CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

  • Languages Disponibles

  • Le Logiciel Libre

  • Priorité au Logiciel Libre

  • L’ Agenda du Libre région PACA

  • Articles récents

  • Le Manchot

  • Écoutez

  • EricBlog

  • Toolinux

  • Mastodon CercLL

  • Méta

  • Priorité au Logiciel Libre!

  • créer un sondage

  • Un éditeur de texte collaboratif en ligne libre

  • Communication collaborative

  • Environnement de listes de diffusion

  • Framatalk Visioconférence

  • Herbergement d’images

  • Suivez nous sur Diaspora

  • Ordinateur recyclé sous Debian

  • Nombres de visites sur ce site

    • 66 928 Visites
  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

    Rejoignez 163 autres abonnés

  • RSS CERCLL

  • Archives

Posts Tagged ‘Logiciels Libres’

Apéro April le 6 septembre 2019 à Marseille

Posted by CercLL sur 21 août 2019

Un apéro April ?

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager une verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April. Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

Quand et quoi

Un quatrième apéro à Marseille aura lieu vendredi 6 septembre 2019 de 19h00 à 22h00 à l’adresse suivante : Foyer du peuple 50 rue Brandis, 13005 Marseille .

Vous pouvez vous inscrire sur le pad.

Publicités

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Une faille dans Firefox permettait de voler les mots de passe par copier-coller

Posted by CercLL sur 20 août 2019

 

Il était possible d’accéder au contenu du gestionnaire de mots de passe même si un mot de passe maître était défini.

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Mettre à jour Debian 9 vers Debian 10 « Buster »

Posted by CercLL sur 19 août 2019

La dixième version de la distribution Debian est sortie. Cette nouvelle version apporte son lot de nouveautés et voici un tutoriel pour migrer facilement de Debian 9 vers Debian 10.

Le communiqué officiel entourant la sortie de la distribution Debian 10 Duster a été publié par la communauté francophones. Nous l’avions publié le 15 juillet dernier. Cette fois, le site JusteGeek publie un tutoriel de mise à jour de Debian 9 vers Debian 10, que vous pouvez retrouver ici.

De Debian 9 vers Debian 10

Avant de vous lancer dans la migration de Debian, il est conseillé d’effectuer une sauvegarde de vos données importantes. Pensez également à sauvegarder les fichiers de configuration que vous auriez personnalisés. Lorsque vous allez migrer votre distribution, aptitude est susceptible de vous poser un certain nombre de questions.

Avant de commencer la mise à jour vers Debian 10, on va déjà mettre la version 9 le plus à jour possible. Pour mettre à jour sa distribution, il convient de modifier les sources de mises à jour. Pour cela, il suffit d’éditer le fichier /etc/apt/sources.list et de remplacer toutes les occurrences : stretch par buster.

Tous les détails se trouvent dans l’article signé Sandstorm..

Posted in CercLL | Tagué: , , | Leave a Comment »

Apéro April Marseille

Posted by CercLL sur 17 août 2019

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l’actualité et les actions de l’April.

Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas. N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

Où et quand cela se passe-t-il ?

L’apéro marseillais aura lieu vendredi 6 septembre 2019 à partir de 19 h 00 dans les locaux du Foyer du peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille.

Le téléphone 06.72.24.13.22

Voir sur la carte https://www.openstreetmap.org/way/143299691

Le glou et le miam ??

Nous vous invitons donc à venir nous rejoindre dans une ambiance conviviale, à partager cet apéro, chacun porte quelque chose, boissons, grignotages… et on partage.Nous prévoirons bien sûr un minimum vital.

Entrée libre et gratuite.

Vous pouvez vous inscrire rendez-vous sur le pad

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Debian 10 : une vraie version majeure, d’importantes évolutions

Posted by CercLL sur 10 août 2019

image dediée

Debian 10 est disponible depuis le 6 juillet. L’arrivée d’une nouvelle version est toujours un évènement, car de nombreuses distributions Linux s’en servent de base. Au-delà de la classique évolution des paquets, plusieurs apports significatifs sont à noter, dont l’activation par défaut de Wayland.

L’arrivée de Debian 10, nommée Buster, pourrait être celle d’une distribution Linux parmi tant d’autres. Mais pour ceux qui l’ignoreraient, Debian est à la racine de dizaines de distributions, dont Ubuntu. Indirectement, la populaire Linux Mint – qui se base sur Ubuntu – reprend par exemple le socle de Debian. L’arrivée d’une version majeure est donc significative.

Pour être exacts, précisons que Debian dispose de quatre branches principales :

  • Stable, la branche officielle, présentée comme très solide, mais n’intégrant pas les dernières nouveautés
  • Testing, où les paquets sont plus récents et la fiabilité moins éprouvée
  • Unstable, toujours appelée Sid, dans laquelle se déversent toutes les dernières versions et qui ne porte pas forcément bien son nom
  • Experimental, où les paquets attendent d’être validés pour intégrer Sid

Toutes les distributions Linux s’appuyant sur Debian ne se basent pas forcément sur la branche Stable. Elles sont même une minorité. Ubuntu, selon les versions, effectue ainsi un mélange de Sid et Testing. Les moutures LTS (supportées cinq ans) se basent essentiellement sur Testing, Canonical prenant à sa charge les opérations de maintenance pour éviter les cassures.

On trouve facilement d’autres exemples. Kali Linux, spécialisée dans les audits de sécurité, se sert également dans Testing. Tails, centrée sur la vie privée, puise dans Sid et Testing selon les besoins. Raspbian, dérivée de Debian pour les Raspberry Pi, utilise elle aussi la branche Testing.

La sortie d’une nouvelle version officielle provoque de vastes effets ricochet. Dans la branche Testing, de nombreux paquets ont ainsi été mis à jour, et son contenu ressemble presque trait pour trait à la branche Stable. Buster va devenir tôt ou tard le nouveau socle de nombreux systèmes. Quand on connait la prévalence de Linux dans le monde des serveurs, on mesure l’importance de cette nouvelle Debian.

Un déluge de mises à jour

Pour les utilisateurs, une nouvelle Debian signifie une modernisation drastique du système. Le rythme de parution est en effet d’environ une version tous les deux ans. Tous les aspects du système d’exploitation sont donc concernés.

Contrairement à bon nombre de distributions, Debian est connue pour ses choix spécifiques, centrés sur la fiabilité. On n’y trouve que rarement les dernières versions : les développeurs sélectionnent avant tout des moutures à support allongé (la branche ESR pour Firefox par exemple) ou longuement éprouvées par les tests. On ne choisit jamais Debian pour les dernières nouveautés, y compris à travers les mises à jour courantes (sauf bien sûr si l’on change de branche ou de dépôts).

Buster passe ainsi au noyau Linux 4.19, soit la dernière révision LTS (Long Term Support) disponible actuellement. Les environnements proposés comprennent GNOME 3.30, Cinnamon 3.8, KDE Plasma 5.14, LXDE 10, LXQt 0.14, MATE 1.20 et Xfce 4.12. On note l’apparition de LXQt, environnement léger conçu pour les machines peu puissantes ou simplement anciennes.

GNOME Shell reste l’environnement par défaut, dans sa configuration d’origine la plupart du temps. Même chose pour le thème, Debian ne fournissant aucune personnalisation maison dans ce domaine.

La valse des nouvelles versions continue, avec notamment Apache 2.4.38, BIND DNS Server 9.11, Chromium 73.0, Emacs 26.1, Firefox 60.7, GIMP 2.10.8, GCC 7.4 et 8.3, GnuPG 2.2, Golang 1.11, Inkscape 0.92.4, LibreOffice 6.1, MariaDB 10.3, OpenJDK 11, Perl 5.28, PHP 7.3, PostgreSQL 11, Python 3 3.7.2, Ruby 2.5.1, Rustc 1.34, Samba 4.9, systemd 241, Thunderbird 60.7.2 ou encore Vim 8.1, pour ne citer que les plus importants.

En tout, Debian 10 embarque 57 703 paquets, soit 13 370 de plus que Debian 9. 35 532 ont été mis à jour et 7 278 supprimés. Notez que pour ces derniers, les outils de gestion les signalent comme obsolètes.

Les développeurs ajoutent que 91 % des sources de Buster peuvent servir à produire des paquets binaires identiques au bit près à ceux fournis. Cette aspect de vérifiabilité sera renforcé dans les prochaines versions de la distribution, puisque des outils permettront directement de contrôler la provenance des paquets.

Enfin, les architectures supportées sont toujours aussi nombreuses : i386, amd64, arm64, armel (ARM EABI), ARMv7, MIPS, mipsel, mips64el, ppc64el et System z (IBM).

Des changements beaucoup plus significatifs

Il pourrait ne rien y avoir de plus qu’une énorme mise à jour générale des paquets. Mais Buster présente plusieurs évolutions majeures.

À commencer par l’utilisation par défaut de Wayland dans la session GNOME Shell. Voilà une bascule que peu de distributions ont effectué à l’heure actuelle. Fedora fut la première à se lancer dès novembre 2016, mais Canonical n’a par exemple pas encore franchi le pas.

Wayland est pour rappel un serveur d’affichage résultant d’une approche beaucoup plus moderne de la composition graphique que le très vieillissant X.org. Bien qu’il ait d’indéniables avantages en performances et sécurité, il présente encore aujourd’hui des incompatibilités avec certains logiciels, services ou autres. X.org est donc toujours présent dans Debian 10, peut être réactivé comme serveur d’affichage par défaut et sert de solution de repli en cas de problème, par exemple avec un pilote graphique. On peut d’ailleurs le sélectionner dès l’écran de connexion.

Debian 10 Buster

Notez que l’utilisation par défaut de Wayland ne se fait que dans la configuration standard, c’est-à-dire avec la session GNOME Shell. Si l’utilisateur bascule sur Plasma ou autre, l’activation devra se faire manuellement.

Autre apport majeur : la compatibilité officielle avec Secure Boot. Cette fonction, utilisée depuis longtemps par les machines Windows, fait partie de la norme UEFI et permet un contrôle d’intégrité de la chaine de démarrage, pour vérifier qu’un intrus (comme un logiciel malveillant) ne s’y est pas faufilé.

Si le Secure Boot en lui-même n’est pas une nouveauté, son support par Linux a toujours été complexe. Microsoft a très tôt souhaité qu’un maximum de machines en dispose. Il a donc été imposé aux constructeurs de l’activer sur les nouvelles machines vendues avec Windows 8, ce qui impliquait l’utilisation de clés de sécurité dans la ROM de la carte mère. Ces clés servent à contrôler que le code censé s’exécuter au démarrage est signé correctement. On retrouvait ainsi dans la plupart des PC le certificat de confiance X.509 de Microsoft.

Mais en dépit des problèmes posés par l’action rapide de Microsoft, l’éditeur n’a pas cherché à verrouiller le marché. C’est d’ailleurs le point de vue de nombres d’équipes derrière les distributions Linux, dont celle de Debian. L’implémentation dans Buster repose – comme beaucoup d’autres – sur Shim. Ce dernier est un bootloader, disposant des autorisations nécessaires (Microsoft sert en quelque sorte d’autorité de certification mandataire) et d’une clé spécifique à Debian, servant à signer les éléments de la chaine de démarrage, dont GRUB.

Le support de Secure Boot est le même que sur d’autres distributions. Ce qui inclut les mêmes soucis potentiels en fonction de la configuration matérielle et de l’utilisation faite de la machine. Il peut être nécessaire de se rendre dans les paramètres de l’UEFI et de désactiver Secure Boot.

Enfin, Debian 10 active par défaut AppArmor. Là encore, ce n’est pas une nouveauté : le mécanisme de sécurité est présent dans le noyau Linux depuis la version 2.6.36, après récupération du projet par Canonical. Il s’assure, via des profils, que chaque application ne sort pas du cadre d’exécution pour lequel elle est prévue, ajoutant un contrôle d’accès obligatoire. Les autorisations ne sont donc plus discrétionnaires (un objet ne peut pas donner ses droits à un autre).

En résumé, Wayland, Secure Boot et AppArmor existent depuis un moment déjà, mais leur arrivée simultanée et leur activation par défaut font très clairement de Buster une version majeure de Debian.

Debian 10 Buster

Un mot sur l’installation et l’ergonomie

Debian a initialement été pensée comme un système pour les serveurs et a joué un rôle important dans le succès de Linux dans ce domaine. La distribution prétend cependant à l’universalité et peut être utilisée par à peu près n’importe qui. À ce titre, il convient d’aborder quelques généralités pour l’utilisateur qui aimerait se lancer.

L’installation de Debian n’est pas nécessairement la plus simple (difficile de faire plus facile qu’Ubuntu), mais reste aisée, pour peu qu’on lise chaque écran. Les étapes sont logiques et ne réservent aucune surprise. La plupart des options sélectionnées par défaut correspondant aux choix les plus courants. Si vous souhaitez utiliser autre chose que GNOME Shell (session par défaut de Debian), la liste des environnements vous sera proposée en milieu de parcours.

Pour nos captures et l’utilisation, nous sommes restés sur l’environnement par défaut. Quiconque a déjà utilisé GNOME Shell se retrouve sur Debian avec ses habitudes. Aucun changement de thème, Debian fait dans la sobriété. Le système démarre et s’éteint vite, les animations sont fluides (GNOME 3.30 avait initié une série de travaux sur les performances), les applications fournies sont nombreuses et l’ensemble ne réserve pas de surprises particulières.

Sachez d’ailleurs que Debian fournit de très nombreux logiciels. Sur la page de téléchargement, il est recommandé de se diriger vers l’édition DVD et de la télécharger via Torrent, dont les performances sont à peu près toujours stables (contrairement aux téléchargements directs). Cette édition intègre trois images ISO : seule la première est réellement nécessaire. Elle comprend le système et les principales applications. Les autres peuvent d’ailleurs se récupérer dans Logiciels, au cas par cas. Leur récupération ne dépendra alors que de la vitesse de connexion.

Un petit mot enfin sur la suite. La prochaine version de Debian se nommera Bullseye et est prévue pour 2021. Le support de Buster sera assuré jusqu’en 2022, avec deux années supplémentaires de support à long terme.

Debian 10 Buster

Source nextinpact.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , | 1 Comment »

LibreOffice 6.3 : disponibilité, téléchargement, nouveautés

Posted by CercLL sur 9 août 2019

La Document Foundation annonce LibreOffice 6.3. Au menu de cette mise à niveau majeure, de meilleures performances, des fonctionnalités nouvelles et améliorées et une interopérabilité accrue avec les formats de documents propriétaires.

Sur la base des documents fournis par les utilisateurs finaux, les performances de Writer et Calc ont été améliorées d’un ordre de grandeur, annonce la Fondation : fichiers texte avec différents signets, tableaux et polices intégrées, grandes feuilles de calcul ODS/XLSX, et fichiers Calc avec chargement RECHERCHEV et rendu plus rapide. L’enregistrement des feuilles de calcul Calc sous forme de fichiers XLS est également plus rapide.

La version compacte à onglets de la Métabarre (NotebookBar), introduite dans LibreOffice 6.2, est maintenant disponible pour Writer, Calc, Impress et Draw. Elle laisse plus d’espace pour les documents des utilisateurs, les feuilles de calcul et les présentations sur les ordinateurs portables avec écrans larges. De plus, la nouvelle interface utilisateur contextuelle unique est prête pour Writer and Draw.

Dans Calc, un nouveau widget déroulant dans la barre de formule remplace l’ancien outil Somme, permettant à l’utilisateur d’accéder rapidement aux fonctions les plus fréquemment utilisées. De plus, une nouvelle fonction FOURIER a été ajoutée, pour calculer la transformée de Fourier discrète d’un tableau de données.

Formats libres et propriétaires inclus

L’export au format PDF a été amélioré grâce à la prise en charge du format de document PDF/A-2 standard, qui est requis par plusieurs organisations pour le stockage de fichiers à long terme. De plus, la conception des formulaires PDF modifiables a été simplifiée avec l’ajout du menu Formulaire dans Writer, afin d’améliorer l’une des fonctionnalités les plus importantes de LibreOffice.

Les documents peuvent désormais être expurgés pour supprimer ou masquer des informations sensibles telles que des données personnelles avant d’exporter ou de partager le fichier, afin d’aider les entreprises ou les organisations à se conformer à la réglementation.

L’interopérabilité avec les formats Microsoft Office a été améliorée dans plusieurs domaines grâce à la prise en charge de l’export des modèles de documents DOTX et des modèles de feuilles de calcul XLSX, l’importation de graphiques à partir des formes de groupes DOCX drawingML, l’importation/exportation de SmartArt à partir de fichiers PPTX, pour préserver les capacités de modification dans PowerPoint, et une meilleure interopérabilité des tableaux croisés dynamiques XLSX.

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , | Leave a Comment »

Apéro April Marseille

Posted by CercLL sur 8 août 2019

Trouvez la meilleure date pour le prochain Apéro April Marseille.

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d’échanger, de partager un verre et manger mais aussi de discuter sur le logiciel libre, les libertés informatiques, fondamentales, l’actualité et les actions de l’April…
Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l’April ou pas.
N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

L’adresse:
Foyer du peuple 50 rue Brandis 13005 Marseille
Le sondage prendra fin le 16 août 2019

Sondage – Apéro April Marseille

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

GNOME et KDE travaillent ensemble sur le bureau Linux

Posted by CercLL sur 4 août 2019

La fragmentation a longtemps été un problème pour le bureau Linux, mais à présent, les deux plus grandes fondations de bureau open source unissent leurs forces.

Linux pour desktop a ses fans – je l’utilise personnellement depuis plus de vingt ans – mais il n’a jamais été un favori du marché de masse. En partie, c’est parce que, comme le dit Linus Torvalds, « la fragmentation des différents fournisseurs a empêché Linux de s’imposer sur les postes de travail ». Désormais, les deux principaux rivaux sur le secteur des bureaux pour Linux, GNOME Foundation et KDE, ont convenu de travailler ensemble, ce qui constitue une avancée majeure.

GNOME et KDE s’associent pour sponsoriser le Linux App Summit (LAS) 2019 à Barcelone du 12 au 15 novembre 2019. Ce n’est pas la première fois que les deux groupes rivaux se rencontrent, mais cela fait 10 ans qu’ils n’ont pas uni leurs forces pour organiser une conférence ensemble. Les deux organisations souhaitent vivement réunir leurs communautés pour créer un écosystème d’applications qui transcende les distributions individuelles et étende le marché pour tous.

Ils espèrent qu’en travaillant ensemble à l’occasion de LAS, ils pourront stimuler la croissance du bureau Linux « en encourageant la création d’applications de qualité, en recherchant des possibilités de rétribution pour les développeurs de logiciels libres et en favorisant un marché dynamique pour le système d’exploitation Linux ».

En bonne intelligence

Neil McGovern, directeur exécutif de GNOME, a déclaré:

« LAS représente l’une des nombreuses étapes vers un écosystème de bureau florissant. En nous associant à KDE, nous montrons le désir de créer un écosystème d’applications qui montre l’importance de l’open source et des logiciels libres. La technologie et l’organisation que nous construisons pour y parvenir sont précieuses et nécessaires. »

Aleix Pol Gonzalez, vice-président de KDE eV, a confirmé:

« Au fil des années, nous avons construit d’excellentes solutions que des millions de personnes utilisent dans le monde entier. C’est en travaillant ensemble que nous avons réussi à devenir plus gros que la somme des parties. Ensemble avec GNOME, en comptant sur la collaboration de nombreuses distributions et développeurs d’applications, nous aurons l’occasion de travailler côte à côte, de partager nos perspectives et d’offrir la plateforme sur laquelle la prochaine génération de solutions sera construite. »

Paul Brown, spécialiste de la communication chez KDE, a ajouté: « La guerre des bureaux n’a plus vraiment de sens aujourd’hui. Il est plus logique de travailler ensemble et de mettre en commun nos ressources. »

C’est certainement le cas. En tout cas, Torvalds le souhaite: «Nous devrions être en mesure de disposer d’un poste de travail standardisé compatible avec les distributions». C’est peut-être la meilleure chance des vendeurs de bureaux Linux et des développeurs depuis des années de créer un seul bureau unifié qui séduira plus que les utilisateurs assidus de Linux.

Source : GNOME and KDE work together on the Linux desktop

Source : zdnet.fr

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur GNOME et KDE travaillent ensemble sur le bureau Linux

Linus Torvalds se prépare à faire ses adieux aux lecteurs de disquettes Linux

Posted by CercLL sur 31 juillet 2019

Le temps passe et le vénérable, mais de plus en plus rare, lecteur de disquette ne sera plus supporté sous Linux pour très longtemps.

Lorsque Linus Torvalds a créé Linux en 1991, il l’a construit sur un PC équipé d’un processeur AMD am386 et d’un lecteur de disquette. Les temps changent. En 2012, Torvalds a dit adieu au processeur i386 en disant : « Je ne suis pas sentimental. Bon débarras. » Maintenant, c’est au tour du lecteur de disquettes de dire adieu à Linux. Snif. Torvalds a donc déclaré le projet de lecteur de disquettes « orphelin ».

Pourquoi ? Parce que les lecteurs de disquettes sont devenus des reliques. Personne ne s’en sert. En effet, Jiří Kosina, le développeur du noyau Linux tchèque en charge du pilote de lecteur de disquette, a déclaré qu’il n’avait « plus de matériel fonctionnel ».

Torvalds a poursuivi : « Le matériel de disquette physique qui fonctionne réellement devient difficile à trouver, et bien que Willy ait pu le tester, je pense que le pilote peut être considéré comme pratiquement mort d’un point de vue matériel. Le matériel qui est encore vendu semble être principalement basé sur USB, et n’utilise donc pas du tout ce pilote. »

La version virtuelle existe toujours

Cela dit, ajoute Torvalds, « L’ancien contrôleur de disquettes est toujours émulé dans divers environnements VM [les machines virtuelles], donc le pilote ne s’en va pas, mais nous regardons si quelqu’un est intéressé pour l’entretenir ». Il est intéressant de noter que si les lecteurs de disquettes physiques sont désormais très rares, leurs équivalents virtuels existent toujours, et Kosina a dû travailler sur le pilote de disquettes longtemps après leur disparition des PC.

Article « Linus Torvalds prepares to wave goodbye to Linux floppy drives » traduit et adapté par ZDNet.fr

Source zdnet.fr

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Linus Torvalds se prépare à faire ses adieux aux lecteurs de disquettes Linux

Comment connecter plusieurs comptes sur un même service avec Firefox

Posted by CercLL sur 30 juillet 2019

Établissez plusieurs connexions simultanées à un même service sous des profils différents, sans avoir à changer de navigateur ou passer en navigation privée.

Bien que les applications des réseaux sociaux supportent généralement les connexions multi-comptes, c’est rarement le cas de leurs versions en ligne. Qu’il s’agisse de Facebook ou d’Instagram, les utilisateurs, qui possèdent plusieurs comptes, n’ont, officiellement, pas d’autre choix que de déconnecter leur premier compte pour être en mesure de se connecter au second.

S’il est pourtant possible de contourner cette limite en ouvrant une nouvelle instance d’un service au sein d’un autre navigateur Web ou d’une fenêtre de navigation privée, il existe un moyen encore plus simple pour gérer simultanément tous vos comptes depuis la même fenêtre de navigation. Comment ? Grâce à Firefox Multi-Account Containers, dont nous expliquons le fonctionnement et l’installation ci-dessous.

1. Téléchargez Firefox Multi-Account Containers

Commencez par télécharger l’extension Firefox Multi-Account containers pour votre navigateur. Développée par Mozilla, cette extension permet d’isoler vos pages Web dans des containers séparés, organisés par couleurs, et grâce auxquels vous pouvez vous connecter simultanément à des comptes différents sur un même service.

2. Démarrez avec l’extension

Une fois installée sur Firefox, l’extension vient prendre place en haut à droite du navigateur. Un clic sur son icône suffit pour l’ouvrir.

A la première utilisation, cliquez sur Get Started, puis sur Next plusieurs fois d’affilée pour passer les différents écrans de présentation de l’extension.

3. Utilisez un container

Par défaut, Firefox ouvre les sites que vous souhaitez consulter comme il le fait habituellement. Vous pouvez toutefois choisir d’isoler certains sites comme Facebook ainsi que l’ensemble des services Google au sein d’un Container, un espace individuel qui sépare le stockage des sites et permet une gestion individuelle des cookies.

Pour Facebook, par exemple, cliquez sur l’extension, et choisissez d’ouvrir un onglet Facebook. L’onglet intégrant le Container s’ouvre alors.

Pour se différencier des autres onglets, un liseré coloré lui est appliqué, tandis que le nom du Container est également indiqué dans la barre d’adresses du navigateur.

Rendez-vous ensuite sur le site auquel vous souhaitez vous connecter plusieurs comptes différents, dans notre cas Facebook, et établissez la connexion à votre premier compte.

4. Connectez un second compte une nouvelle instance

Pour se connecter à un autre compte sans changer de navigateur, et sans passer en navigation privée, cliquez sur l’extension et appuyez sur le bouton + pour créer un nouveau container personnalisé.

Saisissez ensuite l’URL du site auquel vous souhaitez vous connecter, facebook.com dans notre situation.

En toute logique, si le Container fonctionne correctement, vous devriez arriver directement sur la page de connexion au réseau social.

Si Firefox Multi-Account Containers est particulièrement utile dans la gestion de plusieurs profils sur les réseaux sociaux ne supportant pas les connexions multiples, l’extension peut également être utile pour se connecter simultanément à plusieurs comptes de messagerie différents.

Source 01net.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Comment connecter plusieurs comptes sur un même service avec Firefox

Comment installer le terminal Ubuntu sur Windows 10

Posted by CercLL sur 23 juillet 2019

Canonical vient de publier un tutoriel d’assistance à destination de ceux qui souhaitent bénéficier du fabuleux terminal Ubuntu, disponible gratuitement pour Windows 10. Mode d’emploi.

Comme tout utilisateur de Linux qui se respecte, vous savez que le terminal est l’endroit par excellence où la magie opère. Qu’on parle de gestion de fichiers, de développement d’administration à distance, des milliers de tâches sont disponibles depuis le terminal Ubuntu.

Ces fonctions, on les retrouve désormais dans le terminal Ubuntu de Windows 10. Quelques exemples :

gestion de paquetages (packages), de mises à jour et de la sécurité ;
Bash, Z-Shell, Korn et d’autres environnements shell sans machine virtuelle ou dual boot ;
exécution d’outils natifs comme SSH, git, apt, dpkg depuis un ordinateur Windows.

Installer Ubuntu Terminal sur Windows 10

Vous devez disposer de Windows 10 avec la mise à jour « Windows 10 Fall Creator update » (octobre 2017), car elle inclut le fameux Windows Subsystem for Linux nécessaire pour faire tourner le terminal Ubuntu. Depuis le Microsoft Store, cherchez le terme Ubuntu et, dès que vous avez trouvé l’application, cliquez sur Installer.

Voilà. Ubuntu peut être lancé comme n’importe quelle autre application Windows 10 depuis le menu d’applications. La première exécution est la plus longue, à cause de la phase d’initialisation et d’installation. Vous devrez simplement définir un nom d’utilisateur et un mot de passe propres à Ubuntu.

Consultez le tutoriel depuis le site officiel de Canonical.

Source toolinux.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Comment installer le terminal Ubuntu sur Windows 10

Linux Mint 19.2 en bêta : la conquête du desktop continue

Posted by CercLL sur 22 juillet 2019

 
image dediée

La bêta de Linux Mint 19.2 est disponible depuis peu, avec des améliorations bienvenues pour les tâches courantes. Le constat se vérifie surtout pour l’édition Cinnamon, qui revoit au passage sa consommation de ressources à la baisse.

Linux Mint est une distribution résolument orientée vers le bureau et les utilisateurs « ordinaires ». C’est ce qui explique son succès, car ce qui n’était au début qu’une énième dérivée d’Ubuntu est finalement venue marcher sur les platebandes de sa grande sœur. Pendant qu’Ubuntu enchaine les versions sans rien bousculer – Canonical semble désormais plus intéressé par les serveurs et les objets connectés – la petite Mint continue son bonhomme de chemin.

La distribution se distingue notamment par une ergonomie largement fondée sur GNOME 2.x et un soin appuyé aux détails de l’interface. Elle se reconnaît aisément à son thème gris/vert. La nouvelle bêta de Mint 19.2, nommée Tina, ne dépareille pas. Le fondateur de la distribution, Clément Lefebvre, voulait en avril que la nouvelle mouture soit « tout simplement la meilleure », en référence à Tina Turner (en plus du prénom).

Au vu des améliorations, le pari pourrait être tenu, en dépit des doutes actuels de l’équipe.

Télécharger la bêta de Linux Mint 19.2

Source nextinpact.com

Posted in CercLL | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Linux Mint 19.2 en bêta : la conquête du desktop continue

Firefox 68 : WebRender et cartes AMD, mode Strict renforcé et extensions recommandées

Posted by CercLL sur 11 juillet 2019

Firefox 68 : WebRender et cartes AMD, mode Strict renforcé et extensions recommandées

La version finale de Firefox 68 est disponible depuis hier soir, et avec elles de nombreuses améliorations.

L’une des principales est l’activation de WebRender pour les utilisateurs munis d’une puce graphique AMD sous Windows (les GPU NVIDIA étaient déjà pris en charge). Cette partie du moteur permet notamment de maintenir l’affichage des applications web à 60 images par seconde.

Le mode de lecture prend mieux en compte le thème sombre, en l’étendant désormais aux contrôles, barres latérales et d’outils.

Sous Windows, le BITS (Background Intelligent Transfer Service) est utilisé pour gérer les mises à jour en tâche de fond, comme Mozilla l’avait annoncé. Il s’agit pour rappel d’une étape intermédiaire, Firefox devant se doter dans quelques mois d’un agent dédié indépendant.

Mozilla met également en avant sa section « Recommandées » dans le panneau des extensions. Elles sont poussées après avoir été analysées, particulièrement la sécurité. Le panneau des extensions a pour l’occasion été remanié et une fonction de signalement permet aux utilisateurs de pointer celles au comportement douteux.

Toujours dans la sécurité, le réglage Strict tente désormais par défaut de bloquer les tentatives de cryptominage et de fingerprinting.

Les développeurs sont eux aussi servis. Firefox 68 supporte ainsi le type BigInt dans JavaScript, autorisant la gestion de très grands nombres. Les outils développeurs intègrent des vérifications pour les problèmes d’accessibilité et autres capacités, comme la simulation d’impression d’une page. Le navigateur s’aligne également sur Chrome pour la syntaxe du CSS scroll snapping.

Firefox 68 est en outre une version ESR (Extended Support Release). Elle remplace donc Firefox 60 et devrait se retrouver rapidement dans les distributions Linux n’utilisant que cette branche du navigateur, dont la récente Debian 10.

Enfin, la version iOS reçoit elle aussi une mise à jour, avec deux fonctions réclamées depuis longtemps : l’édition des marque-pages (qui reçoivent d’ailleurs une section Récents) et la possibilité d’obliger certains sites à toujours s’ouvrir en mode « desktop ».

Source nextinpact.com

Posted in CercLL | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Firefox 68 : WebRender et cartes AMD, mode Strict renforcé et extensions recommandées

Audition conjointe des associations Isoc France, La Quadrature du Net et April sur les libertés numériques

Posted by CercLL sur 11 juillet 2019

 

 

La vidéo est en ligne !

Posted in CercLL | Tagué: , , , , , | Commentaires fermés sur Audition conjointe des associations Isoc France, La Quadrature du Net et April sur les libertés numériques

L’April auditionnée par le Sénat sur la souveraineté numérique mardi 9 juillet 2019

Posted by CercLL sur 9 juillet 2019

Convoquée par la commission d’enquête sur la « souveraineté numérique » du Sénat, l’April — représentée par son chargé de mission affaires publiques Étienne Gonnu — sera entendue le mardi 9 juillet 2019 entre 15 h et 16 h 30 sur les libertés numériques, aux cotés de La Quadrature du Net et de l’ISOC France (Internet Society). L’audition sera diffusée en direct sur le site du Sénat et sera disponible en vidéo ultérieurement.

Créée à partir d’une proposition de résolution (en PDF) du groupe Les Républicains du Sénat datée du 19 mars 2019, cette commission d’enquête a pour objectif de « mener une réflexion approfondie pour identifier, d’une part, les champs fondamentaux de notre souveraineté numérique, qu’elle soit individuelle ou collective, et pour esquisser, d’autre part, les moyens de la reconquérir, qu’ils relèvent de la réglementation ou de la mise en œuvre de politiques publiques ».

Source april.org

Posted in CercLL | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur L’April auditionnée par le Sénat sur la souveraineté numérique mardi 9 juillet 2019

 
%d blogueurs aiment cette page :