CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Posts Tagged ‘April’

Rejet de l’article 13 : le Parlement européen à nouveau garant des libertés ?

Posted by CercLL sur 25 mars 2019

Mardi 26 mars, entre 12 h 30 et 14 h 30, un vote historique aura lieu en séance plénière du Parlement européen. Les membres élus de cette institution devront en effet se prononcer pour ou contre la directive droit d’auteur ainsi que sur certains amendements dont plusieurs de suppression de l’article 131. L’April appelle l’ensemble des parlementaires à voter en faveur de ces amendements pour un rejet politique franc et massif de la généralisation des systèmes de filtrage automatisé. Comme le rejet d’ACTA en son temps, l’institution européenne doit ici confirmer son rôle de garant des libertés fondamentales.

À l’occasion de l’assemblée générale de l’April, les membres présents interpellent les parlementaires avec un message simple : « non à l’article 13 ». Une lettre signée du président de l’association, Jean-Christophe Becquet, a été transmise aux personnes élues pour le leur communiquer et les appeler à leurs responsabilités.

Pour résumer l’enjeu en quelques mots : l’article 13 préconise de fait la généralisation du filtrage automatisé rendu de facto obligatoire par une responsabilisation disproportionnée des plateformes de partage sur les contenus publiés par leurs utilisateurs et utilisatrices. Avec pour seuls garde-fous des injonctions contradictoires et hors-sol. Un système qui porte en lui un risque substantiel de sur-blocage et de censure.

Face à ce vote crucial l’April reste donc mobilisée jusqu’au bout et appelle chacune et chacun à faire de même pour contacter et convaincre une majorité absolue de parlementaires de se montrer à la hauteur de l’enjeu et de voter pour la suppression de l’article 13 !

Comment agir ?

Le site pledge2019 offre un outil simple et gratuit pour appeler les législateurs, et propose une vidéo très réussie pour expliciter les dangers de l’article 13. Pour un argumentaire plus détaillé, notamment juridiquement, nous vous invitons également à prendre connaissance de cette excellente vidéo (20min) de Maxime Lambrecht.

La campagne pledge2019 s’affiche comme complémentaire à celle, plus ancienne mais toujours active, de saveyourinternet.eu qui propose de nombreuses ressources argumentaires ainsi qu’une liste des parlementaires, avec informations de contact et position sur l’article 13 lors du vote du 12 septembre 2018 préalable aux négociations interinstitutionnelles.

Après des mois d’une campagne intense qui est montée en puissance depuis la fin du « trilogue » en février 2019, une victoire politique fondamentale pour les personnes qui défendent les libertés en ligne, notamment pour une meilleure considération des auteurs et autrices, est plus que jamais accessible. Ne lâchons rien à l’aune d’un vote historique !

Source april.org

Publicités

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Participation de Véronique Bonnet aux états généraux du numérique. Table ronde : Défendre l’Europe des libertés numériques contre l’économie de la surveillance. Espace Niemeyer. Place du colonel Fabien.

Posted by CercLL sur 22 mars 2019

Le PCF organise à l’Espace Niemeyer, 2 place du Colonel Fabien 75019 Paris, les 22 et 23 mars, les 4e États généraux de la Révolution numérique sur le thème « Construire une Europe du numérique au service de l’humain ». Ils sont ouverts à toutes et tous.

À cette occasion, Véronique Bonnet, vice-président de l’April, participera à la table ronde « Défendre une Europe des libertés numériques face à l’économie de la surveillance ».
Date : 22 mars 2019
Horaire : de 16h à 18h
Adresse : Espace Niemeyer 2, place du Colonel Fabien 75019 Paris.

L’April, Association francophone pour la défense et la promotion du logiciel libre, mène, depuis 22 ans, un travail de veille pour que soit respectée l’autonomie des personnes, leur vie privée, la liberté d’utiliser, étudier, améliorer, copier les logiciels, redistribuer des copies améliorées. Voulant faire prévaloir une informatique de l’émancipation, elle s’inscrit dans une articulation entre informatique libre et société libre. Sa participation à une table ronde qui oppose libertés numériques et économie de la surveillance correspond à son cœur de métier : être force de vigilance et de proposition pour l’autonomie de l’utilisateur dans toutes ses dimensions.

Le programme complet des 4e États généraux de la Révolution numérique, 22 et 23 mars 2019.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Journée d’action contre la censure automatisée le 21 mars 2019

Posted by CercLL sur 22 mars 2019

Le site de l’April ainsi que le site de notre Chapril sont passés au noir ce mardi 21 mars 2019 en protestation contre l’article 13 de la directive droit d’auteur qui sera voté au Parlement européen lors de la plénière du 26 ou 27 mars 2019.

Cet article imposerait le filtrage automatisé de l’ensemble des contenus circulant sur les plateformes de partage. Une mesure profondément liberticide.

Vous pouvez agir en appelant les parlementaires à adopter les amendements de suppression de l’article 13 !

Liens utiles :

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

Le CESE préconise l’usage des logiciels libres pour une politique de souveraineté européenne

Posted by CercLL sur 18 mars 2019

Le 13 mars 2019, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) publiait son avis « pour une politique de souveraineté européenne », présenté par son rapporteur Benoît Thieulin. Prenant acte des enjeux profondément politiques liés à la position dominante des silos technologiques essentiellement américains et chinois, notamment dans des considérations écologiques, le Conseil préconise l’usage de logiciels libres et le soutien à leur développement à l’échelle européenne.

Près d’un an après la Cour des comptes, qui validait le recours aux logiciels libres au sein de l’État dans son rapport public annuel 2018, le CESE — chambre consultative de valeur constitutionnelle — rappelle dans sa préconisation n°17 qu’une « politique de souveraineté européenne » ne peut faire l’économie d’une stratégie politique volontaire en faveur du logiciel libre. Sans limiter son analyse au premier niveau évident d’un usage effectif de logiciels libres par les administrations publiques, l’avis met en avant le rôle moteur de soutien au développement que doit jouer la puissance publique au profit d’une informatique libre au service de tous : penser l’informatique comme un « bien commun », ou un commun informationnel, pour répondre efficacement aux enjeux d’interopérabilité, de neutralité mais aussi écologiques qui s’y attachent.

Préconisation n°17 :

Établir au niveau européen les régulations fondamentales de l’usage des blockchains et des logiciels libres et soutenir leur développement par la mise en place de coopératives de développeurs, l’introduction de quotas dans les appels d’offres publics et le financement de projets répondant à des besoins collectifs au plus près des territoires. Les régulations devront permettre l’émergence de gouvernances non énergivores ouvertes sur la société civile, et garantir l’interopérabilité et la neutralité des solutions proposées. »

Le gouvernement français qui semble prompt à rappeler son attachement au logiciel libre, démontre systématiquement son refus de traduire en actes ses paroles en s’en remettant à des arguments éculés. Le retour en arrière annoncé à la DINSIC (Direction interministérielle au numérique)1 dont la politique en faveur du logiciel libre était l’objet de la recommandation du rapport de la Cour des comptes, le rejet d’une priorité au logiciel libre dans l’Éducation nationale, en sont les plus récents exemples. Le gouvernement sera inspiré de prendre dûment en compte l’avis du CESE dont une des traductions effectives est l’inscription dans la loi d’une priorité au logiciel libre et aux formats ouverts dans les administrations publiques.

La préconisation du CESE est détaillée dans l’avis à partir de la page 43, extrait :

« Au-delà d’applications ou de technologies particulières et face aux positions dominantes d’opérateurs issus d’États tiers, l’UE aura avantage à développer une culture de la pluralité des systèmes et à favoriser la diversité du monde numérique afin de préserver la liberté de choix des acteurs. Face à un modèle numérique américain fondé sur le marché et la concentration capitalistique et technologique, et un modèle chinois fondé sur un contrôle et une surveillance étroits du net par les autorités , elle gagnerait à privilégier le modèle des biens communs – celui d’un socle technologique et juridique reposant sur des règles élaborées en commun et sous contrôle public . Pour atteindre cet objectif, l’UE a intérêt à :

[…]

– développer le recours à des logiciels libres (open source), dont le code est accessible et auditable : le logiciel Open Street Map, utilisé par les services de la présidence de la République française pour l’organisation des déplacements présidentiels, la plateforme Wikipédia, qui draine à elle seule plus du tiers des 300 millions de sollicitations journalières du moteur de recherche Google Search, ou encore la messagerie électronique protégée Proton, sont autant d’exemples de telles ressources ouvertes, écrites en open source en dehors des entreprises et des institutions et qui constituent de véritables opérateurs du bien commun. Une politique de soutien au développement de ces ressources peut passer par la mise en place de coopératives permettant de réunir plusieurs développeurs de petite taille, de manière à atténuer le déséquilibre de forces existant face aux GAFAM ; elle peut également prévoir l’obligation d’une proportion de logiciels libres dans les réponses aux appels d’offres publics. Un soutien financier pourra être apporté aux niveaux européen, national et régional aux projets visant à développer des solutions alternatives fondées sur le logiciel libre pour des services jugés d’intérêt général (géolocalisation, contenus éducatifs et culturels, valorisation des régions et du patrimoine, etc.).

Proscrire l’utilisation d’algorithmes de filtrage à priori

Sans prendre position sur le fond de la directive droit d’auteur encore en cours de discussion, et contre laquelle l’April appelle à une mobilisation massive, l’avis met intelligemment en garde, page 31, contre les algorithmes de filtrage automatisé, objet de l’article 13, et leur potentiel impact sur la neutralité du Net.

« En matière de lutte contre les contenus illicites et les informations mensongères, comme en matière de protection du droit d’auteur, il paraît donc à l’inverse préférable de défendre la neutralité du Net en proscrivant l’utilisation d’algorithmes de filtrage à priori. »

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

Libre en Fête 2019 : découvrir les logiciels libres à l’arrivée du printemps

Posted by CercLL sur 6 mars 2019

Initié et coordonné par l’April, Libre en Fête arrive cette année à sa 18ème édition. Pour accompagner l’arrivée du printemps, de nombreux événements de découverte des logiciels libres et du Libre en général sont proposés partout en France autour du 20 mars, dans une dynamique conviviale et festive. À ce jour, près de 130 d’événements sont déjà référencés.

Vue géographique événements Libre en Fête 2019

Les logiciels libres sont des logiciels que chaque personne peut utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer en toute liberté. Au travers des événements du Libre en Fête, le grand public est invité à découvrir tous les avantages des logiciels libres : des valeurs d’entraide et de coopération, un bien commun accessible à tout le monde favorisant le partage des connaissances, une communauté vivante prête à aider les personnes qui en ont besoin.

Le événements proposés dans le cadre du Libre en Fête 2019 sont très variés : conférences, démonstrations, ateliers, fêtes d’installation, cafés vie privée, projections, rencontres, débats, formations, diffusion de musique sous licence libre, expositions de panneaux de sensibilisation comme l’Expolibre… Certaines organisations vont jusqu’à proposer plusieurs activités au sein d’une même journée de découverte.

Le public pourra ainsi découvrir des logiciels comme la suite bureautique LibreOffice, le navigateur web Mozilla Firefox, le lecteur multimédia VLC, le système d’exploitation GNU/Linux et bien d’autres encore. Une place importante est réservée aux services en ligne alternatifs, libres, décentralisés et respectueux des données personnelles, comme ceux proposés par les hébergeurs du collectif CHATONS. D’autres projets libres et collaboratifs sont mis à l’honneur, comme l’encyclopédie Wikipédia et la cartographie OpenStreetMap.

« À nouveau cette année, de nombreuses associations et structures partout en France ont répondu présent à l’appel de l’April à participer au Libre en Fête : groupes d’utilisateurs et utilisatrices de logiciels libres, espaces publics d’accès à internet, centres culturels et sociaux, médiathèques, clubs informatiques, cafés associatifs, hackerspaces… Grâce à la variété des acteurs impliqués et des activités proposées, un plus large public pourra découvrir et s’initier aux logiciels libres, brique essentielle pour le contrôle de nos équipements informatiques et de nos données à l’ère numérique », précise Isabella Vanni, coordinatrice de l’initiative Libre en Fête.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Libre en Fête 2019 : découvrir les logiciels libres à l’arrivée du printemps

Appel à mobilisation contre le projet de règlement européen de censure sécuritaire

Posted by CercLL sur 2 mars 2019

L’April s’était jointe fin 2018 à 43 associations pour signer une lettre ouverte rédigée à l’initiative de La Quadrature du Net, afin d’interpeller le président de la République et lui demander de renoncer à son projet de règlement européen de censure sécuritaire dont il est le principal promoteur. Malheureusement, comme redouté, le Parlement européen avait, au prétexte de la lutte contre le terrorisme, adopté un rapport proposant de déléguer la censure du Web européen à Facebook et Google.

La Quadrature du Net appelle à la mobilisation d’ici le 21 mars 2019 avant le vote en commission des affaires «  libertés civiles » du Parlement européen.

Nous discuterons de ce sujet lors de notre émission Libre à vous ! Du 12 mars 2019. Nos invités seront Arthur Messaud et Martin Drago de La Quadrature du Net.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Appel à mobilisation contre le projet de règlement européen de censure sécuritaire

Le ministre de l’Éducation et l’Assemblée nationale refusent la priorité au logiciel libre dans l’Éducation

Posted by CercLL sur 23 février 2019

À l’occasion des débats en séance publique (lire le compte-rendu) sur le projet de loi « pour une école de la confiance » les députés, députées et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ont refusé la mise en place d’une véritable politique de développement du logiciel libre dans l’Éducation nationale. En effet, les amendements visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre dans les services publics de l’enseignement ont été rejetés.

Dans la soirée du vendredi 15 février 2019, une discussion commune1 a eu lieu concernant trois amendements. L’amendement 571 proposait l’inscription d’un recours systématique aux logiciels libres. Si nous soutenons sur le principe cet amendement, une priorité au logiciel libre nous semble mieux à même de répondre à la nécessité d’une véritable politique publique de transition. Deux amendements (836 et 837), déposés par le député Stéphane Peu et défendus par la députée Elsa Faucillon, visaient à inscrire dans la loi justement la priorité aux logiciels libres.

Lors des débats en commission Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, avait indiqué qu’il y avait déjà un encouragement au logiciel libre dans la loi2. Mais ce n’est qu’une déclaration de bonnes intentions sans effet. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

En séance publique, le ministre s’est opposé sans distinction aux trois amendements. Ses nouveaux arguments : inscrire dans la loi une priorité peut être contreproductif et cette disposition risquerait d’être contraire au code des marchés publics. Argument éculé qui rappelle les débats de 2016 au moment de la loi pour une République numérique. Le gouvernement de l’époque s’était déjà retranché derrière une prétendue incompatibilité juridique pour s’opposer à la priorité au logiciel libre. Des parlementaires avaient signalé l’existence d’une « note juridique » de la Direction des affaires juridiques (DAJ) du Ministère des Finances et des comptes publics. Quelques mois plus tard, la secrétaire d’État au Numérique reconnaissait qu’il n’existait pas de « note à proprement parler » mais uniquement des « échanges techniques informels (notamment par mails) avec notre Direction des affaires juridiques » À l’époque, les arguments juridiques précis n’avaient pas été rendus publics : le gouvernement n’avait pas répondu à notre demande et la DAJ s’était retranchée derrière la notion très floue du secret des délibérations du Gouvernement3.

L’April avait communiqué aux parlementaires, au gouvernement et rendue publique, une analyse sur la validité juridique d’une disposition législative donnant la priorité au logiciel libre. Notre analyse, partagée par le Conseil National du Numérique de l’époque (lire la fiche du CNNum), n’a jamais été contredite. D’ailleurs, le Parlement avait inscrit en 2013 pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, avec l’adoption du projet de loi enseignement supérieur et recherche.

Les arguments du ministre visent donc, une fois de plus, à cacher un manque de volonté politique pour mettre en œuvre une véritable politique publique en faveur du logiciel libre.

Nous espérons que ce gouvernement agira avec plus de transparence, nécessaire à tout débat démocratique, que le gouvernement précédent. L’April demande donc solennellement au gouvernement la publication des éléments juridiques concernant une prétendue incompatibilité juridique au sujet des dispositions visant à inscrire dans la loi la priorité au logiciel libre.

Le projet de loi va poursuivre sa route au Sénat. Le sujet n’est donc pas clos.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Le ministre de l’Éducation et l’Assemblée nationale refusent la priorité au logiciel libre dans l’Éducation

Urgent, mobilisez-vous, contactez les député⋅e⋅s pour la priorité au logiciel libre dans l’éducation

Posted by CercLL sur 12 février 2019

Mise à jour le 11 février 2019 : Les amendements 836 et 837 proposant l’inscription d’une priorité au logiciel libre et aux formats ouverts dans les services publics de l’enseignement ont été déplacés « après l’article 24 » du projet de loi. Cela signifie que nous avons un ou deux jours supplémentaires pour agir. Les débats sur le logiciel libre auront sans doute lieu mercredi 13 ou jeudi 14 février.
Vous pouvez consulter notre pad dédié au projet de loi pour les informations à jour.

L’examen en séance publique du projet de loi pour une école de la confiance va démarrer lundi 11 février 2019 à partir de 16h. Deux amendements déposés par les membres du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine (GDR) proposent que les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement soient en priorité des logiciels libres. L’April appelle chacun et chacune à contacter dès maintenant les député⋅e⋅s pour soutenir ces propositions. L’examen de ces amendements pourrait avoir lieu dès lundi 11 février ou mardi 12 février.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour une école de la confiance en séance publique 1080 amendements ont été déposés. Les amendements 836 et 837 proposent l’insertion après l’article premier du projet de loi de deux nouveaux articles dont l’objet est la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts dans le service public de l’enseignement.

Amendements priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts

L’amendement 836 a pour objet de créer un nouvel article au Code de l’éducation. Il propose de renvoyer la définition des modalités d’application du principe à un décret en Conseil d’État. Il s’agit d’un point très important participant à faire du principe de priorité un principe normatif fort et stable dans le temps.

Après l’article L. 121‑7 du code de l’éducation, il est inséré un article L. 121‑7‑1 ainsi rédigé :
« Art. L. 121‑7‑1. – Les logiciels mis à disposition des élèves dans le cadre du service public de l’enseignement sont en priorité des logiciels libres. Les modalités d’application du présent article sont définies par décret en Conseil d’État.

L’objet de l’amendement 837 est de modifier le dernier alinéa de l’article L. 131-2 du Code de l’éducation (issu de la loi pour la refondation de l’École de la République de 2013). Tel que cet article est actuellement rédigé, il ne fait qu’inciter les administrations à tenir compte de l’offre de logiciels libres. Rédaction sans aucune valeur normative qui ne relève que de la déclaration d’intention. Une politique se construit avec des priorités, pas avec des encouragements.

Après le mot : « utilisées », le dernier alinéa de l’article L. 131‑2 du code de l’éducation est ainsi rédigé : « donne la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts. »

Rappelons qu’en 2013, avec l’adoption de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, le Parlement inscrivait pour la première fois dans la loi la priorité au logiciel libre pour un service public, celui de l’enseignement supérieur, avec la création de l’article L.123-4-1 du Code de l’éducation. Sans renvoi à décret, et en absence d’une politique publique volontariste en la matière, cette disposition n’a pas encore pu produire ses effets. L’adoption des amendements 836 et 837 du groupe GDR apporteraient une cohérence rédactionnelle au Code de l’éducation, donc une meilleure lisibilité de la Loi, et permettront de donner une nouvelle impulsion politique pour la défense, et la promotion, des libertés informatiques dans l’éducation.

Le groupe de La France Insoumise a déposé un amendement identique (571) à celui qu’il avait déposé en commission des affaires culturelles et de l’éducation (et qui avait été rejeté) pour proposer l’inscription d’un recours systématique aux logiciels libres. Si nous soutenons sur le principe cet amendement, une priorité au logiciel libre nous semble mieux à même de répondre à la nécessité d’une véritable politique publique de transition, face à la dissymétrie des forces en présence. L’exposé des motifs n’en demeure pas moins très bon, avec des arguments détaillés et précis.

Autres amendements notables

L’amendement 395 à l’article 8, du groupe La France insoumise, propose l’interdiction de l’utilisation du mécénat par des personnes morales privées, moyen utilisé pour forcer la porte de l’école publique.

L’amendement 574 (après l’article 4), du même groupe, propose de « renforcer les garanties de protection des établissements scolaires et du service public de l’éducation vis-à-vis des intérêts lucratifs » et précise notamment que « les services de l’administration de l’éducation, tout comme les établissements scolaires, doivent respecter le principe de la neutralité commerciale du service public de l’éducation et y soumettre leurs relations avec les entreprises ».

Ces amendements font référence aux « accords de partenariat » dont celui de Microsoft avec le ministère de l’Éducation nationale. Précisons que le respect du principe de neutralité commerciale n’interdit pas toute intervention d’entreprises privées pourvu que le cadre éducatif soit toujours précisé et les garanties vérifiées.

Agir en faveur du logiciel libre pour une école de la confiance

Une manière d’agir est de relayer cette information concernant les amendements. En relayant cette page ou directement les amendements.

Les amendements 836 et 837 proposent d’ajouter un article après l’article premier, donc leur examen arrivera assez rapidement l’article 24 du projet de loi (ils seront donc étudiés en même temps que l’amendement 571). Le projet de loi sera examiné à l’Assemblée nationale à partir du lundi 11 février à 16 h par la discussion générale puis l’examen des amendements, la lecture des amendements se faisant par ordre des articles qu’ils proposent de modifier ou de créer. L’examen du texte se poursuivra lors de la séance de 21h30 le lundi, puis lors de la séance de mardi 12 février à 15h après les questions aux gouvernements, puis à la séance de 21h30. Les débats sont inscrits pour durer jusqu’au vendredi 15 février. Il est probable que les amendements 836 et 837 soient examinés dès lundi ou mardi jeudi 14, voire mercredi 13. Il faut donc se mobiliser rapidement.

Il est aussi possible d’agir en contactant par courriel et/ou par téléphone les député⋅e⋅s. L’ensemble des député⋅e⋅s ne participeront pas aux débats et aux votes, vous pouvez contacter en priorité :

Vous pouvez leur expliquer l’importance du logiciel libre qui est en phase avec les missions du système éducatif et la culture enseignante de diffusion et d’appropriation par tous de la connaissance et des savoirs. Vous pouvez lire Former les citoyens de demain : lettre de l’April à Jean-Michel Fourgous (2009) ou encore notre cahier Candidats.fr sur l’éducation (2012), toujours d’actualité. Vous pouvez également consulter la page éducation sur l’Expolibre. Vous pouvez aussi reprendre les arguments de l’exposé des motifs de l’amendement 571 et/ou de l’amendement 836.

Mais surtout n’hésitez pas à utiliser votre propre argumentation. Un message personnel, ou mieux un appel téléphonique, aura infiniment plus de poids que l’envoi d’un mailing.

Un appel téléphonique est beaucoup plus efficace qu’un courriel. Un coup de fil est plus personnel et beaucoup plus dur à éviter. Une bonne technique consiste à envoyer un courriel, puis appeler quelques heures après pour demander s’il a bien été reçu, poser des questions à son sujet, demander ce que le député compte faire. Un courriel copié/collé à partir d’un courriel type un impact négatif : cela affaiblit le contenu et le fait ressembler à du spam. Il vaut toujours mieux envoyer des courriels personnalisés, même et surtout s’ils sont écrits dans un style personnel.

Pour trouver les coordonnées des parlementaires rendez-vous sur le site de l’Assemblée nationale. Vous pouvez également appeler directement le standard de l’Assemblée nationale au 01 40 63 60 00 pour être mis en relation avec un ou une député⋅e.

Concernant les amendements visant les « accords de partenariat », vous pouvez utiliser l’interview de notre vice-président « L’État ne fait rien pour résister à l’entrisme de ces grandes firmes » et l’article Éducation. Comment le virus Microsoft contamine les classes avec une interview de Jean-François Clair, responsable du numérique au Snes-FSU (principal syndicat de l’enseignement secondaire), syndicat membre de l’April.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , | Commentaires fermés sur Urgent, mobilisez-vous, contactez les député⋅e⋅s pour la priorité au logiciel libre dans l’éducation

Participez au Pacte pour la Transition !

Posted by CercLL sur 6 février 2019

Le Pacte pour la Transition vise à proposer des mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques, plus solidaires et plus démocratiques en vue des élections municipales de 2020. Impulsé par le Collectif pour une Transition Citoyenne en partenariat avec de nombreuses organisations dont l’April (Emmaüs, Enercoop, La Nef, Greenpeace…), le Pacte pour la Transition fait l’objet d’une consultation du 30 janvier au 28 février 2019.

Une fois les priorités établies, le Pacte sera porté par des groupes de personnes auprès des candidats et candidates aux élections municipales de 2020. L’objectif sera également de suivre et d’accompagner, ensuite, les municipalités dans la mise en œuvre des engagements pris, tout au long des mandats.

Pour vous, quelles seraient les mesures prioritaires pour permettre le changement dans votre commune ?

Participer à la consultation

Dans le cadre de ce Pacte l’April porte une proposition « Donner la priorité au logiciel libre pour une informatique loyale au service de l’intérêt général ». Avec comme précisions :

  • Faire développer et utiliser prioritairement des logiciels libres et des formats ouverts dans les établissements, administrations, services et lieux publics placés sous l’autorité de la collectivité ou gérés par ses partenaires ;
  • Accompagner systématiquement ces initiatives en sensibilisant aux logiciels libres et aux formats ouverts les publics amenés à en bénéficier.

Vous pouvez soutenir cette proposition.

Soutenir la proposition sur la priorité au logiciel libre

L’April a déjà été partenaire du Collectif pour une Transition Citoyenne, dans le cadre de l’organisation de la Fête des Possibles dont la prochaine édition aura lieu du 14 au 29 septembre 2019.

Source april.org

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Participez au Pacte pour la Transition !

Lettre d’information publique de l’April du 1er février 2019

Posted by CercLL sur 2 février 2019

Sur le front de la mobilisation contre le projet de directive droit d’auteur, l’April est co-signatrice d’une lettre ouverte appelant à la suppression des articles 11 et 13 du projet de directive. Ce sujet a été au cœur de notre émission Libre à Vous ! du 29 janvier (podcast disponible).

Au niveau national, l’April a lancé un appel à contacter les parlementaires pour introduire une priorité au logiciel libre dans le cadre du projet de loi pour une école de la confiance a été le cadre de débats. Les amendements ont été rejetés mais le débat n’est pas fini et reviendra en séance publique la semaine du 11 février.

Source april.org

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Lettre d’information publique de l’April du 1er février 2019

En janvier 2019, l’Union européenne ouvre la chasse aux failles dans les logiciels libres

Posted by CercLL sur 22 janvier 2019

EU-FOSSA, ou European Union Free and Open Source Software Auditing, est un projet initié par les eurodéputé⋅es Max Anderson et Julia Reda — après la découverte d’une faille de sécurité dans OpenSSL, Heartbleed existant depuis 2012 et découverte en 2014 — et porté par la Commission européenne depuis 2015. En 2017, le projet a été reconduit pour trois ans sous le nom de EU-FOSSA 2 et, après un premier Bug Bounty en novembre 2017, une prime pour la détection de failles de sécurité pour le lecteur média libre VLC, la Commission a annoncé en janvier 2019 quinze nouvelles primes pour des logiciels libres utilisés par les institutions européennes.

L’eurodéputée Julia Reda rappelle sur son site, en anglais, l’enjeu et l’historique de ce projet :

Le problème a fait que de nombreuses personnes ont pris conscience de l’importance des logiciels libres dans l’intégrité et la fiabilité d’Internet et d’autres infrastructures. Comme beaucoup d’autres organisations, des institutions comme le Parlement européen, le Conseil ou la Commission se basent sur des logiciels libres pour faire tourner leur site web et bien d’autres choses. Mais l’Internet n’est pas seulement crucial pour notre économie et notre administration. C’est l’infrastructure sur laquelle repose notre vie de tous les jours. C’est le moyen par lequel nous récupérons de l’information et par lequel nous sommes politiquement actifs 1.

Elle liste également les projets libres concernés, les plateformes de signalement, la période de « chasse à la prime » et le montant des récompenses disponibles. Certaines primes sont ouvertes jusqu’à la fin juillet 2019, pour Keepass par exemple, ou d’autres, comme Drupal, le sont jusqu’à octobre 2020.

Un « Bug bounty » est une prime pour les personnes qui recherchent activement des failles de sécurité. Le montant de la prime dépend de la sévérité de la faille découverte et de l’importance relative du logiciel. […]. Vous pouvez contribuer aux projets ci-dessous [voir la liste] en analysant les logiciels et en soumettant les bugs ou vulnérabilités que vous trouvez dans les plateformes concernées 2.

L’April salue cette initiative, la personne publique agissant pleinement dans sa mission de service public en participant, ici par le biais de primes, à la sécurité informatique de logiciels librement utilisables et réutilisables, par toutes et tous, et qui ont un rôle déterminant dans l’infrastructure globale d’Internet. L’association soutient évidement l’objectif annoncé par l’eurodéputée de pérennisation de la sécurité des logiciels libres dans le budget de l’Union européenne.

Source april.org

 

 

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur En janvier 2019, l’Union européenne ouvre la chasse aux failles dans les logiciels libres

On prépare déjà Libre en Fête 2019

Posted by CercLL sur 27 décembre 2018

L’hiver à peine consommé, il faut déjà penser aux événements dédiés aux logiciels libres qui auront lieu pour la 18e fois autour du 20 mars. Une initiative coordonnée par l’APRIL.

Partout en France et en Belgique, l’action Libre en Fête est relancée pour la dix-huitième année consécutive : pour accompagner l’arrivée du printemps, des évènements de découverte des Logiciels Libres et du Libre en général seront « proposés partout en France autour du 20 mars, dans une dynamique conviviale et festive. »

Pour cette édition 2019, les animateurs proposent aux organisateurs d’événements la thématique optionnelle « la priorité au logiciel libre au quotidien ». Les dates retenues pour Libre en Fête 2019 sont du samedi 2 mars au dimanche 7 avril inclus.

L’édition 2019 du Libre en Fête est en cours d’organisation. Les évènements du Libre en Fête 2019 sont annoncés sur le site officiel. 15 événements sont déjà référencés à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur On prépare déjà Libre en Fête 2019

Libre en Fête 2019 : le site est en ligne !

Posted by CercLL sur 16 décembre 2018

Pour la dix-huitième année consécutive, l’April lance l’initiative Libre en Fête. Pour accompagner l’arrivée du printemps, des événements de découverte des logiciels libres et du Libre en général sont proposés partout en France autour du 20 mars, dans une dynamique conviviale et festive. L’édition 2019 du Libre en Fête se déroulera du samedi 2 mars au dimanche 7 avril inclus.

À l’occasion du Libre en Fête, tous les groupes d’utilisateurs et utilisatrices de logiciels libres, les espaces publics d’accès à Internet, les bibliothèques, les médiathèques, les clubs informatiques et toutes les associations et structures ayant à cœur la promotion du Libre sont invitées à organiser des évènements à destination du grand public. Le site du Libre en Fête donne toutes les informations nécessaires pour participer à l’initiative. Bien sûr, un événement peu avant le 2 mars ou un peu après le 7 avril 2019 est le bienvenu aussi.

Les événements organisés dans le cadre du Libre en Fête peuvent prendre de multiples formes : conférence de découverte, atelier d’initiation à un logiciel libre, à un service libre ou à un projet collaboratif comme Wikipédia ou OpenStreetMap, fête d’installation1, exposition de panneaux de sensibilisation comme par exemple l’Expolibre, mise à disposition de postes informatiques sous logiciel libre, de jeux vidéos libres… Bien sûr, il est possible de proposer plusieurs activités au sein d’une même journée de découverte. Et si un fond musical est prévu pour les moments les plus informels, le choix de morceaux diffusés sous licence libre est recommandé. Pour cette édition 2019, l’April propose la thématique optionnelle « la priorité au logiciel libre au quotidien ».

La coopération entre différentes structures au niveau local est vivement encouragée. Les groupes d’utilisateurs et utilisatrices de logiciels libres peuvent notamment apporter leurs connaissances et leur expertise, et les espaces d’initiation à l’informatique et ses enjeux sont des lieux propices à l’organisation d’évènements de découverte des logiciels libres. Ainsi, le Libre en Fête, c’est aussi l’occasion de nouer de nouveaux partenariats et/ou de renforcer des liens existants. Des liens utiles pour la recherche de partenaires sont disponibles sur le site de l’initiative.

Le référencement d’un événement dans le cadre du Libre en Fête se fait via l’Agenda du Libre, en ajoutant le mot-clé libre-en-fete-2019 lors de sa soumission.

Proposer un événement pour le Libre en Fête 2019

Une liste de diffusion a été mise en place pour que les structures participant à l’initiative puissent échanger leurs expériences et idées. L’inscription à cette liste est libre.

Pour toute question sur le Libre en Fête, il est possible de nous écrire.

Faites circuler cette annonce, merci !

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Libre en Fête 2019 : le site est en ligne !

44 organisations demandent à Emmanuel Macron de renoncer à son projet de censure anti-terroriste

Posted by CercLL sur 4 décembre 2018

L’April se joint à 43 associations pour signer une lettre ouverte rédigée à l’initiative de La Quadrature du Net, afin d’interpeller le président de la République et lui demander de renoncer à son projet de règlement européen de censure sécuritaire, dont il est le principal promoteur.

Les gouvernements européens se réuniront le jeudi 6 décembre 2018 pour décider de leur position sur ce texte. Ce règlement instrumentalise la crainte terroriste pour museler tout Internet, mais ne servira à rien d’autre qu’à renforcer Google et Facebook notamment et à remettre en cause la confidentialité de nos communications.

Un texte qui aura un écho particulier pour toute personne qui suit la liberticide directive droit d’auteur. L’objet du texte est différent, mais la solution affichée est très similaire : imposer aux acteurs de l’Internet, hébergeurs en tête, une surveillance des informations et contenus des personnes qui utilisent leurs services et les en rendre responsables.

Vous pourrez retrouver la liste des signataires sur le site de La Quadrature du Net, ainsi que leurs textes d’analyse sur ce dossier.

La lettre ouverte en PDF ou ci-dessous :

Opposition au projet de règlement européen de censure antiterroriste

Monsieur le Président,

Au nom de la lutte contre la radicalisation terroriste en ligne, vous défendez un projet de règlement européen imposant de nouvelles obligations à l’ensemble des acteurs de l’Internet : hébergeurs de site, de blog et de vidéo, forum et réseaux sociaux, sites de presse, fournisseurs de mail et de messagerie, etc.

Alors que la Commission européenne et votre gouvernement ne démontrent de façon étayée ni l’efficacité ni la nécessité de ces obligations pour lutter contre le terrorisme, vous souhaitez imposer aux acteurs d’Internet d’agir sur des contenus dont la dangerosité n’aura été évaluée par aucun juge et ce dans des délais extrêmement courts.

Ces obligations sont porteuses de graves dangers pour l’ensemble de l’écosystème numérique européen. En effet, les moyens économiques, humains et techniques requis pour exécuter les obligations envisagées sont tout simplement hors de portée de la quasi-totalité des acteurs : très peu sont ceux qui seront en mesure de répondre 24h/24h, 7j/7 et en moins d’une heure aux demandes de retrait de contenu provenant de n’importe quelle autorité d’un État membre de l’Union. De la même manière, les mesures de surveillance et de censure automatisées que les autorités nationales pourraient imposer en vertu du texte seront totalement impraticables.

Ainsi, pour se plier à ces nouvelles contraintes, les acteurs économiques de petites et moyennes tailles ne pourront que sous-traiter l’exécution des demandes de retrait et la censure automatisée aux quelques grandes entreprises qui, en raison de leur puissance financière, seront capables de les prendre en charge, Google et Facebook en tête, cette sous-traitance étant porteuse d’une dépendance économique et technique gravement préjudiciable à l’économie numérique européenne.

Quant aux acteurs associatifs et collaboratifs à buts non lucratifs, ils n’auront d’autres choix que de cesser leurs activités.

Ce règlement appauvrira donc radicalement la diversité numérique européenne et soumettra ce qu’il en reste à une poignée d’entreprises qui sont déjà en situation de quasi-monopole et dont il faudrait au contraire remettre en cause l’hégémonie.

Enfin, ce règlement conduirait à une surveillance généralisée de nos échanges en ligne et une censure privée et automatisée de l’information, parfaitement contraires au projet humaniste que vous entendez porter au niveau européen.

Nous, acteurs de cet écosystème et défenseurs des libertés fondamentales, vous demandons de renoncer à ce projet.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur 44 organisations demandent à Emmanuel Macron de renoncer à son projet de censure anti-terroriste

L’April propose un stage affaires publiques pour le premier semestre 2019

Posted by CercLL sur 3 décembre 2018

L’April, association de promotion et de défense du logiciel libre, propose un stage affaires publiques – dans lequel s’inscrira l’émission de radio de l’April Libre à vous ! – pour le premier semestre 2019.

Spécialité du poste : affaires publiques
Début : janvier ou février 2019
Durée : 4 à 6 mois, temps plein, éventuellement en 4/5.
Lieu : Paris 14e
Indemnisation : selon profil

Profil recherché :
Master, études juridiques / sciences politiques / affaires publiques.
Vous êtes intéressé⋅e par les enjeux des libertés à l’ère numérique et par le logiciel libre dans ses aspects éthiques, philosophiques et politiques. Capable de travailler de manière autonome, doté⋅e d’une bonne capacité d’analyse et de synthèse, le milieu associatif vous intéresse. Des compétences techniques ne sont pas nécessaires.

Descriptif du poste :
Dans le cadre de ce stage, vous serez amené⋅e à travailler sur les dossiers institutionnels de l’April (droit d’auteur, interopérabilité et DRM, vente forcée, priorité au logiciel libre dans le secteur public, etc). En étroite collaboration avec le responsable affaires publiques, vous réaliserez des analyses de fond et prendrez plus généralement part à la veille, aux discussions et au travail de sensibilisation réalisés par l’association sur les questions politiques et juridiques autour du logiciel libre. Vous participerez notamment à la préparation de l’émission de radio animée par l’April, Libre à vous ! sur radio CauseCommune : préparation des sujets, recherche et contact d’intervenant⋅es, etc.

Anglais courant souhaité.

Stage indemnisé.

Envoyer CV et lettre de motivation dans un format ouvert.

Offre aux formats odt et pdf.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur L’April propose un stage affaires publiques pour le premier semestre 2019

 
%d blogueurs aiment cette page :