CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Hublin, vidéos et réunions en ligne en mode Libre

Posted by cercll le 18 mars 2015

Hublin est un nouveau service de visioconférence depuis le navigateur, sans le moindre greffon. Il est fourni par le réseau social ouvert Open-PaaS et soutenu par Linagora.

Open source et gratuit, le service de vidéo via le cloud Hubl.in est basé sur le standard WebRTC, ce qui permet de créer des communications décentralisées entre les navigateurs.

La solution est simple : on crée une discussion et on y peut y participer immédiatement, via le navigateur, sans logiciel, plugin ou extension supplémentaires. Ses fonctions vont du réglage de la caméra au micro (qu’on peut éteindre si besoin) à l’invitation de nouveaux participants.

Hublin est déjà disponible en français et en anglais. Ensuite, il le sera en vietnamien.

- Hublin

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

« Outils de communication et collaboration Open Source » le 23 avril à Marseille

Posted by cercll le 16 mars 2015

Après les matinées, voici les « après-midi pour comprendre ». OpenPass, OBM, LinShare, Drupal : TOOLinux et Linagora vous attendent le 23 avril à Marseille pour en parler, avec trois spécialistes.

PROGRAMME :

14h00 – Accueil

14h15 – Les outils de communication au sein de l’entreprise, présentation du marché

14h45 – Messagerie et partage de documents sécurisés, au travers d’OBM.org et de LinShare.org

15h45 – Réussir la mise en œuvre d’un RSE avec Drupal

16h15 – Les outils de nouvelle génération : découvrir OpenPaas, plateforme collaborative

INTERVENANTS :

- Pascal VILAREM, Responsable technique, LINAGORA GSE (Marseille)
- Michael BAILLY, Manager Equipe OpenPaaS, LINAGORA
- Michel Philippenko, Responsable d’agence LINAGORA GSE (Marseille)

Pour vous inscrire, rendez-vous ici. Ne tardez pas, le nombre de places est limité.

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Leave a Comment »

La Station spatiale internationale abandonne Windows pour un « stable et fiable » Linux

Posted by cercll le 11 mars 2015

Acer et Windows 8 pourraient être partout dans le prochain film Star Trek Into Darkness, et ce après que la firme ait dévoilé notamment le Aspire R7, mais Linux est en fait la plateforme privilégiée de la Station spatiale internationale ces jours-ci.

La United Space Alliance, qui gère tous les ordinateurs de la Station spatiale internationale (ISS), en association avec la NASA, ont pris la décision que tous les dispositifs embarqués disposant de Windows XP migrent vers Debian 6, « parce que nous avions besoin d’un système d’exploitation qui [est] stable et fiable », a déclaré dans un communiqué de presse Keith Chuvala de la United Space Alliance, de la Fondation Linux.

La Station spatiale internationale abandonne Windows pour un 'stable et fiable' Linux

Selon ExtremeTech, bien que Windows 8 offre un logiciel intégré d’anti-virus appelé Windows Defender, l’ISS a vraiment besoin d’un système d’exploitation qui est la cible de moins d’attaques par les hackers que Windows. L’ISS a déjà connu bien des déboires avec des ordinateurs ayant été infectés à bord, et ce après qu’un cosmonaute russe a accidentellement apporté un ordinateur portable infecté par le ver W32.Gammima.AG à la station qui a fini par contaminer tous les autres ordinateurs portables à bord. Puisque le vaisseau spatial a constamment été en orbite pendant les 12 dernières années, il est compliqué pour le personnel de la United Space Alliance de simplement passer dans la ISS et échanger les ordinateurs infectés…

En plus de la sécurité et de la fiabilité, l’ISS exige également une plateforme plus flexible qui peut s’adapter à la volée, et qui ne dépend pas de la propre roadmap de Microsoft (comme avec Windows Blue). Chuvala a déclaré que les deux organisations se sont intéressées à se tourner sur un système d’exploitation open source comme Linux parce que ce dernier leur donnerait le pouvoir de le contrôler en interne. « Donc, si nous aurons besoin de le patcher, le modifier ou l’adapter, nous pourrons », a déclaré Chuvala.

Les ordinateurs portables OpsLAN marqueront la fin d'une ère d'ordinateurs Windows à bord de l'ISS

Selon la Fondation Linux, qui a été exploitée pour former l’équipe de Chuvala dans le développement de logiciels sous Linux, les dernières dizaines d’ordinateurs portables sous Windows qui ont besoin d’être convertis à Linux font partie du réseau « OpsLAN », qui sont essentielles à bord pour l’astronaute puisqu’elles assurent leur quotidien dans l’engin spatial. Les ordinateurs portables qui la constitue permettent de suivre les emplacements physiques des astronautes, la gestion des stocks et contrôlent toutes les caméras embarquées pour les photos et les vidéos.

Ces ordinateurs portables OpsLAN marqueront la fin d’une ère d’ordinateurs Windows à bord de l’ISS. Après tout, la plupart des autres systèmes sur la station spatiale utilisent déjà une certaine forme de Linux, y compris le Robonaut 2 (aussi connu comme R2, photo ci-dessus), qui doit aider le travail des astronautes dans des situations délicates, notamment lors de sorties extravéhiculaires. Le R2 est déjà un robot Linux, afin que les deux astronautes à bord et le personnel au sol tentent d’apprendre à utiliser la plateforme afin de mieux communiquer avec le premier robot humanoïde dans l’espace.

Source blog-nouvelles-technologies.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Systemd : Ubuntu s’y met aussi

Posted by cercll le 9 mars 2015

Logo2015Logo22015

Sans grande surprise, systemd continue sa percée dans le monde des distributions linux. Le programme de boot controversé avait déjà convaincu les développeurs de Debian, mais c’est aujourd’hui Ubuntu qui annonce avoir sauté le pas.

Lancé par Lennart Poettering en 2010, le projet systemd continue sur sa lancée. Ce programme entend offrir une alternative aux programmes de démarrage utilisés dans diverses distributions Linux. systemd se veut plus rapide en s’appuyant sur la parallélisation, et offre de nouvelles fonctionnalités aux utilisateurs du programme. Celui-ci a gagné en popularité au cours des dernières années en s’imposant auprès de distributions telles que Red Hat ou récemment Debian.

C’est maintenant au tour d’Ubuntu : dans une annonce publiée jeudi dernier, Martin Pitt, développeur pour Ubuntu, a annoncé que la distribution de Canonical amorçait elle aussi un passage à systemd. La prochaine version stable de la distribution, Vivid Vervet, opérera donc le passage à systemd, abandonnant Upstart, le script de démarrage utilisé par Ubuntu jusqu’alors. Dans son post, Martin Pitt précise néanmoins que ce changement affectera toutes les versions de la distribution sauf Ubuntu Touch, la distribution pensée pour les téléphones.

Un systemd pour les gouverner tous

Le mouvement était attendu de longue date : Ubuntu est proche de Debian et le passage de ces deux distributions à systemd avait été acté en début d’année 2014. Mais systemd est un sujet épineux au sein de la communauté Linux : le programme de Lennart Poettering fait face à de nombreuses critiques, qui lui reprochent de prendre d’importantes libertés avec la philosophie du libre et de ne pas obéir à la logique KISS chère au monde du libre.

Lorsque Debian avait fait part de son intention de passer sous systemd, un groupe d’utilisateur avait fait le choix de lancer un projet de fork à destination des réfractaires, s’appuyant sur le fait que la communauté Debian était constituée de nombreux administrateurs systèmes qui n’entendaient pas se laisser imposer cet « init ». La communauté d’utilisateur d’Ubuntu étant bien plus grand public, la fronde devrait être ici nettement moins marquée.

Source znet.fr

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés

Mozilla publie une version 64 bits de son Firefox Developer Edition

Posted by cercll le 4 mars 2015

Pour ceux qui aiment l’aventure, la vraie
image dediée

Pour le dixième anniversaire de Firefox, Mozilla avait lancé une Developer Edition conçue pour faciliter le travail des créateurs de sites et d’applications web. Une version 64 bits pour Windows est maintenant disponible, débloquant un ensemble d’améliorations qui devraient permettre une hausse sensible des performances et une meilleure sécurité.

Un pas de plus vers une version 64 bits officielle de Firefox

Mozilla s’approche donc encore un peu plus d’une version 64 bits de Firefox pour Windows. Une telle mouture existe depuis longtemps dans les « Nightlies » mais n’est jamais entrée dans un canal officiel de test, qu’il s’agisse d’Aurora ou de la branche bêta. Cette nouvelle version permet aux développeurs de se pencher sur les améliorations spécifiques liées au 64 bits, et elles sont nombreuses.

Pour qui suit l’actualité des navigateurs, ces avantages sont déjà connus, qu’il s’agisse des performances ou de la sécurité. Pour cette dernière par exemple, l’ASLR (Address Space Layout Randomization) devient accessible. Rappelons que cette fonctionnalité permet de déplacer au hasard certaines données sensibles pour qu’elles ne puissent pas être trouvées par un malware de manière prévisible.

Un impact visible sur les performances, surtout pour le JavaScript

Du côté des performances, le 64 bits a évidemment un impact. Il débloque tout d’abord l’adressage au-delà des 4 Go, ce qui a une réelle importance quand on se place dans un contexte d’applications web lourdes, voire de jeux. Dans le cas d’un portage vers asm.js par exemple, Mozilla indique que la taille du tas (heap), qui ne devrait normalement pas dépasser les 512 Mo, peut grimper jusqu’à 2 Go. la protection matérielle de la mémoire permet en outre de se débarrasser de certaines opérations dans le traitement de JavaScript, accélérant encore la vitesse d’exécution du code.

firefox developer edition

Outre les améliorations spécifiques au 64 bits, cette nouvelle Developer Edition est basée sur ce qui deviendra Firefox 38. Parmi les apports, on notera l’arrivée de l’API BroadcastChannel, le support du KeyboardEvent.code, qui permet au développeur de savoir quelle touche d’un clavier est physiquement pressée sans en connaitre la disposition ou la possibilité de filtrer les requêtes XMLHttpRequests dans le moniteur réseau. On remarquera dans les notes de version que les sites n’auront également plus la possibilité de bloquer le remplissage automatique des champs consacrés aux identifiants.

Notez que, comme toute version issue du canal de développement Aurora, cette version de Firefox est susceptible de contenir des bugs et donc d’être instable. Les intéressés pourront la télécharger depuis l’un des liens ci-dessous :

Source nextinpact.com

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Une nouvelle filiale au Vietnam pour Linagora

Posted by cercll le 24 février 2015

Le PDG du groupe Linagora, Alexandre Zapolsky, vient de publier son plan d’ouvrir la 2e filiale au 2e trimestre 2015 au Vietnam.

vnp_manguon-53abb-4f827

« Le Vietnam est un marché potentiel avec de nombreuses opportunités de développement de la technologie de l’information, en particulier celle de l’open source », a fait savoir Alexandre Zapolsky lors d’une cérémonie d’accueil du Têt Ât Mùi (Têt de la Chèvre) du 12 février, dans la ville de Puteaux (en banlieue de Paris).

Selon lui, son groupe souhaite la coopération avec le Vietnam dans le secteur de l’e-gouvernement, de la sécurité de l’informatique en nuage, les logiciels collaboratifs pour l’État, les organismes et les entreprises. Ces technologies ont été déployées par ce groupe en France avec des ministères, les organes administratifs du gouvernement et des villes français.

Le groupe Linagora a signé des conventions de coopération dans la recherche et la formation aux technologies open source avec le ministère vietnamien des Sciences et des Technologies.

- Source : Le journal en ligne du PC vietnamien
- Lire « LINAGORA reçoit l’ambassadeur du Vietnam en France »

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Voiture automatisée : Sony se penche sur un système Linux

Posted by cercll le 21 février 2015

Son alliance avec le japonais ZMP laisse entrevoir le développement par Sony d’un système de conduite automatisé, à l’instar de Google et Apple. Les capteurs CMOS, un produit phare de Sony, y trouveraient un débouché de poids.

 

Sony fait confiance à Linux pour équiper son futur système de conduite autonome. L’entreprise à tissé un partenariat avec l’entreprise japonaise ZMP en ce sens. ZMP commercialise des véhicules automatisés qui fonctionnent à l’aide d’une plateforme Linux, nommée RoboCar.

Et Sony a investi 100 millions de Yen, soit plus de 700 000 euros dans l’entreprise, prenant ainsi 2% des parts de l’entreprise, révèle le Financial Times. Un partenariat stratégique, puisque Sony domine le marché des capteurs CMOS (Complementary metal–oxide–semiconductor), avec 40% de part de marché, suivie par OmniVision et Samsung, avec 16% de PDM chacun.

robocar-phv_1

ZMP a commencé son travail sur les voitures autonomes avec le modèle RoboCar 1/10, un véhicule miniature. L’étape suivante fut le modèle RoboCar MV, une voiture de golf. Cet été, les modèles RoboCar HV et RoboCar PHV, basés sur la Toyota Prius, doivent être commercialisés. (Crédit photo : ZMP).

Les capteurs CMOS sont une des deux technologies utilisées, entre autre, pour la détection par caméra, une des pistes suivies pour assister les véhicules autonomes dans la détection d’obstacles. L’alternative aux capteurs CMOS se nomme CCD, pour Charge-Coupled Device.

Et comme Sony possède seulement 5% de part de marché sur le secteur des capteurs pour automobiles, derrière Aptina et OmniVision, ce partenariat lui sera fort utile pour muscler son jeu sur le segment des voitures autonomes. Selon le FT, les voitures autonomes pourraient embarquer jusqu’à 10 caméras.

Sony rejoint Google et Apple

Cette collaboration ne signifie pas que Sony va construire sa propre voiture, précise le Financial Time. L’entreprise travaillerait plutôt à la mise au point d’une technologie de conduite autonome.

ZMP produit déjà une voiture de golf autonome, RoboCar MV2, et vient de présenter deux prototypes basés sur la Toyota Prius, fonctionnant sur le couple Linux/ Intel Core i7. Ils seront commercialisés à l’été aux tarifs de 103.000 euros et 88.500 euros.

Par cette alliance, Sony pourrait donc rejoindre les quelques acteurs de l’IT qui tentent également leur chance dans le domaine des voitures autonomes. Google, dont les efforts de R&D sont importants dans ce secteur, est à la recherche de partenaires dans l’industrie automobile pour faire avancer son projet. Apple, de son côté, a également un projet à l’étude, et recrute à tour de bras.

Les premiers essais de Google en matière de voiture autonome intégraient la technologie LIDAR (Light Detection and Ranging), beaucoup plus chère que celle des capteurs par caméra. A l’époque, Google avait utilisé un système Ubuntu pour réaliser ses tests.

La future étape technologique dans ce domaine semble devoir être l’intégration d’un système de communication sans fil assisté du GPS entre les véhicules (dite technologie vehicle-to-vehicle, ou V2V) et/ou entre les véhicules et l’infrastructure routière (dite vehicle-to-infrastructure ou V2I).

Le défi principal des capteurs par caméra est la difficulté à accomplir leur tâche dans des conditions de faible luminosité, de temps pluvieux ou neigeux.

Source znet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Shumway : l’alternative à Flash dans Firefox se précise

Posted by cercll le 17 février 2015

icones_02265

La Fondation Mozilla teste actuellement cette technologie permettant de lire une vidéo dans le navigateur sans l’ajout de plug-in, forcément vulnérable.

La sécurité en carton du plug-in Flash n’amuse plus personne. Alors que Google a définitivement choisi de s’en passer pour YouTube, la Fondation Mozilla prend le même chemin. L’éditeur de Firefox teste actuellement Shumway, une technologie permettant de lire une vidéo dans le navigateur sans l’ajout de plug-in, forcément vulnérable.

Mozilla planche sur cette alternative à Flash depuis juin 2012, elle s’appuie sur un lecteur codé en Javascript capable de convertir en temps réel les fichiers .swf au format HTML5. Shumway illustre la volonté de Mozilla de multiplier les standards Web.

Les tests en grandeur nature ont débuté à travers les versions Nightly de Firefox en 2013, et Mozilla entre aujourd’hui dans une nouvelle phase en dressant une liste de sites Web, comme Amazon, qui seront associés à Shumway pour la lecture native de présentations de produits. Le test toujours réservé à Nightly s’applique aux environnements Windows à partir de Vista et OS X intégrant le décodeur vidéo H.264.

La date de son intégration aux sein des versions stables de Firefox n’est pas encore connue.

Source znet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Mozilla veut sécuriser ses extensions

Posted by cercll le 14 février 2015

Changement de cap pour la gestion des extensions sur Firefox : après avoir laissé les développeurs entièrement libres de proposer leurs propres addons, Mozilla entend maintenant valider les extensions disponibles afin de s’éviter les pratiques de certains développeurs peu scrupuleux.

icones_02265

Mozilla entend exercer plus de contrôle sur l’écosystème d’extension disponible sur son navigateur Firefox. Si jusqu’à maintenant, les développeurs pouvaient proposer librement des extensions venant se greffer au navigateur Firefox sans nécessiter de vérification de la part de Mozilla, la fondation annonce maintenant vouloir changer ce modèle.

La faute revient aux « extensions qui changent la page d’accueil ou les configurations de la barre de recherche sans l’avis de l’utilisateur », devenues communes, tout comme les extensions injectant directement de la publicité dans les pages visitées par l’internaute.

Les extensions proposées directement sur la page « Modules » proposée sur Firefox sont rarement en cause relève la fondation, mais la possibilité laissée aux développeurs d’extension de diffuser leurs extensions via leurs propres systèmes pose en revanche souvent problème et conduit à diffuser des extensions ne respectant pas les guidelines fournies par Mozilla. La fondation note également que « les développeurs malintentionnés ont découvert de nouveaux moyens pour que leurs extensions échappent à la détection et au blocage, ce qui rend notre travail plus difficile. »

Processus de vérification automatisé ou humain

« Nous sommes responsables de notre écosystème et nous ne saurions rester assis à ne rien faire tandis que nos utilisateurs souffrent de ces mauvaises extensions » explique Mozilla. Et la fondation détaille les mesures prises pour remédier au problème : deux solutions seront possibles, d’un coté passer comme auparavant par l’approbation de la fondation pour être distribué via la page Modules de Firefox.

De l’autre, il sera toujours possible de distribuer soi même son extension, mais celle-ci devra être soumise à l’approbation de la fondation, via un processus de vérification automatisé ou humain qui conférera à l’extension une signature électronique nécessaire pour ne pas être bloquée par le navigateur. Mozilla évoque également une troisième possibilité, réservée aux extensions ayant vocation à rester en interne, au sein d’une entreprise par exemple, mais ne donne pour l’instant pas plus de détails sur le sujet.

Il sera néanmoins possible de continuer à tester des extensions non signées sur les versions Nightlies ou Developpers de Firefox, afin de faciliter les tests. Ce changement devrait être mis en œuvre à compter de la sortie de Firefox 39 et la fondation aimerait voir le système mis en place aux alentours du deuxième trimestre de cette année.

Le projet débutera avant tout sur une période de transition : les utilisateurs disposant d’extensions non signées seront tout d’abord exposés à de simples messages d’avertissements. Ce système d’avertissement sera également conservé dans le système final, afin de laisser le temps à un développeur qui lance une nouvelle extension de se faire connaître auprès de la fondation et de faire approuver son extension.

Source : znet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Le noyau Linux 3.19 est disponible

Posted by cercll le 9 février 2015

Les développeurs du noyau Linux ont officiellement publié la version finale du noyau 3.19, une version qui apporte des améliorations importantes en matière de stockage, le support de l’architecture HSA d’AMD ainsi que de nouveaux pilotes graphiques pour les SoC ARM de Rockchip, FreeScale et Qualcomm.

Stockage : Des améliorations pour NVMe, Btrfs et Ceph

Côté stockage, le noyau 3.19 devrait doper les performances des périphériques de stockage Flash NVMe via des améliorations à la couche blk-mq (multi-queue block layer) qui permet de gérer de multiples files d’attentes et d’optimiser la gestion du cache I/O.

Linux Kernel 3.19

Ce nouveau noyau apporte aussi le support du Raid 5 et du Raid 6 dans le système de fichiers Btrfs (Butter FS) et devrait doper de façon significative les performances de Ceph pour la manipulation de petits fichiers grâce au support d’un mode Inline data (qui évite aux clients d’avoir à communiquer à la fois avec le contrôleur de métadonnées et le démon gérant le stockage objet, les données et les métadonnées étant stockées ensembles).

Les développeurs du noyau signalent aussi des améliorations apportées à XFS et EXT4 ainsi que des ajouts à SquashFS, OverlayFS et F2FS (un système de fichiers optimisé pour la Flash).

Fin du support Itanium par KVM

Signe de la fin proche d’Itanium, le noyau 3.19 marque la fin du support de KVM pour l’architecture IA-64 tout en apportant de multiples améliorations pour la version x86. Le dernier noyau Linux intègre aussi les derniers apports de Xen en matière de support de VirtIO 1.0.

Côté graphique, le noyau 3.19 apporte le support de l’architecture HSA d’AMD, ainsi que la mise à jour des pilotes DRM (Direct Rendering Manager) pour les puces graphiques d’Intel, de Rockchip, de FreeScale (puce i.MX) et Qualcomm (Adreno 400).

Enfin le noyau 3.19 apporte le support des extensions MPX des processeurs Intel, des extensions de sécurité destinées à protéger des débordements de tampons en confiant au processeur la vérification des pointeurs mémoire.

Source :  lemagit.fr

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Le premier Ubuntu Phone

Posted by cercll le 9 février 2015

C’est officiel depuis ce vendredi. Ubuntu lance son premier téléphone avec l’espagnol BQ. Oui mais voilà, après une si longue attente, l’Aquaris E4.5 Ubuntu Edition ne fait pas vraiment rêver.

Deux ans après son introduction et le flop de son financement participatif, l’Ubuntu Phone est arrivé.

Finalement, contrairement à la rumeur, ce n’est pas Meizu qui a été mis à contribution, mais un constructeur européen, BQ, qui a adapté un ancien modèle Android à l’OS libre.

La fiche technique n’a rien d’exceptionnel :

Ecran 4,5 pouces
Résolution qHD 540×960 – 240 ppi (HDPI)
8 GB (et micro-SD)
Processeur 1,3 Ghz Quad Core Cortex A7
Batterie de 2150 mAh
GSM, EDGE, HSPA+, mais pas de 4G/LTE
Appareil photo de 8 mégapixels (5 Mpx pour la caméra frontale)

Autre problème ? Son prix de 169 euros ne le rend pas forcément très intéressant face à des modèles Android (et même Windows Phone) plus accessibles encore aujourd’hui. Sans oublier la concurrence de Firefox OS, avec qui il partage une volonté d’abolir l’ère des apps pour passer à celle du HTML5 et du web mobile.

Des ventes flash seront annoncées sur Twitter, ainsi que via Facebook et Google+. En Europe, des opérateurs comme 3 Sweden, amena.com, giffgaff et Portugal Telecom le proposeront sous forme de pack.

L’annonce officielle se trouve sur le site de Canonical.

Source : toolinux.com

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Firefox 36 annonce un coup de pouce pour la vie privée

Posted by cercll le 24 janvier 2015

La version 35 de Firefox arrive tout juste mais, fidèle à son rythme effréné de mise à jour, Mozilla commence à détailler sur son blog les futures fonctionnalités de la version 36. L’une d’entre elle, appelée « meta referer », entend offrir une meilleure protection de la vie privée.

firefox36-beta-250La fondation Mozilla a toujours fait démonstration de son attachement à la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Pas d’écart prévu pour la prochaine version de Firefox, la version 36 dont les premières versions beta est déjà disponible : les premières fonctionnalités mises en avant par la Mozilla Foundation portent sur la protection de la confidentialité, et plus particulièrement sur une fonctionnalité problématique : HTTP Referer.

Cette fonction est notamment utilisée par les webmasters pour analyser le comportement de leurs utilisateurs : elle transmet à un serveur http l’adresse de provenance de l’utilisateur. Si vous êtes arrivés sur cet article grâce à un lien quelconque, le serveur http de ZDNet aura ainsi grâce à la fonction « http referer » obtenu l’adresse du lien qui vous a mené chez nous. La fonctionnalité est pratique puisqu’elle permet d’identifier les sources du trafic sur un site web.

Communication réactive chez Mozilla

Mais dans un post de blog, Sid Stamm, ingénieur en charge de la sécurité chez Mozilla, revient sur cette fonctionnalité. Celle-ci présente certains inconvénients explique-t-il : d’une part l’outil reste limité pour le tracking, mais il présente également certains risques pour la vie privée de l’internaute. Les URL peuvent en effet parfois contenir des informations sensibles.

La note de blog n’a rien d’innocente : le site américain Healthcare.gov s’est fait épingler en début de semaine pour avoir transmis de nombreuses informations personnelles privées au travers de cette fonctionnalité. Comme le rapporte Associated Press, le site via les Urls collecte tout un ensemble d’informations personnelles liées à l’utilisateur, dont son âge, ses revenus, son code postal et autres. Cette récente découverte a été largement critiquée par les associations de défense des libertés individuelles et de la vie privée, ce qui a surement poussé Mozilla à s’exprimer sur les futures améliorations de la fonctionnalité http referer.

La nouvelle fonction meta referer, qui sera inaugurée dans Firefox 36, conférera donc un meilleur contrôle sur les données transmises. Jusqu’alors, la fonctionnalité présentait un choix binaire, permettant de transférer l’intégralité de l’url ou rien du tout. Il sera maintenant possible de choisir quels éléments de l’URL sont transférés à un autre site lorsque l’utilisateur clique sur un lien.

Source : zdnet.fr

bouton_web_soutien_88x31

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Libre en Fête 2015 : découvrir le logiciel libre à l’arrivée du printemps

Posted by cercll le 13 janvier 2015

 

Pour la quinzième année consécutive, l’initiative Libre en Fête est relancée par l’April, en partenariat avec la Délégation aux usages de l’Internet et l’Agenda du Libre. Entre le vendredi 6 mars et le dimanche 12 avril 2015 inclus, dans une dynamique conviviale et festive, des événements auront lieu partout en France pour permettre au grand public de découvrir les logiciels libres. La thématique optionnelle de cette édition étant « la priorité au logiciel libre au quotidien ».

Depuis 2001, l’April invite les groupes d’utilisateurs de logiciels libres et les associations de promotion de ces logiciels à organiser, pour l’arrivée du printemps, des événements de découverte à destination du grand public. Pour 2015, l’initiative est relancée pour la quinzième année consécutive en partenariat avec la Délégation aux Usages de l’Internet.

Libre en Fête 2015 peut être notamment l’occasion pour les cyber-bases, les espaces publics numériques (EPN) et autres espaces d’initiation à l’informatique et ses enjeux, ainsi que pour les groupes d’utilisateurs de logiciels libres d’initier un partenariat régulier. Ces groupes d’utilisateurs ont pour objectif de faire découvrir le logiciel libre et ses applications au grand public à travers des actions locales. Ces actions sont non seulement complémentaires aux activités d’un espace Cyber-base ou d’un EPN mais leurs objectifs est le plus souvent intégré à leurs missions.

Les logiciels libres sont des logiciels que tout un chacun peut utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer. Au travers des événements du Libre en Fête, le grand public est invité à découvrir tous les avantages de ces logiciels : des valeurs d’entraide et de coopération, un bien commun accessible à tous favorisant le partage des connaissances, une communauté vivante prête à aider les nouveaux venus.

Une nouvelle fois, une collaboration avec l’Agenda du Libre est mise en place, cet agenda étant utilisé pour recenser tous les événements organisés dans le cadre du Libre en Fête.

Autour du 21 mars, de très nombreux événements auront donc lieu : ateliers de découverte, conférences, débats, fêtes d’installation1, projections, rencontres, etc. Le public découvrira ainsi des applications comme la suite bureautique LibreOffice.org, le lecteur multimédia VLC, le navigateur Web Mozilla Firefox, des systèmes d’exploitation (GNU/Linux, *BSD…) ou des projets tels que l’encyclopédie libre et collaborative Wikipédia, la cartographie libre collaborative OpenStreetMap et bien d’autres.

Pour cette édition 2015, les animateurs proposent aux organisateurs d’événements la thématique optionnelle de « la priorité au logiciel libre au quotidien ».

Des bannières dans divers formats sont disponibles.

Une liste de diffusion a été mise en place pour que les organisateurs d’évènements puissent échanger leurs expériences et idées. L’inscription est ouverte à tous.

Faites circuler cette annonce, merci !

bouton_web_soutien_88x31Source : april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Commentaires fermés

Nouvelle compilation de logiciels libres pour Windows

Posted by cercll le 12 janvier 2015

Une nouvelle compilation de logiciels libres pour Windows est disponible. Plus de 60 logiciels libres ont été sélectionnés dans COMPILIBRE.

Avant d’être ajouté dans la compilation, chaque logiciel a été installé sur une version originale et à jour de Windows XP Pro et de Windows 7, dans VirtualBox. Cela a permis de vérifier les dépendances (Ghostscript, Visual C++ 2008, 2010, 2012, 2013, JAVA, .NET…) en 32 ou en 64 bits, de choisir les paramètres d’installation, de vérifier le bon fonctionnement du logiciel et de connaître les paramètres indispensables avant de l’utiliser (choix de la langue par exemple). Toutes ces informations sont ajoutées dans la compilation, ce qui garantit une installation réussie des logiciels et fait gagner beaucoup de temps.

Quels sont les critères retenus dans la sélection ?

- richesse fonctionnelle ;
- licence(s) libre(s), de préférences copyleftées et compatibles avec les licences GNU ;
- compatibilité Windows, GNU/Linux, Mac OS X ;
- pérennité du logiciel : développement actif, communauté importante ;
- utilisation de langages et de bibliothèques indépendantes de Windows ;
- version française.

Les logiciels sont distribués avec l’installeur COMPILIBRE qui :

- affiche la liste des logiciels, triés par catégories ou par ordre alphabétique ;
- affiche la description de chaque logiciel ;
- permet de copier ou d’installer chaque logiciel sur son ordinateur, en suivant les instructions d’installation ;
- permet de consulter le site web de chaque logiciel ;
- affiche des documentations ou permet de les copier sur son ordinateur. Installeur

Si vous cherchez un prestataire pour une formation ou du développement de logiciel libre, la compilation inclut des annuaires des Entreprises du Numérique Libre (uniquement en Lorraine pour l’instant).

Vous pouvez acheter la compilation sur Prof Tux, ou sur Libre-Shop, en téléchargement ou sur une clé USB. Cette version sera mise à jour en permanence. Il est notamment prévu de remplacer JAVA par OpenJDK dans les logiciels distribués.

Vous pouvez aussi proposer d’autres logiciels et aider à améliorer l’installeur COMPILIBRE (programmation, graphisme, traductions…). Vous pouvez aussi faire un don, ce qui permettra de rémunérer un stagiaire en développement informatique lorsqu’il y aura assez de dons. Lors du stage, il sera notamment prévu de remplacer MySQL par SQLite ou par un autre système de stockage de données plus portable, de faciliter l’internationalisation et d’intégrer Raptor Editor.

Si vous souhaitez avoir une compilation de logiciels libres personnalisée, écrivez à david.vantyghem@free.fr. Dans l’avenir, le système ReactOS sera aussi pris en com

Source : toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés

Lutins statisticiens de WordPress

Posted by cercll le 4 janvier 2015

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 7 700 fois en 2014. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 6 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Posted in Uncategorized | Tagué: | Commentaires fermés