CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Posts Tagged ‘Linux’

Linux : importante faille dans sudo, la plupart des distributions mises à jour

Posted by CercLL sur 2 juin 2017

Une importante faille de sécurité a été détectée dans sudo, un programme Linux bien connu permettant de réaliser des actions avec des droits administrateur. La faille a été révélée hier et est déjà corrigée, les utilisateurs étant invités à mettre à jour leurs machines aussi rapidement que possible.

image dediée

Sudo, pour « superuser do », est un outil Linux/Unix qu’un grand nombre d’utilisateurs connaissent bien. On le trouve notamment dans Debian et de nombreuses distributions qui en découlent, notamment Ubuntu. Il permet de déclencher des actions spécifiques avec des droits administrateurs sans avoir à basculer sur un compte permettant de les réaliser. Les droits sont alors accordés de manière temporaire, après validation du mot de passe.

Un manque de contrôle sur les espaces

Hier, les chercheurs de Qualys Security ont publié que les versions 1.8.6p7 à 1.8.20 étaient toutes touchées par une faille de sécurité « sévère », exploitable localement. Estampillée CVE-2017-1000367 (non encore référencée), l’ensemble de ses détails n’est pas connu, Qualys attendant qu’une majorité de machines aient été mises à jour avant de montrer notamment son prototype d’exploitation.

On sait cependant que le souci réside dans la fonction « get_process_ttyname() », c’est-à-dire dans la façon dont sudo analyse les informations tty présentes dans le fichier de statut du processus. L’usage de cette fonction peut être détourné par un utilisateur local : via une commande spécifique incluant des espaces (que sudo ne compte pas), il peut contourner les protections habituelles et obtenir des droits complets, lui permettant alors de réaliser d’autres actions.

La plupart des distributions sont déjà à jour

La plupart des distributions ont déjà été mises à jour. C’est par exemple le cas de Red Hat, qui a publié hier des correctifs pour les versions 6 et 7 de RHEL (Red Hat Enterprise Linux). Idem pour SUSE et Debian, dont les versions Wheezy, Jessie et Sid sont toutes à jour. Il est évidemment recommandé aux utilisateurs de récupérer le plus rapidement possible ces nouvelles versions pour être à l’abri.

L’avertissement vaut surtout pour les administrateurs système en charge de serveurs sous Linux. Un particulier qui contrôle sa machine ne se sentira pas forcément en danger, mais un serveur peut être manipulé par plusieurs personnes, dont l’une pourrait alors exploiter la faille pour se rendre maître de la machine.

Comme indiqué, Qualys n’en dira pas plus pour l’instant et attendra que le danger soit éloigné pour publier les détails complets sur la vulnérabilité.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Linux : importante faille dans sudo, la plupart des distributions mises à jour

Linux est interdit de Windows 10 S

Posted by CercLL sur 20 mai 2017

Malgré leur présence dans le Store de l’OS, les distributions Linux ne pourront pas être exécutées dans Windows 10 S. Même en lignes de commandes.

Les consommateurs qui veulent s’équiper de la Surface Laptop de Microsoft et souhaitent utiliser Bash, l’interpréteur en ligne de commande issu du monde Linux, en seront pour leurs frais. Le support d’une distribution Linux, pourtant proposée dans le Store applicatif de l’OS, n’est pas compatible avec Windows 10 S, le nouvel OS concurrent de Chrome OS équipant le nouveau PC ultra mobile que Microsoft a présenté début mai.

Des applications non autorisées

A ceux qui s’interrogeaient pour savoir si une « distro » Linux, comme Ubuntu, pouvait tourner dans Windows 10 S, Rich Turner, un salarié de Redmond a clairement répondu : « Non ! ». Et de le justifier : « Une App qui provient du Store Windows ne signifie pas qu’elle est automatiquement sécurisée et appropriée pour s’exécuter dans Windows 10 S. Il existe certaines applications qui ne sont pas autorisées à fonctionner sur Windows 10 S, y compris toutes les applications de ligne de commande, les shells et les consoles. » Dont celle de Linux et, donc, le système qui va avec.

Inutile de s’acharner, donc, même si des distributions Linux sont proposées dans le magasin applicatif de Windows; elles ne fonctionneront tout simplement pas sous Windows 10 S. De fait, elles sont considérées comme des applications Desktop Bridge (ou « Centennial ») qui permettent d’avoir un contrôle plus large de l’OS que ce qu’autorise la version « Cloud » de Windows 10. Cette classe d’applications vient s’ajouter aux App UWP (Universal Windows Platform) exécutées dans un environnement sécurisé et restreint (bac-à-sable) qui contrôle l’accès aux ressources système, périphériques (disques externes, caméra…), etc. Si Windows 10 S supporte directement les applications UWP, les logiciels Destop Bridge sont publiés par des éditeurs directement référencés auprès de Microsoft qui les a examinés de prêt avant de les valider.

Basculer sous Windows 10 Pro

Si c’est aussi le cas des distro Linux, celles-ci « doivent être traitées en tant qu’outil de ligne de commande qui s’exécute en dehors du bac-à-sable UWP et de l’infrastructure d’exécution sécurisée, explique le salarié de l’éditeur. Elles fonctionnent avec les capacités accordées à l’utilisateur local – de la même manière que Cmd et PowerShell ». Des capacités qui ne sont pas tolérées par Windows 10 S, OS par défaut dédié aux utilisateurs qui ne souhaitent pas s’investir dans la gestion et la maintenance de l’OS tout en bénéficiant d’un environnement sécurisé. D’ailleurs, le nouvel OS n’autorise pas plus l’installation d’applications extérieures au Windows Store, à travers les fichiers .exe ou .msi.

La seule solution pour exécuter, en ligne de commande, une distribution Linux sous environnement Windows, est de repasser à un Windows 10 « normal ». Ce qui est possible depuis Windows 10 S mais seulement vers la version Professionnel de l’OS (sachant que cette bascule est définitive). Ce qui implique au passage un achat de licence. Celle-ci étant offerte jusqu’au 31 décembre 2017, les utilisateurs avisés qui souhaitent absolument s’équiper de l’onéreuse Surface Laptop disponible à partir du 15 juin auront intérêt à ne reporter leur achat à 2018.

Source silicon.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Linux est interdit de Windows 10 S

Un livre pour débuter avec Linux

Posted by CercLL sur 18 mai 2017

Si vous souhaitez vous initier au système d’exploitation Linux, ce livre est fait pour vous.

Vous entendez parler du système libre ? Vous n’avez jamais été plus loin que l’envisager ? « Débuter avec Linux » va vous permettre de progresser petit à petit, jusqu’à devenir un utilisateur avancé de Linux et de la ligne de commande.

Vous y apprendrez à installer le système, à utiliser son interface graphique et à l’administrer dans de bonnes conditions afin de bénéficier d’un Linux « aux petits oignons ».

Nous l’avons lu. Ce livre est vraiment complet et traite de tous les principaux aspects dans l’utilisation de Linux, de la gestion des utilisateurs et des droits, à l’installation de logiciels en passant par la gestion du réseau et du Wi-Fi.

C’est un ouvrage qui s’adresse à tous les curieux voulant s’initier à Linux, aux étudiants et professionnels ainsi qu’aux personnes souhaitant redonner vie à leur ancien ordinateur. Le livre se base sur l’utilisation de Slackware Linux, qui n’est pas la plus populaire des distributions mais intéressantes d’un point de vue pédagogique. « Débuter avec Linux » est disponible au prix de 29,90 € sur le site des éditions Eyrolles.

Auteur : Kiki Novak
Editeur : Eyrolles
Nb de pages : 522
ISBN13 : 978-2-212-13793-4

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | 1 Comment »

De meilleures performances pour le noyau 4.11

Posted by CercLL sur 3 mai 2017

La version 4.11 du noyau va notamment apporter des améliorations pour les périphériques de bloc.

 

 

Plusieurs nouveautés et améliorations font leur apparition avec cette nouvelle version du noyau Linux 4.11. Notons tout d’abord que la couche de bloc a été revue et modifiée, ce qui apporte notamment la possibilité d’ajouter de nouveaux ordonnanceurs via des plugins. Cela vise à améliorer la gestion des disques SSD pour lesquels le noyau n’était pas adapté. Quelques corrections ont été apportées à la gestion du système RAID pour éviter des corruptions de données. Le support de la spécification de stockage Opal est maintenant en place. Pour finir, un nouvel appel système a été mis en place, statx(), pour remplacer l’ancien stat(), créé il y a 45 ans. Il permet de récupérer les métadonnées d’un fichier.

Voilà pour les principales améliorations de cette nouvelle version du noyau Linux. Il n’y a plus qu’à attendre qu’il soit mis en place et disponible pour les différentes distributions.

Liens :

Plus d’informations sur le site LWN.net
Le site Kernel.org

Source toolinux.com

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur De meilleures performances pour le noyau 4.11

PrimTux

Posted by CercLL sur 2 mai 2017

Bienvenue sur le Wiki de PrimTux

Pour les enfants à l’école ou à la maison, PrimTux2 et PrimTux2-Dys se contentent d’un ordinateur avec 768 Mo de RAM.

Finalité

Le but de ce tutoriel est de vous présenter PrimTux, une distribution GNU/Linux ludo-éducative comme ASRI Edu, œuvre d’un professeur des écoles passionné d’informatique qui veut partager son expérience et offrir à tous la possibilité d’utiliser des outils numériques pour l’apprentissage à l’école primaire. PrimTux fonctionne en Live DVD ou USB. Le processus d’installation est assuré par l’installeur Debian. Le logiciel Systemback, présent dans les dépôts, permet de réaliser le déploiement sur plusieurs machines d’une version personnalisée.


Qu’est-ce que PrimTux ?

PrimTux est une distribution éducative basée sur Linux. Cela signifie qu’elle est un système d’exploitation complet, au même titre que Windows, mais dont l’environnement a été adapté aux enfants de 3 à 10 ans.

À l’école ou à la maison, les enseignants et parents disposeront avec elle d’une très riche logithèque pédagogique destinée aux enfants depuis la maternelle jusque dans les premières années du collège. Elle rassemble en effet des applications dispersées sur la toile et élaborées depuis une vingtaine d’années par des enseignants. Grâce au libre choix de bureaux différents et paramétrables : mini, maxi, super, et administrateur, chacun peut, par un simple changement de session, adapter son environnement de travail à ses capacités ou à ses besoins.

L’enseignant trouvera également de très nombreuses ressources éducatives lui permettant de préparer sa classe ou proposer des prolongements à ses élèves. Il disposera d’un outil complet pour les préparer au B2i (brevet internet et informatique).

Parents comme enseignants peuvent tout autant que les enfants utiliser l’ordinateur pour leurs tâches personnelles puisque le système dispose de tout l’équipement logiciel indispensable aux tâches bureautiques courantes, la navigation Internet et les usages multimédias. Vous pourrez même rajouter d’autres logiciels en fonction de vos usages.

PrimTux offre aux parents l’occasion d’aider leurs enfants dans leur scolarité en proposant des activités de révision et de soutien adaptées et ludiques. Ce peut être un excellent moyen de outil pour dédramatiser le suivi scolaire lorsque celui-ci s’accompagne de tensions et de stress.

Mettre un ordinateur relié à Internet à la disposition des enfants n’est pas sans risque ! C’est pourquoi la distribution intègre des outils assurant la sécurité des plus jeunes: un filtrage paramétrable des sites Internet grâce à Dansguardian et Webstrict, le choix d’un moteur de recherche sécurisé conçu pour les enfants, Qwant junior. Le filtre n’est pas actif en session administrateur. Un navigateur alternatif non filtré est disponible en session administrateur.

PrimTux s’appuie sur un système d’exploitation libre et open source, Linux, plus précisément une Debian Jessie francophone. C’est un outil gratuit, élaboré de manière collaborative par des équipes de bénévoles essentiellement, qui, en dehors des logiques commerciales, souhaitent mettre l’informatique à la libre disposition de tous. Avec Linux nous sommes assurés de la pérennité de notre système : c’est gratuit, et il n’y a pas de frais cachés ou l’obligation de repasser à la caisse lors de mises à niveau vers de nouvelles versions. PrimTux elle-même est le fruit d’une équipe d’enseignants et non enseignants bénévoles, dans l’esprit de http://asri-education.org/.

De plus PrimTux est bâtie sur un système beaucoup moins gourmand en ressources matérielles qu’un système Windows. C’est donc l’opportunité de donner une seconde vie à de vieux ordinateurs en les mettant à disposition de ses enfants ou d’une école. Sachez que 512 Mo de mémoire RAM suffisent, le système installé sur le disque dur n’occupant qu’environ 9 Go ! Nous sommes loin des machines surdimensionnées exigées par les systèmes d’exploitation commerciaux d’aujourd’hui.

Les responsables informatiques intervenant sur des groupements scolaires ou des centres aérés peuvent, en installant Systemback, la Déployer très aisément sur de nombreux postes informatiques après l’avoir personnalisée.


Origine

Tout est parti d’ASRI-education. Cette association œuvre depuis un certain nombre d’années déjà pour intégrer le numérique en classe en utilisant des logiciels libres et/ou gratuits. Elle a pour cela développé un système basé sur Linux (PuppyLinux) adapté aux enfants de 3 à 10 ans, léger, simple et stable. Peu à peu, quelques passionnés ont rejoint l’équipe et des compilations (telle clicmenu de PragmaTICE), et des logiciels éducatifs divers y ont été ajoutés.

Cédric, le développeur d’ASRI, semblant ralentir l’activité depuis un certain temps, trois membres de l’équipe se sont mis au travail en repensant le système, sur une base Debian stable, en y ajoutant de la modernité, plus de compatibilité, tout en restant léger.


Revaloriser

La philosophie reste la même : PrimTux, par sa légèreté n’a pas vocation à remplacer ou à devenir le système d’exploitation principal d’un ordinateur récent, mais à REVALORISER un matériel obsolescent en l’orientant vers le milieu scolaire ou éducatif.


Documentation

Nous vous proposons également, sur cette page, une documentation détaillée téléchargeable selon divers formats.


Un tableau des logiciels de PrimTux permet de les trier par catégories ou de les filtrer selon divers critères. logiciels-primtux-v2.ods


Les auteurs

  • Steph, professeur des écoles
  • ideefixe, promoteur irréductible du libre
  • Philippe Dpt35, professeur des écoles à la retraite
  • zoom61, responsable “logiciels libres” sur Developpez.com
  • Tomasi, professeur des écoles

Source primtux.fr


Posted in Uncategorized | Tagué: , , | 1 Comment »

Lsdm Linux

Posted by CercLL sur 28 avril 2017

LISTE DES LUGs

Si dans votre coin, vous vous sentez un peu esseulé(e), vous pouvez peut-être trouver un groupe d’utilisateurs de Linux ou de Logiciels libres en cherchant sur http://lsdm.onlynux.org/modules/mylinks/viewcat.php?cid=130 . Plus de 200 sites francophones répertoriés. Si vous avez des informations sur les sites « en jachères », merci de nous les envoyer sur http://lsdm.onlynux.org/modules/contact

Merci de faire suivre.

XOOPS is a dynamic Object Oriented based open source portal script written in PHP.
lsdm.onlynux.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Lsdm Linux

Quelle distribution Linux légère peut-on utiliser pour ressusciter un vieil ordinateur ?

Posted by CercLL sur 27 avril 2017

Le souvenir de la lenteur. Vieilles tours qui ont trois ou quatre versions de Windows de retard, laptops de plus de cinq ans et netbooks qui étaient à la pointe de la mode entre 2006 et 2010 trainent désormais dans les caves et les greniers, prennent la poussière au fond d’un placard ou sont cachés sous une pile de papier. Ces appareils méritent pourtant une seconde vie. Grâce à Linux, vous pouvez réveiller leur potentiel.

Vieilles machines. Lorsqu’on les allume maintenant, si elles s’allument tout court, on a le temps de se cuisiner un repas (et de le manger) avant d’avoir une page web fonctionnelle. Tout espoir n’est pas perdu pour ces ordinateurs aussi vieux que Twitter. Il existe toute une série de distributions Linux légères et accessibles pour donner à ces machines une seconde vie. Alors certes, cela n’améliorera pas le matériel des machines, mais elles seront utilisables et suffiront la plupart du temps pour toutes les tâches de la bureautique jusqu’au web avancé.

Nous en avons testées 3 pour vous sur des ordinateurs retrouvés dans les plus vieux cartons de la rédaction et qui avaient été laissés pour morts. Les distributions  que nous avons choisies s’installent directement sur votre ordinateur, à la place où à côté de votre ancien système d’exploitation. Nous avons écrit un tutoriel d’installation complet pour réaliser ces opérations.

Le roi Lubuntu

La distribution de référence. Basée sur Ubuntu, c’est l’une de ses variantes officielles. Cela signifie que la distribution est reconnue par Canonical, l’entreprise qui assure la certification technique d’Ubuntu. En conséquence, Lubuntu bénéficie du support des infrastructures d’Ubuntu et a notamment accès aux dépôts officiels des logiciels. Et tout comme sa grande sœur, la distribution se caractérise par sa facilité d’accès : pas besoin de taper la moindre ligne de commande, tout fonctionne directement, et les logiciels les plus connus sont à portée de clic dans les dépôts.

Lubuntu fonctionne avec l’environnement de bureau LXDE (Lightweight X11 Desktop Environment), l’un des moins gourmands en ressources dont disposent les distributions libres. La popularité de la distribution lui permet, contrairement à d’autres moins répandues, de disposer d’une traduction française intégrale.

Le revers de la médaille quand l’on ne peut pas se perdre, c’est qu’il est également difficile d’être surpris. Et visuellement, les tons bleus et gris présents par défaut font, avec la sempiternelle barre des tâches en bas de l’écran, très vieillot. Heureusement, les possibilités d’amélioration sont légion.

Lubuntu, c’est la garantie d’une distribution supportée sur le long terme, et qui marche tout de suite. Le choix sûr pour refaire marcher une vieille bécane.

Découvrir, télécharger et installer Lubuntu.

Bodhi Linux, la distribution illuminée

Bodhi, c’est la distribution qui se veut zen et détendue. Sa présentation est assez minimaliste, tout comme la quantité de logiciels fournie avec la plus basique de ses installations. Et dans cette recherche de légèreté, cela implique des logiciels moins connus, comme le navigateur web Midori.

Il existe également une version surnommée AppPack qui comprend une base plus large d’utilitaires, incluant notamment la suite Libre Office, le lecteur VLC ainsi que le navigateur Chromium.  Dans tous les cas, l’AppCenter de Bodhi permet d’étoffer raisonnablement sa base de logiciels en proposant une sélection qui n’est pas la plus étendue, mais recouvre aisément les besoins d’une utilisation classique.

Cet Appcenter  propose également une séries de modules Moksha, l’environnement de bureau spécifique à cette distribution qui est basé sur Enlightenment. Très classique avec sa barre des tâches placée en bas de l’écran, il n’en est pas moins esthétiquement plaisant dans les nuances sombres et polies de ses thèmes de base. Seule son absence de réel bureau (sans installation supplémentaire) pourra dérouter : impossible d’y déposer des dossiers ou fichiers, et le clic gauche comme le droit n’aboutit qu’à une ouverture dans le menu principal. La distribution est par défaut forcément en anglais.

Bodhi Linux reste dans l’ensemble une distribution plutôt basique, très personnalisable autour du pack d’apps minimal fourni et qui tourne très bien tout en conservant une esthétique plaisante. Et sur une vieille machine qui n’a de toutes façons pas la capacité de faire tourner les programmes les plus lourds, c’est au-delà de ce qu’on pouvait espérer.

Découvrir, télécharger et installer Bodhi Linux.

Linux Lite, le même en plus petit

Linux Lite est une distribution basée sur les versions LTS (Long-term-support) d’Ubuntu, ce qui signifie qu’elles bénéficient d’un support technique et de mise à jour régulières pendant cinq ans. Son objectif ? Être aussi complète qu’Ubuntu mais en beaucoup, beaucoup plus légère.


Son environnement de bureau XFCE arrive fourni et complet avec tous les logiciels majeurs dont a besoin un utilisateur, que ce soit en termes de bureautique, multimédia ou navigation sur internet. L’apparence des fenêtres et des menus, qui rappelle par de nombreux côtés celles des distributions les plus répandues (comme Mint par exemple) est agréable et instinctive. Une variété de thèmes est disponible d’entrée pour un ensemble visuellement lisse et plaisant.

Linux Lite parvient à allier la puissance d’Ubuntu avec une interface agréable à l’œil et fonctionnelle. Avec ça, votre vieil ordinateur n’a pas grand chose à envier aux setups les plus récents.

Découvrir et installer Linux Lite.

Sachez qu’il existe également des distributions qui sont prévues pour fonctionner uniquement ou principalement à partir d’une clef usb qui est à la fois le support du système d’exploitation et le lieu du stockage des données. On peut notamment citer Puppy Linux, TinyCore ou encore Pixel, à la base prévue pour Raspberry Pi. Celles-ci, minimalistes et souvent austères sont parmi les distributions les plus légères qui existent et peuvent s’avérer adaptées à une utilisation particulièrement nomade ou les appareils pour lesquels même les distributions décrites au-dessus sont trop consommatrices.

Pour votre ordinateur de tous les jours, nous avons également dressé la liste de nos distributions préférées !

Source numerama.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | 1 Comment »

Ubuntu MATE

Posted by CercLL sur 28 mars 2017

Ubuntu MATE est une distribution Linux variante d’Ubuntu, qui utilise l’environnement de bureau MATE, basé sur GNOME 2, à la place de celui par défaut de la variante originale, Unity.

Ubuntu MATE s’inspire du logotype d’Ubuntu en remplaçant sa couleur (orangé) par celle du bureau MATE (vert) :

Versions

Version au support arrêté Version toujours supportée Version actuelle Version en développement
Version Nom de code Date de sortie Support jusqu’à Remarques
14.04 LTS Trusty Tahr 11/11/2014 Avril 2019 Version LTS
(Long Term Support, « support à long terme »)
14.10 Utopic Unicorn 23/10/2014 Juillet 2015
15.04 Vivid Vervet 23/04/2015 Janvier 2016 Première version officielle d’une variante d’Ubuntu
15.10 Wily Werewolf 22/10/2015 Juillet 2016 Utilise le bureau MATE 1.10
16.04 LTS Xenial Xerus 21/04/2016 Avril 2019 Seconde version LTS, utilisant le bureau MATE 1.12.x
16.10 Yakkety Yak 13/10/2016 juillet 2017

Utilise le bureau MATE 1.16

Exemples d’environnements

 

Ressources système

Le bureau MATE étant dérivé du bureau GNOME 2, cette version d’Ubuntu peut s’installer sur des machines relativement anciennes.

Ressources minimales conseillées

Article connexe : MiniLinux.

Ressources recommandées

  • processeur Intel Core 2 Duo à 1,6 GHz ou équivalent ;
  • 2 Go de RAM ;
  • 16 Go d’espace disque libre ;
  • écran avec une résolution minimale de 1366 x 768 ;
  • carte graphique avec capacité 3D.

 

Liens :

https://ubuntu-mate.org/

https://ubuntu-mate.org/download/

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Ubuntu MATE

Linux pour l’entraide au collège

Posted by CercLL sur 8 mars 2017

Au collège de Montmorency, des étudiants bénéficient gratuitement d’ordinateurs reconditionnés sous Linux.

Voilà un beau projet qui mêle écologie et social. Au collège de Montmorency, des étudiants ayant peu de ressources peuvent dorénavant bénéficier d’un ordinateur gratuitement. Le projet Dons d’ordinateurs, deuxième vie est simple. Les ordinateurs trop anciens du collège sont reconditionnés par les étudiants du département de technologie du génie électrique, ensuite, ces ordinateurs se voient installer un système Linux ainsi que des logiciels libres, afin d’être pleinement fonctionnels sans avoir à se soucier des problèmes de licences. Pour finir, une courte formation est assurée pour que les élèves soient à même de prendre en main leur nouvel équipement.

C’est un bel exemple de coopération au sein des différentes équipes du collège, incluant les étudiants, qui aide à la réussite de tous. Le projet DO2 permet de limiter les déchets électroniques tout en permettant une aide sociale aux étudiants qui en ont besoin.

Source lechodelaval.ca

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux pour l’entraide au collège

Linus Torvalds remballe les discours sur l’innovation

Posted by CercLL sur 18 février 2017

Connu pour son franc-parler, le fondateur de Linux considère les discours sur l’innovation technologique comme des foutaises.

Jamais avare d’une pique acerbe, Linus Torvalds s’est encore fait remarquer dans un entretien mené lors du sommet sur leadership Open Source. A l’occasion de cet évènement organisé par Jim Zemlin, dirigeant de la Fondation Linux, il a expliqué tout le mal qu’il pensait du discours sur l’innovation technologique actuelle. « Les discours sur l’innovation de l’industrie sont des conneries (bullshit) », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que « n’importe qui peut innover, « penser différemment », c’est vide de sens. 99% de l’innovation provient du travail réalisé. »

Et c’est bien sur cette notion de travail que le créateur de Linux insiste. « Tout ce tapage est loin du travail réel. Ce dernier se mesure dans les détails. » Pour enfoncer le clou, « les projets qui réussissent, c’est 99% de transpiration et 1% d’innovation ». En tant que gardien du noyau Linux et créateur du système de contrôle de version distribué Git, Linus Torvalds a des exemples pour montrer que les efforts payent.

Le collaboratif aussi important que la technologie

Le noyau Linux est un projet collaboratif avec 13 500 contributeurs depuis 2005, apportant 10 000 lignes de code, en supprimant 8 000 et en modifiant 1500 à 1800 lignes par jour, assure Jim Zemlin. « Nous faisons cela depuis 25 ans et l’un des problèmes était que les gens parfois se marchaient les uns sur les autres », explique Linus Torvalds. « Donc pour régler cette histoire, nous avons organisé le code, le flux du code  et la maintenance pour que les points litigieux,  en raison de désaccord avec des développeurs sur des morceaux de code, disparaissent », poursuit le mentor de Linux.

Il n’écarte pas la technologie comme élément important mais, pour lui, le processus est aussi important. « Il s’agit d’un projet social et il s’agit de technologie, celle-ci doit permettre aux gens de s’entendre sur les problèmes ». Des évolutions qui lui ont permis de ne plus revenir personnellement sur chaque changement de code. Il s’appuie sur le réseau des contributeurs, « de confiance et très solide. Il peut y avoir 1000 personnes impliquées dans chaque version ».

Source silicon.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Linus Torvalds remballe les discours sur l’innovation

KasperskyOS, nouveau système d’exploitation spécialisé

Posted by CercLL sur 15 février 2017

KasperskyOS est un système d’exploitation (GNU/Linux) conçu pour les systèmes embarqués dans un contexte de cybersécurité. Il est désormais commercialisé à l’intention des OEM, ODM, intégrateurs systèmes et développeurs de logiciels.

Reposant sur un nouveau microkernel développé entièrement en interne par l’éditeur dont il hérite du nom, KasperskyOS applique des principes bien établis du développement axé sur la sécurité, tels que « Seperation Kernel », Reference Monitor, Multiple Independent Levels of Security et l’achitecture Flux Advanced Security Kernel.

Conçu dans l’optique de répondre à des secteurs spécifiques, KasperskyOS résout non seulement des problèmes de sécurité mais répond aussi aux défis liés au développement d’applications sécurisées pour les systèmes embarqués dans les entreprises.

KasperskyOS est conçu pour permettre aux programmes de n’exécuter que des opérations documentées. Le développement d’applications pour KasperskyOS nécessite la création de code « traditionnel », ainsi qu’une stricte politique de sécurité qui définit tous les types de fonctionnalités documentées. Seules celles-ci peuvent être exécutées, y compris les fonctions du système d’exploitation lui-même.

Une telle approche a pris beaucoup de temps pendant le développement de KasperskyOS mais, pour les développeurs, elle offre un avantage : une politique de sécurité peut être développée en parallèle avec les fonctions effectives. Ces dernières peuvent en fait être testées immédiatement : toute erreur dans le code est synonyme de comportement non documenté, qui est alors bloqué par le système d’exploitation. Plus important encore, il est possible de personnaliser les règles de sécurité en fonction des besoins métiers : c’est la sécurité qui s’adapte aux exigences de l’application, plutôt que l’inverse.

Kaspersky Lab développe également des packages de déploiement pour le secteur financier (pour la sécurisation des terminaux de point de vente et des clients légers) ainsi que pour le renforcement de la sécurité des opérations critiques sur les systèmes Linux d’usage général, en particulier les postes de travail.

La facilité de déploiement est assurée par trois packages installant certaines fonctionnalités de KasperskyOS.

Le site officiel

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur KasperskyOS, nouveau système d’exploitation spécialisé

Munich abandonne Linux pour… Windows

Posted by CercLL sur 14 février 2017

L’expérience n’a pas convaincu. La ville de Munich va finalement abandonner Linux et l’open source et retourner… sous Windows.

Elle a été l’une des pionnières dans la migration vers un système et des logiciels libres. C’était en 2004, la ville de Munich commençait son passage vers Linux et l’open source.

L’expérience n’a pas été aussi concluante qu’on le pensait. Le nouveau maire de la ville, qui accueille par ailleurs le siègeaAllemand de Microsoft depuis peu, a décidé de faire machine arrière. Soutenu par le SPD et la CDU, ce projet va finalement voir les 15.000 postes de la ville repasser sous le système de Microsoft, à savoir Windows 10, d’ici 2021. Le budget estimé, d’après une société partenaire de Microsoft, serait de 15 à 20 millions d’euros.

Le coût de la migration vers l’open source avait été de 23 millions d’euros ; un système dédié avait été mis en place, LiMux, basé sur Ubuntu.

Liens :

Plus d’informations sur le site de ZDNet
Le site de la Free Software Foundation Europe

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | 1 Comment »

Le noyau Linux 4.10 en retard : Linus Torvalds peste contre les nombreuses Release Candidates

Posted by CercLL sur 1 février 2017

L’arrivée du kernel Linux 4.10 sera retardée. Un message de Linus Torvalds hier indique en effet que la Release Candidate 6 était bien plus conséquente que prévu. Il souhaitait que ce soit la dernière ou l’avant-dernière, mais ce ne sera probablement pas le cas.

image dediée

Dans son message envoyé hier soir, Linus Torvalds indique que la fin de semaine dernière s’est révélée surprenante. Tout allait en effet bien depuis la première Release Candidate, avec un lot de modifications à traiter de moins en moins important chaque semaine. Vendredi soir cependant, Torvalds a reçu une quantité énorme de changements à traiter.

La RC6 devait être « petite et calme »

Il n’est pas surpris dans le calendrier des changements proposés. Les développeurs intervenant sur le noyau ont pour habitude d’envoyer le résultat de leurs travaux le vendredi soir, Torvalds jetant un œil ensuite durant le week-end. Par contre, c’est bien la quantité de code envoyé qui sort de l’ordinaire pour une fin de cycle. Au point que la RC6 est devenue d’un coup la plus importante depuis la publication de la RC1. Une bonne part de ces modifications concernent les pilotes réseau et GPU.

Mauvaise nouvelle pour Torvalds qui essayait d’inscrire au programme une limitation à sept Release Candidates par version du noyau. Dans le cas présent, il espérait même en finir avec la RC6. Mais il est évident maintenant qu’il y aura au minimum une RC7, voire une RC8.

Torvalds essaye en vain de limiter le nombre de Release Candidates

Aussi, le père du noyau Linux trouve-t-il la situation « éprouvante », même s’il n’y a rien de catastrophique, lui qui trouvait justement le cycle du noyau 4.10 « assez calme ». Il estime le cycle de chaque noyau visiblement trop long, le nombre de Release Candidates étant trop important, ce qui repousse à chaque fois l’arrivée de la version finale.

Il faut rappeler par ailleurs que ces RC du noyau Linux ne fonctionnent pas forcément comme on peut le voir dans d’autres projets. Une Release Candidate 1 n’est pas réellement une première tentative de diffusion, mais plutôt l’étape suivante dans l’augmentation de la qualité. Ce qui explique le nombre de candidates, certaines pouvant d’ailleurs introduire de nouveaux bugs. Une philosophie très différente de ce que l’on peut trouver autre part, comme chez Mozilla. Ainsi, la RC1 d’une version de Firefox est bien un premier test de publication, le processus suivant son cours si aucun problème bloquant n’est trouvé.

Notez cependant que Torvalds ne donne aucune date pour la version finale du noyau Linux 4.10. Si l’on compte deux RC supplémentaires, il faudra compter encore plusieurs semaines.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Le noyau Linux 4.10 en retard : Linus Torvalds peste contre les nombreuses Release Candidates

Linux sur Dell, c’est rentable

Posted by CercLL sur 23 janvier 2017

Les ordinateurs livrés sous Linux sont de moins en moins rares, mais Dell reste le constructeur le plus connu du grand public. Et la recette a pris !

Même si les ordinateurs livrés avec le système libre ne sont pas légions, il est tout de même de plus en plus facile d’en trouver. Encore faut-il chercher. Dell lui, bénéficie d’une grande notoriété auprès du grand public et c’est le seul constructeur de cette envergure à vendre des ordinateurs et ultrabooks avec Ubuntu pré-installé. Et c’est un marché très lucratif, ces ordinateurs se vendent bien. Pour un investissement initial de 37.000 euros, Dell aurait gagné en 4 ans plusieurs dizaines de millions d’euros. Mais pour le moment, les ordinateurs sous Linux sont plutôt haut de gamme et destinés aux développeurs. De plus, seule la distribution Ubuntu est officiellement supportée, bien que d’autres distributions puissent également y tourner.

Le constructeur va prochainement lancer de nouveaux modèles fonctionnant sous Linux, ce qui devrait permettre de toucher dorénavant plus de monde et, peut-être, atteindre le grand public.

Liens :

Le site de Dell
Ordinateurs Del sous Ubuntu
Plus d’informations sur le blog de Barton George, architecte Dell

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux sur Dell, c’est rentable

Noël

Posted by CercLL sur 24 décembre 2016

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Noël

 
%d blogueurs aiment cette page :