel. Ce service va automatiquement repérer des patchs publiés via la Linux Kernel Mailing List et les tester. Cela signifie que de nombreux problèmes sont éliminés bien avant d’affecter les utilisateurs.

Linus Torvalds, créateur de Linux, teste fréquemment les nouvelles versions du kernel intégrant les dernières pulls requests des développeurs. Et Torvalds n’a pas peur de faire savoir aux développeurs que quelque chose ne fonctionne pas. Comme le résument Kroak-Hartman et Corbet, « Peu de choses peuvent se targuer d’être aussi rapides qu’un développeur dont le dernier patch a cassé le poste de travail de Linus. »

Le nombre de contributeurs bénévoles semble se stabiliser et représente maintenant 8,2% des contributions, une légère augmentation par rapport aux 7,7% de l’année dernière. Le chiffre a chuté de manière significative depuis 2014, date à laquelle il s’élevait à 11,8%.

Cela s’explique par le fait que les contributeurs du Kernel Linux n’ont plus vraiment de mal à trouver du travail. Plus de la moitié des développeurs ayant contribué au kernel dans le courant de l’année dernière étaient payés pour le faire, et ce depuis leur premier patch.

Le cycle de développement de la version 4,9 était l’un des plus chargés de l’histoire du développement du kernel, avec un nombre record de correctifs. 4.12 tient de son côté le record pour le nombre de développeurs impliqués ainsi que le nombre de primo contributeurs. Les rumeurs faisant état d’un vieillissement de la communauté des contributeurs au kernel sont exagérées. Après toutes ces années, la communauté continue de se développer.

« Le kernel Linux est l’un des projets open source les plus important et les plus réussi ayant pu voir le jour. Le taux de changements apportés et le nombre de contributeurs montrent qu’une communauté active s’est formée, ce qui permet une évolution constante du noyau afin de l’adapter aux différents environnements ou celui-ci est utilisé. Ces chiffres continuent de grandir, tout comme le nombre de développeurs et d’entreprises impliquées dans ce processus. Le développement du kernel prouve donc qu’il est capable de passer à l’échelle et de doubler sa vitesse de développement sans le moindre problème » concluent les auteurs du rapport.

Cet article est une traduction de « Who’s building Linux in 2017? » initialement publié sur ZDNet.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Qui est derrière Linux en 2017 ?

Linux s’envolent sur le marché du PC, Microsoft a-t-il joué avec le feu ?

Posted by CercLL sur 3 octobre 2017

Le système d’exploitation Windows a été et reste encore aujourd’hui l’environnement le plus utilisé sur PC. Si Microsoft a profité d’une écrasante avance face aux solutions concurrentes comme Linux ou MacOS, la situation est susceptible de changer.

En 2015, Microsoft a dévoilé Windows 10 en réponse à l’échec cuisant de Windows 8. Cette version, qui introduit la notion de service au catalogue du géant, n’a pas été sans polémique. En deux ans existence, l’OS a signé d’innombrables problèmes. Sans en faire une énumération complète le contexte a dévoilé une politique guère réjouissante.

Elle a mise en avant des mises à niveau forcées, des mises à jour ingérables et des outils de collecte de données. Plusieurs organismes comme la CNIL ont dû brandir l’arme de la menace pour que l’utilisateur puisse reprendre en tant soit peu la main. Récemment Microsoft a même déclaré que ses actions étaient allées trop loin.

Les dernières statistiques fournies par NetMarketShare pour le mois de septembre 2017 dévoilent que tout ceci a peut-être eu un impact. Nous ne parlerons pas du choix de proposer une boutique en ligne, des jeux comme Candy Crunch Saga aux professionnels ou encore d’une version incompatible avec les applications Win32 tout en interdisant les navigateurs, les antivirus et les moteurs de recherche concurrents.

Windows est actuellement le principal choix pour les systèmes d’exploitation de bureau. Sa présence est estimée à 88,88%. La seconde place est détenue par Apple avec 6,29% tandis que Linux est troisième avec 4,83%.  L’OS de Redmond conserve donc une belle avance et un confortable avantage face à ses concurrents.

Linux, sa plus important part de marché de son histoire

Dans le détail il y eu par contre des changements non négligeables. Nous ne savons pas s’ils incarnent une tendance sur le long terme mais les chiffres sont là.

En l’espace d’un mois, Windows est passé de 90,7% à 88,88% soit une chute de 1,82%. Durant cette période Windows 10 Creators Update a été libéré tandis que Fall Creators Update est attendu pour ce mois.

De son coté MacOs a progressé de 5,94 % à 6,29 % tandis que Linux s’est envolé en gagnant quasiment 2 points.  L’alternative open source a atteint le plus importante part de marché de son histoire en passant de 3,37% à 4,83%. Sa croissance est impressionnante puisqu’en mai dernier il n’enregistrait que 1,99 %.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux s’envolent sur le marché du PC, Microsoft a-t-il joué avec le feu ?

Le noyau Linux 4.12 est désormais en fin de vie, il est temps d’adopter la version 4.13

Posted by CercLL sur 22 septembre 2017

 

Plusieurs mises à jour de maintenance pour diverses branches du noyau Linux viennent d’être publiées. La version 4.12 est également concernée cependant elle vient d’atteindre le statut d’EOL (End Of Life).

La version Linux 4.12.14 est désormais disponible pour tous les utilisateurs utilisant la série noyau Linux issue de la branche 4.12. Il s’agit cependant de la dernière mise à jour de maintenance. Kernel.org fait désormais mention d’EOL. Ceci stipule que cette itération du noyau est en fin de vie. En clair, il n’y aura plus d’update, de patch et de correctif.

L’ensemble des utilisateurs concernés sont invités dès à présent à migrer leur système sous le noyau Linux 4.13. Cette branche est désormais à sa troisième maintenance. Il est naturellement possible d’adopter la 4.12.14 cependant il s’agit du dernier patch.

Greg Kroah-Hartman précise

« J’annonce la sortie du noyau 4.12.14. Tous les utilisateurs de la série 4.12 doivent mettre à niveau leur système. Notez que la série 4.12.y est désormais en fin de vie, il n’y aura plus de mises à jour. Il est demandé d’adopter le série 4.13.y »

Si vous utilisez une distribution GNU / Linux alimentée par ce noyau en fin de vie, il est donc nécessaire d’entrevoir une mise à niveau.  Si vous ne savez pas comment compiler votre propre noyau, les responsables de la maintenance de la distribution doivent normalement proposer le nécessaire.

Noyau Linux 4.14, cap sur une branche LTS

Publié récemment, le noyau Linux 4.13 est actuellement la dernière version stable. Elle apporte pas mal de nouveautés et d’amélioration. Il s’agit par contre d’une branche intermédiaire sachant que le noyau Linux 4.14 sera en version LTS (long support de maintenance). Son développement à débuter il y a quelques jours.

Si tout se déroule correctement, la version finale sera proposée en novembre prochain. Il est prévu des mises à jour de pilotes, des mises à jour concernant l’architecture, de nouvelles documentations et surtout une multitude d’améliorations. Ceci concernera les fichiers système, le réseau ou encore certains outils.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Le noyau Linux 4.12 est désormais en fin de vie, il est temps d’adopter la version 4.13

Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark), le nouveau centre de contrôle se dévoile

Posted by CercLL sur 12 septembre 2017

 

La distribution Linux Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark) sera disponible le 19 octobre prochain. Canonical apporte actuellement les dernières touches afin que ce système d’exploitation soit opérationnel le jour J.  Ubuntu 17.10 va introduire un grand changement pour ses fans. L’environnement de bureau GNOME sera proposé par défaut.

Vous le savez probablement Ubuntu 17.10 sera la première version de ce système d’exploitation développé par Canonical à embarquer par défaut  l’environnement de bureau GNOME. Ce choix n’est pas une mince affaire car l’un des grands objectifs des équipes de développement est de proposer des changements en douceur.

Il est impératif que les habitués d’Unity 7 ne soient pas totalement perdus. A cette fin  l’environnement GNOME proposé va adopter une apparence proche de l’interface Unity utilisée par défaut depuis Ubuntu 11.04 (Natty Narwhal). Elle était basée sur le GNOME Stack.

Si les changements apportés par Canonical ne vous intéressent pas, Ubuntu 17.10 proposera également une session « GNOME vanilla ». Elle permet une expérience classique de l’environnement GNOME sans modification particulière ou customisation.

Ubuntu 17.10, le nouveau centre de contrôle.

Nous avons déjà découvert le nouveau Ubuntu Dock mais les changements touchent au d’autres partie de l’interface comme le nouveau centre de contrôle.

Les aventuriers qui testent actuellement Ubuntu 17.10 profitent depuis peu de ce nouveau centre de contrôle. Il s’agit d’une version légèrement remaniée du Centre de contrôle GNOME de GNOME 3.26 qui sera disponible le 13 septembre. Nous avons un nouveau système de navigation.

Il s’appuie sur des sections répertoriées sur le côté gauche de la fenêtre. La plupart des sections offrent une page unique d’accès aux paramètres mais il est possible parfois d’avoir l’affichage d’une liste.

A noter que les paramètres du nouveau Ubuntu Dock sont disponibles ici avec une fonctionnalité de recherche intégrée.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ubuntu 17.10 (Artful Aardvark), le nouveau centre de contrôle se dévoile

Arch Linux 01/09/2017 est disponible en téléchargement, cap sur le noyau Linux 4.12.8

Posted by CercLL sur 8 septembre 2017

Un nouvel ISO d’installation de la distribution Arch Linux est disponible en téléchargement. Cette version adopte le noyau Linux 4.12.8 et comprend tous les correctifs déployés depuis le 1 aout dernier.

Arch Linux Arch est un projet indépendant à l’origine d’une distribution GNU Linux dite généraliste pour les plateformes i686 (a l’origine) et X86-64.  La première version officielle vit le jour le 11 mars 2002, nommée Arch Linux 0.1.

Cette distribution est présentée comme légère et rapide avec comme grand principe, la philosophie « Kiss ». En clair ses évolutions doivent s’orienter avant toute chose vers la création d’un système d’exploitation le plus simple possible.

Arch Linux 01/09/2017, les tous derniers patchs, nouveautés et correctifs.

Cette nouvelle version Arch Linux 01/09/2017 vise à introduite l’utilisation du noyau Linux 4.12.8 et ajouter l’ensemble des mises à jour logicielles et correctifs publiés. De manière plus générale, elle embarque toutes les nouveautés introduites durant le mois d’aout et proposées par les dépôts officiels.

En clair cette version est à l’heure actuelle, l’itération la plus évoluée de la distribution. L’ISO permet une installation dite « propre » ou de procéder à une réinstallation sans avoir besoin de télécharger des centaines de mises à jours. Elles sont toutes présentes.

L’Image ISO peut être utilisée pour élaborer une clé USB d’installation. Attention le support de l’architecture 32 bits (i686) n’est plus présent depuis l’ISO de mars 2017.

Enfin il est important de noter que l’ISO permet seulement une installation dite propre. Pour une mise à jour de l’existant sur votre machine, la procédure un différente. Il est nécessaire de passer par un terminal pour lancer la commande.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Arch Linux 01/09/2017 est disponible en téléchargement, cap sur le noyau Linux 4.12.8

 
%d blogueurs aiment cette page :