CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Mozilla programme l’arrêt prochain de Flash dans Firefox

Posted by CercLL sur 21 juillet 2016

 

Progressivement, mais rapidement, Flash sera écarté du navigateur web Firefox. À la clé, des performances en progrès, moins de plantages et une autonomie sur batterie renforcée.

Le greffon Adobe Flash reste encore assez largement utilisé pour l’affichage d’animations, de publicités ou de vidéos sur Internet. Il est toutefois source de charge processeur, voire d’instabilité pour le navigateur web. Fort de ce constat, Mozilla compte réduire drastiquement l’utilisation de Flash dans son navigateur web Firefox.

Au fil des ans, l’organisation a adopté diverses spécifications HTML5 permettant aujourd’hui de se passer de Flash, par exemple lors de la lecture de vidéos sur YouTube et Facebook. « Depuis que les sites internet sont passés du format Flash à d’autres technologies basées sur le web, le taux de plantage de Firefox a significativement diminué », constate Benjamin Smedberg, responsable qualité de Firefox chez Mozilla.

Le contenu Flash progressivement bloqué

L’organisation compte poursuivre ses efforts, en bloquant dès cette année le contenu Flash remplaçable par du HTML ou invisible aux yeux des utilisateurs (comme les outils de mesure d’audience). Les plantages et blocages devraient ainsi être réduits de 10 %, les performances du butineur grimperont et l’autonomie sur batterie des ordinateurs portables sera améliorée.

Une étape supplémentaire sera franchie en 2017 : « En 2017, avant qu’un site internet puisse active le format Flash, Firefox requerra l’assentiment de l’utilisateur », explique Benjamin Smedberg. À partir de mars 2017, Firefox ne supportera plus aucun greffon, si ce n’est Flash, et ce de façon limitée donc.

Source silicon.fr

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

la Cnil accuse Microsoft de «graves manquements» avec Windows 10

Posted by CercLL sur 21 juillet 2016

Selon l’autorité indépendante, le groupe américain se livre à une collecte «excessive» de données avec son système d’exploitation pour ordinateurs et tablettes.

La Cnil lance un rappel à l’ordre à Microsoft. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) demande au géant américain des logiciels de mettre son système d’exploitation Windows 10 en conformité avec la Loi informatique et libertés. La Cnil «met en demeure Microsoft Corporation de cesser la collecte excessive de données et le suivi de la navigation des utilisateurs sans leur consentement. Elle lui demande aussi d’assurer de façon satisfaisante la confidentialité des données des utilisateurs», écrit l’autorité indépendante sur son site. Et lui donne trois mois pour se mettre en règle.

L’affaire remonte à la sortie de Windows 10, il y a tout juste un an. Plusieurs articles, avaient pointé une «potentielle collecte excessive de données personnelles». La présidente du Front national, Marine Le Pen, s’était elle-même emparée de ce dossier. Dans une lettre ouverte à la présidente de la Cnil, elle avait dénoncé «l’espionnage généralisé des ordinateurs des Français». En cause, le recueil d’informations personnelles à des fins publicitaires, organisé selon elle par Microsoft.

» LIRE AUSSI: Windows 10: faut-il avoir peur pour sa vie privée?

C’est notamment sur ce point que la Cnil a réagi. L’autorité a en effet constaté qu’un identifiant publicitaire est activé par défaut lors de l’installation de Windows 10. «Il permet à des applications Windows et des applications tierces de suivre la navigation des utilisateurs et de leur proposer des publicités ciblées sans que le consentement des utilisateurs n’ait été recueilli», écrit la Cnil. Microsoft dépose également sur les terminaux des utilisateurs «des cookies publicitaires, sans les en avoir au préalable correctement informés, ni mis en mesure de s’y opposer».

10 millions de Français concernés

Un autre grief concerne la collecte des données de diagnostic et d’utilisation de Windows, jugée «excessive». Elle permet notamment à Microsoft «d’avoir connaissance de toutes les applications téléchargées et installées sur le système par un utilisateur et du temps passé sur chacune d’elles». La Cnil déplore en outre qu’il soit possible de protéger son ordinateur par un code de quatre chiffres et ne limite pas le nombre de tentatives d’entrée, «ce qui n’assure pas la sécurité et la confidentialité des données des utilisateurs».

Cette mise en demeure n’est pas une sanction, rappelle la Cnil. Des suites pourront être données si Microsoft ne se conforme pas à la loi dans un délai de trois mois. «Il a été décidé de rendre publique cette mise en demeure notamment en raison de la gravité des manquements constatés et du nombre de personnes concernées (plus de dix millions d’utilisateurs de Windows 10 sur le territoire national)», indique néanmoins l’autorité.

Source lefigaro.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: | Leave a Comment »

Molotov débarque sous Linux et montre aux chaînes et FAI les limites de leur modèle

Posted by CercLL sur 21 juillet 2016

image dediée

Molotov vient de mettre en ligne sa version Linux, exploitant AppImage. Le service propose ainsi une solution intéressante pour l’accès multiplateforme, et commence à mettre en lumière tout ce qui ne va pas dans la stratégie des chaînes et des FAI en France.

Molotov est désormais disponible depuis une semaine. Et si le service n’a toujours pas réactivé son service de « Bookmarks » permettant d’enregistrer des programmes à venir, l’équipe continue de faire évoluer ses applications.

Molotov passe sous Linux sans peine

Hier, elle a ainsi annoncé l’arrivée d’une version bêta sous Linux. Comme nous l’avions évoqué lors de notre analyse du service, cela a été facilité par la conception même de l’application Molotov qui se base sur le Framework Electron et des technologies Web. De quoi permettre une diffusion multiplateforme et une expérience unifiée.

Ainsi, l’application est proposée sous la forme d’un package comprenant Chromium et le plugin Widevine CDM pour la gestion des DRM. Sous Linux, il existe néanmoins une problématique que l’on ne retrouve pas forcément sous OS X (macOS) ou Windows : le besoin de s’adapter à chaque distribution.

Oyez, amis sur Linux! une 1ère version de Molotov est disponible en beta https://t.co/3FM2vefxDp#feedbackpleasepic.twitter.com/DQPeZlf3i8

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | Leave a Comment »

Tor perd un de ses pionniers et un nœud critique

Posted by CercLL sur 19 juillet 2016

Lucky Green un des pionniers du réseau Tor abandonne et ferme un des noeuds critiques du réseau d’anonymisation.

Un des premiers contributeurs au projet Tor connu sous le pseudonyme Lucky Green a décidé de quitter le navire et de fermer les passerelles Tor sous sa tutelle. Parmi ceux-là, il y a un serveur central qui gère les passerelles (Bridge Authority).

Lucky Green est une figure emblématique de Tor, il a fait partie du projet avant que le réseau ne soit connu sous son nom actuel. Il a également été à l’origine d’un des 5 premiers nœuds fondateurs du réseau Tor. Au fil du temps, il a gagné la confiance de la communauté pour pouvoir gérer des nœuds sensibles au sein du réseau.

Ces nœuds, baptisés Bridge Authorities, ont leur adresse IP codée en dur dans les applications Tor et donnent la possibilité au réseau Tor d’éviter les interdictions et les blocages des FAI. Ils détiennent également des informations importantes concernant les autres noeuds Tor.

Trouver une alternative au 31 août 2016

Lucky Green a donné au projet jusqu’au 31 août 2016 pour publier une mise à jour des applications Tor et supprimer l’adresse IP de son nœud, connu en interne sous le nom Tonga. Il prévoit également de fermer 5 autres serveurs Tor.

Les raisons de son départ restent elliptiques. « Compte tenu des évènements récents, il ne me semble plus approprié de contribuer matériellement au projet Tor, soit de manière financière comme je l’ai été généreusement pendant de longues années, soit en offrant des ressources informatiques ». Les évènements récents auxquels fait allusion Lucky Green sont au nombre de deux. Le projet Tor a été secoué en juin par le départ de son responsable Jacob Applebaum accusé de harcèlement sexuel et par la nomination d’un nouveau conseil d’administration la semaine dernière. « Je pense que je n’ai pas de moyens raisonnables pour partir de manière éthique, mais d’annoncer l’arrêt de tous les services basés sur Tor hébergés sur l’ensemble des systèmes sous mon contrôle ».

Source silicon.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

Sécurité : Rust s’invite dans le multimédia de Firefox 48

Posted by CercLL sur 14 juillet 2016

Rust, le langage de programmation de nouvelle génération de Mozilla, arrive dans Firefox. À la clé, une meilleure sécurité.

Firefox 48 proposera le premier composant écrit avec le langage de programmation Rust. Il se chargera de gérer les documents multimédias affichés par la version desktop du navigateur web.

Rappelons que Rust se veut une alternative au classique C++, capable de faciliter la mise en place de code exploitant tous les cœurs d’un processeur, et en mesure d’améliorer la sécurité des applications, via des techniques empêchant les dépassements de tampon et autres erreurs liées à la gestion de la mémoire vive.

1,1 milliard de vidéos déjà lues avec succès

« Chaque fois qu’un navigateur web joue une vidéo apparemment inoffensive, il lit des données livrées dans un format complexe et créé par quelqu’un que vous ne connaissez pas. Et il se trouve que ces formats de médias sont connus pour avoir été utilisés pour tromper les décodeurs en exposant des failles de sécurité qui exploitent les bugs de gestion de la mémoire présents dans les navigateurs web », explique Dave Herman, chercheur principal et directeur de la stratégie au sein de Mozilla Research.

Avec Rust, ces problèmes potentiels s’envolent, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser des techniques comme l’ajout d’un bac à sable à l’application. Dave Herman note que le code Rust propose des résultats identiques à ceux obtenus en C++. Les données de télémétrie de la version de test de Firefox 48 montrent que sur plus d’un milliard de lectures de vidéos en MP4, toutes ont été décodées avec succès par ce nouveau composant.

Il est donc déclaré bon pour le service et sera présent dans la mouture définitive de Firefox 48, dont la sortie est programmée pour le 2 août 2016.

Rust 1.10 livré aux développeurs

Sur le front du langage de programmation Rust, une nouvelle version vient d’être présentée, la 1.10. Avec 1276 correctifs intégrés, pour plus de stabilité et de performances.

Quelques nouveautés sont également de la partie. Une option permet de stopper l’application lorsqu’un évènement panic! est rencontré. « Rappelez-vous que panic! est réservé aux problèmes inattendus, rappellent les développeurs. Pour de nombreuses applications, avorter est alors un choix raisonnable. Avec un abandon, moins de code est généré, ce qui signifie que le binaire est plus petit et le temps de compilation plus court. » Le poids du code généré et le temps de compilation sont tous deux réduits d’environ 10 % grâce à cette option.

Autre avancée, le type cdylib, un format de librairie qui permettra de faciliter la création de code Rust destiné à être utilisé par un autre langage de programmation. Un élément qui favorisera la réécriture de pans de code C++ en Rust et qui devrait donc rendre de grands services aux développeurs de Firefox.

Rappelons que Rust 1.0 avait été présenté mi-mai 2015. Voir à ce propos notre précédent article « Rust 1.0 : le langage de programmation des projets critiques ».

Source silicon.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Tor, visé par des relais-espions ?

Posted by CercLL sur 13 juillet 2016

Une étude publiée par deux chercheurs vient remettre en cause l’anonymat conféré par le réseau Tor. Selon l’analyse menée par les auteurs du document, plus d’une centaine de relais-espions chercheraient à activement cartographier les « services cachés » présents sur le réseau.

La DefCon approche et avec elle, les chercheurs en cybersécurité commencent à présenter leurs résultats de recherches avec un peu d’avance. L’un des sujets fréquemment traités à l’occasion de cette conférence sur la cybersécurité est celui de la sécurité du réseau Tor, ce protocole web ayant recours à des outils de chiffrement et d’anonymisation des utilisateurs. Celui-ci a connu plusieurs attaques d’ampleur contre ses systèmes d’anonymisation, mais deux chercheurs américains soupçonnent une nouvelle attaque exploitant des relais-espions.

Guevara Noubir et Amirali Sanatinia présenteront les résultats détaillés de leurs analyses lors de leur conférence prévue à l’occasion de la DefCon, mais ont déjà expliqué une partie de leurs conclusions au site américain MotherBoard. Ces deux chercheurs ont déployé des services cachés sur Tor sous la forme de honeypot afin de détecter d’éventuelles tentatives de percer à jour ces services.

Ce réseau leur a permis de détecter l’existence d’une centaine de relais Tor jugés malicieux : ceux-ci ne se contentent pas en effet de rediriger simplement le trafic, mais sont configurés pour analyser en profondeur les services cachés qu’ils détectent sur le réseau. Ces relais disposent du flag HSdir, qui est utilisé par plus de 3000 relais Tor pour indiquer qu’ils possèdent des informations sur les services cachés et sont en mesure de rediriger les utilisateurs vers ceux-ci. Correctement configurés, ces relais ne sont pas censés collecter de données, mais certains d’entre eux ne jouent pas le jeu.

Relais peu fair play

Dans l’exemple pris par les chercheurs, l’adresse exacte de leurs services cachés restait entièrement confidentielle. En théorie, ces services n’auraient donc pas dû recevoir de visites, mais les chercheurs ont détecté plusieurs tentatives de connexions et estiment qu’environ 110 relais Tor ont été configurés afin de détecter et cartographier les services cachés de ce type.

Ces relais malicieux ne se contentent pas de répertorier les services qu’ils découvrent, mais certains en profitent pour scanner les services afin de découvrir d’éventuelles vulnérabilités dans les sites. Les chercheurs expliquent également que la majorité de ces relais-espions semblent être situés aux États Unis, en Allemagne et en France ainsi que dans d’autres pays européens.

La question des relais-espions n’est pas nouvelle pour Tor : ce type d’attaque est connue depuis 2014 et avait déjà fait l’objet de plusieurs présentations détaillant la façon dont ces machines pouvaient être utilisées pour briser l’anonymat offert par le réseau en oignon. L’étude menée par les chercheurs de l’université Northeastern de Boston vient donc montrer que cette technique est activement utilisée par certains acteurs connectés au réseau.

Les développeurs de Tor expliquent de leur côté connaître ce problème et travaillent activement à développer une nouvelle architecture pour le réseau en oignon afin de couper court à ce type d’attaques.

Source zdnet.fr

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Linux sur les bancs de l’école à Grenoble

Posted by CercLL sur 12 juillet 2016

La ville de Grenoble, très impliquée dans le logiciel libre, a décidé de migrer ses écoles sous Linux.

 

Grenoble continue sa migration vers des systèmes libres. L’an dernier, après avoir préparé un plan de migration vers le système Linux, elle avait annoncé son adhésion à l’association April comme nous vous en parlions ici.

Son implication dans l’usage et la promotion des logiciels libres continue et s’intensifie puisqu’elle prévoit maintenant de migrer les postes de 8 écoles sous Linux après avoir déjà réalisé un premier test.

D’ici 2018, toutes les écoles publiques de la ville fonctionneront sous Linux. Le changement semble s’effectuer sans heurt pour le moment, malgré quelques petits soucis pour l’accès aux solutions éducatives du Ministère de l’Éducation.

Après avoir choisi Ubuntu pour les postes de travail et Debian pour les serveurs, c’est finalement la distribution Debian qui équipera tous ses postes.

Liens :

Annonce de la Commission Européenne
Le site de la ville de Grenoble

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

HandyLinux et Debian-Facile s’associent

Posted by CercLL sur 12 juillet 2016

Les deux projets HandyLinux et Debian-Facile vont fusionner afin d’être plus visibles et de pouvoir toucher un public plus large.

 

 

La distribution HandyLinux est un système Debian modifié, à destination des débutants. Debian-Facile est un site d’entraide regroupant un forum, un salon de discussion et des outils en ligne pour accompagner les nouveaux utilisateurs de Debian.

Il semble donc logique que ces deux projets fusionnent, regroupent leurs communautés et leurs ressources, afin d’avoir plus de poids et de pouvoir aider un maximum d’utilisateurs.

Ce regroupement va également permettre de limiter la dispersion des ressources, courante dans le libre, afin de travailler de façon plus collaborative.

Pour le coup, HandyLinux va devenir DFLinux.

La migration va se faire en douceur dans les semaines qui viennent. Quoi qu’il en soit, HandyLinux est supportée jusqu’en 2018.

Liens :

L’annonce sur HandyLinux
Le site de Debian-Facile

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Le début de la fin pour les 32 bits

Posted by CercLL sur 7 juillet 2016

La majorité des systèmes d’exploitation actuels disposent d’une version 32 bits et 64 bits. Mais les choses devraient rapidement changer.

Les systèmes 64 bits disposent de plusieurs avantages, notamment pour la gestion de la mémoire et la limite des 4 Go. C’est pourquoi les systèmes 32 bits deviennent de plus en plus rares. Pour les éditeurs, maintenir plusieurs versions d’un système et de ses logiciels devient coûteux et compliqué. L’abandon de cette plateforme est donc inéluctable, semble-t-il. Certains y pensent déjà dans le monde des distributions Linux. C’est notamment le cas d’Ubuntu qui devrait arrêter le support des systèmes 32 bits pour sa version 18.10 LTS. Pareil pour OpenSUSE qui devrait abandonner les 32 bits pour sa version Leap 42.1. La distribution Fedora 24 Server ne propose plus de version en 32 bits.

Les ordinateurs en 32 bits se font de plus en plus rares il est vrai. C’est donc une décision plutôt logique que d’abandonner petit à petit leur support. Mais pour ceux qui restent, existe-t-il des solutions, mise à part la virtualisation ?

Liens :

Liste de discution d’Ubuntu
Discution sur Reddit pour OpenSUSE

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | 1 Comment »

Après trois ans d’attente, Slackware 14.2 est disponible

Posted by CercLL sur 6 juillet 2016

 

La distribution Linux Slackware est désormais disponible en version 14.2. Parmi les principales nouveautés, on signalera surtout la compatibilité avec l’UEFI sur les systèmes x86_64 et la présence du noyau Linux 4.4.

L’arrivée d’une nouvelle version de Slackware est assez rare pour être notée. La nouvelle version 14.2 fait logiquement suite à la 14.1 qui date de… novembre 2013. La distribution fonctionne sur un cycle de développement relativement lent car les composants n’en sont pas changés tous les quatre matins. L’équipe préfère les versions éprouvées pour proposer un système aussi stable que possible, tout en fournissant de temps en temps une nouvelle base, comme c’est le cas ici. Rien n’empêche bien sûr les mises à jour des composants dans l’intervalle.

De nombreuses améliorations

Les principales nouveautés de Slackware 14.2 sont importantes. À commencer par le noyau Linux 4.4 qui, entre autres améliorations, supportait mieux les GPU AMD (notamment sur la gestion avancée de l’énergie) et l’architecture ARM64, fournissait des correctifs pour certains systèmes de fichiers et prenait mieux en charge les RAID 5 et 6 pour Btfrs. L’équipe juge ce noyau adapté, et ce d’autant qu’il dispose d’un statut LTS, donc d’un support de deux ans.

Autre grosse nouveauté pour Slackware, la compatibilité avec l’UEFI et dont la capacité d’amorcer le système. Attention, seule l’édition x86_64 prend en charge ce support, ce qui ne devrait pas poser de problèmes tant ces processeurs sont installés depuis des années. Les paquets elilo, GRUB 2 et efibootmgr ont été mis à jour pour l’occasion. Notez que ce support rejaillit également sur tous les supports externes, y compris – et surtout – les clés USB. On peut donc s’en servir pour l’installation du système via les images ISO.

NetworkManager et PulseAudio font leur entrée

Le système, compilé avec GNU C 2.23, adopte également PulseAudio et NetworkManager. Ce dernier est désormais jugé assez stable pour prendre place dans Slackware. Quant à PulseAudio, il a été inclus pour mieux gérer notamment les casques Bluetooth, comme mentionné par LinuxFR. Slackware 14.2 est également accompagné par les environnements de bureau Xfce 4.12.1 et KDE 4.14.3. Coté navigateurs, Konqueror 4.14.13, SeaMonkey 2.40, et Mozilla Firefox ESR 45.2.0 sont fournis en standard.

Les développeurs pourront, eux, profiter de Perl 5.22.2, Python 2.7.11, Ruby 2.2.5, Subversion 1.9.4, git-2.9.0, et mercurial-3.8.2, la suite GCC étant présente en version 5.3.

L’installation peut se faire directement depuis le gestionnaire de mises à jour si Slackware 14.1 est installé. Si ce n’est pas le cas, il faudra remonter manuellement jusqu’à la nouvelle mouture. Les téléchargements des images ISO sont toujours disponibles pour les architectures x86 et x86_64, en direct ou via BitTorrent. Des LiveCD sont également mis à disposition. Enfin, cette nouvelle version peut être également achetée dans la boutique officielle, au prix de 49,95 dollars, en six CD ou un DVD.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés sur Après trois ans d’attente, Slackware 14.2 est disponible

Linux passe les… 2 %

Posted by CercLL sur 6 juillet 2016

D’après une récente étude, l’utilisation de Linux sur les postes de travail aurait enfin franchi la barre des 2 %. Elle était jusqu’ici comme « accrochée » à 1%.

C’est une première pour le système libre. D’après les derniers chiffres de NetMarketShare pour le mois de juin, Linux serait passé juste au-dessus des 2% d’utilisation. Pour W3Counter, ce chiffre atteindrait même 2,48%. On sait que ce système est majoritairement utilisé dans le monde des serveurs web, des super-ordinateurs ou dans les systèmes embarqués où il domine très largement. Mais sur le poste de travail, Linux n’a jamais dépassé 1% de part de marché.

D’où vient cette hausse ? Réponse : partiellement, grâce à la popularité de Chrome OS, basé sur un noyau Linux.

Liens :

L’analyse de NetMarketShare
L’analyse de W3Counter

Source toolinux.com

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés sur Linux passe les… 2 %

Qwant et Firefox s’allient

Posted by CercLL sur 6 juillet 2016

Le moteur de recherche Qwant vient de signer un partenariat avec la Fondation Mozilla pour être présent dans Firefox.

Qwant a été lancé en 2013 et annonçait en avril dernier 20 millions d’utilisateurs. Le fait qu’il ne surveille pas ses utilisateurs et respecte leur vie privée fait la force de ce moteur de recherche alternatif. Des valeurs que l’on retrouve évidemment à la Fondation Mozilla, dont le navigateur compte 480 millions d’utilisateurs. C’est pourquoi les deux projets viennent de signer un partenariat. Qwant sera désormais disponible dans la liste des moteurs proposés par Firefox. Pour Qwant, se serait un grand pas en avant pour sa visibilité évidemment, car Google domine largement le marché. Aux États-Unis, Firefox dispose déjà d’un partenariat, avec Yahoo !.

Mais Qwant essaye d’innover et, en plus du respect de la vie privée de ses utilisateurs, il a d’autres projets, dont notamment Qwant Musique et Qwant Junior.

Liens :

La page de Qwant
Le site de Mozilla
Télécharger Firefox pour Qwant

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Qwant et Firefox s’allient

Servo de Mozilla arrive en test

Posted by CercLL sur 5 juillet 2016

Mozilla en parlait depuis plusieurs mois. Son navigateur de « nouvelle génération » arrive enfin, pour l’instant en version de test.

Le nouveau Firefox se dévoile petit à petit avec cette version démo qui allie le moteur de rendu Servo à l’interface Browser.html.

On ne compte plus les améliorations au rendez-vous. Cette nouvelle mouture de Firefox tire mieux profit des systèmes multi-cœurs, ce qui améliore grandement ses performances et l’utilisation du langage Rust permet d’améliorer sa sécurité.

Même si tout n’est pas encore opérationnel, l’équipe de Firefox a souhaité publier rapidement afin d’en faire profiter le public. Toujours en test donc, cette version est disponible pour Linux et Mac OS X, pas encore pour Windows ni Android.

Pour la version Android, il reste quelques bugs important encore, alors que pour Windows, la version devrait être disponible assez rapidement.

Liens :

L’annonce
Téléchargement
La page de Servo

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur Servo de Mozilla arrive en test

LibreOffice au rapport en Italie

Posted by CercLL sur 4 juillet 2016

Les services militaires italiens migrent vers LibreOffice pour remplacer la suite bureautique de Microsoft.

LibreOffice va être installé dans tous les services de l’armée : c’est la plus grande migration effectuée en Italie à ce jour. Pour le moment, 5.000 postes ont été installés, et en 2020, ils devraient passer à 100 mille.

Le format ouvert ODF devient le format par défaut à utiliser dans les Ministères. Des séminaires ont été organisés afin de bien préparer cette migration et tout est documenté afin de pouvoir servir pour de futures migrations dans d’autres Ministères. Même la formation des utilisateurs est prise en compte, via un accord avec l’association LibreItalia.

Cela n’a rien coûté aux services de l’armée. Le Ministère pense pouvoir économiser pendant la migration, qui va durer 4 ans, entre 26 et 29 millions d’euros.

En France, l’armée a toujours des contrats avec Microsoft, notamment pour sa suite Office. Et il n’y a pas de priorité aux logiciels libres, mais un simple encouragement. Une vision plus agnostique du débat, entre solutions libres et propriétaires.

Liens :

Plus d’informations sur ZDNet
Projet de Loi République Numérique

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés sur LibreOffice au rapport en Italie

Projet de loi numérique : des codes sources communicables sous conditions et des logiciels libres simplement encouragés

Posted by CercLL sur 2 juillet 2016

La commission mixte paritaire (CMP) pour le projet de loi pour une « République numérique » réunie le 29 juin a été conclusive, un texte commun ayant été adopté. Texte dans lequel la commission confirme l’ouverture par défaut des codes sources des logiciels des administrations, toujours limitée par une exception très large de « sécurité des systèmes d’information », et maintient une disposition d’ « encouragement » au logiciel libre dans le secteur public dénuée de portée normative.

Article 1er bis : ouverture des codes sources, mais une exception sous forme de blanc-seing

La rédaction finale de l’article 1er bis entérine la reconnaissance de la qualité de documents administratifs communicables pour les codes sources des logiciels des administrations. S’il s’agit d’une avancée réelle en termes d’ouverture et de transparence, le troisième alinéa de l’article introduit une exception à la communicabilité des documents administratifs en cas de risque d’atteinte « à la sécurité des systèmes d’information des administrations ». Exception disproportionnée, ancrée dans le fantasme de la sécurité par l’obscurité et qui porte le risque de vider l’avancée de cet article de sa substance.

Par ailleurs, la CMP est fort heureusement revenue sur un amendement adopté au Sénat, qui instaurait une exclusion systématique de certains codes sources du champ du droit à communication. Exception dangereuse contre laquelle l’April s’est mobilisée auprès des parlementaires.

Notons également que l’article 1er ter du projet de loi, tel qu’il est issu de la CMP, instaure que la communication de documents administratifs sous forme électronique « se fait dans un standard ouvert, aisément réutilisable et exploitable par un système de traitement automatisé ». Une rédaction à saluer et qui prend d’autant plus de sens avec la récente révision du référentiel général d’interopérabilité le 25 avril 2016.

Article 9 ter : une simple « déclaration de bonnes intentions » sur le logiciel libre

À compter de l’entrée en vigueur de la loi, les administrations devront encourager « l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l’achat ou de l’utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d’information ». Cette disposition souffre d’un manque flagrant de portée politique, est dénuée de toute portée contraignante et n’est assurément pas à la hauteur des enjeux. Seule une réelle priorité au logiciel libre dans le secteur public est à même de garantir l’indépendance technologique des administrations et leur souveraineté numérique. Priorité qui correspond à l’obligation d’un choix raisonné de privilégier le recours à une licence libre quand cela est possible, et selon des critères objectivement définis par décret.

Malgré la qualité des débats autour de cet article, tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat, le Parlement et le Gouvernement ont manqué cette occasion de doter les administrations d’une informatique loyale en faveur de l’intérêt général.

Le texte issu de la CMP est disponible. La prochaine étape est la présentation des conclusions de la CMP, suivie du vote définitif, dans les deux chambres parlementaires. D’abord à l’Assemblée nationale, le 20 juillet, puis au Sénat la première quinzaine de septembre.

Les articles 1er bis et 9 ter tels qu’ils devraient être votés dans le texte final :

Article 1er bis

I. – À la seconde phrase du premier alinéa de l’article L. 300-2 du code des relations entre le public et l’administration, après le mot : « prévisions », sont insérés les mots : « , codes sources ».

II. – Le 2° de l’article L. 311-5 du code des relations entre le public et l’administration est ainsi modifié :

1° À la fin du d, les mots : « ou à la sécurité des personnes » sont remplacés par les mots : « , à la sécurité des personnes ou à la sécurité des systèmes d’information des administrations » ;

2° Le g est ainsi rédigé :

« g) À la recherche et à la prévention, par les services compétents, d’infractions de toute nature ; ».

Article 9 ter

Les administrations mentionnées au premier alinéa de l’article L. 300-2 du code des relations entre le public et l’administration veillent à préserver la maîtrise, la pérennité et l’indépendance de leurs systèmes d’information.

Elles encouragent l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l’achat ou de l’utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d’information. Elles encouragent la migration de l’ensemble des composants de ces systèmes d’information vers le protocole IPV6, sous réserve de leur compatibilité, à compter du 1er janvier 2018.

Source april.org

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés sur Projet de loi numérique : des codes sources communicables sous conditions et des logiciels libres simplement encouragés

 
%d blogueurs aiment cette page :