CERCLL

CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif Autour des Logiciels Libres

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Le smartphone Librem 5 sortira en janvier 2019

Posted by CercLL sur 18 juin 2018

Nous vous en parlions en août 2017. Le smartphone sous Linux Librem 5 a désormais une date de sortie : janvier 2019. Et un prix : 599$, soit 515€.

Purism avait lancé un pari fou, celui d’un smartphone Linux doté d’applications libres et open source, respectueux de la vie privée et des standards du web. Lancé en financement participatif, il a permis de recueillir rien moins que 2,5 millions de dollars US : 166% des fonds initialement recherchés.

Quelques mois plus tard, on apprend que l’entreprise peut confirmer la date de sortie du premier modèle. Ce sera pour janvier 2019.

Librem 5 sera le premier smartphone-écosystème entièrement dans les mains de sa communauté. Tout comme le projet eelo, Librem insiste sur les aspects logiciels libres et vie privée de ses futurs utilisateurs. Pour cela, pas question de reconstruire et d’épurer Android, l’équipe base le développement de l’OS sur la distribution communautaire Debian. Nom de baptême, PureOS.

Quelques éléments de l’interface sont déjà présentés, dont l’écran de verrouillage, la page d’accueil, le clavier virtuel et la téléphonie.

Purism prévient que le Librem veillera au chiffrement de bout en bout des communications (appels en VoIP, SMS). Un service VPN sera configuré d’origine pour surfer. Autre annonce : une fonction de « kill switch » pour l’appareil photo, le microphone, la conectivité Wi-Fi/Bluetooth et le baseband.

Le smartphone n’est pas à la portée de tous (financièrement) et ne sera, a priori, pas vendu auprès des opérateurs. Il devrait intéresser les défenseurs du Libre et ceux qui souhaitent disposer d’un terminal entièrement personnalisante et à cœur ouvert.

Les précommandes sont ouvertes.

Source toolinux.com

Publicités

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Leave a Comment »

L’Internet libre et ouvert est en danger : vous pouvez arrêter ce désastre

Posted by CercLL sur 15 juin 2018

Le 20 juin 2018 se tiendra un vote crucial au Parlement européen pour la sauvegarde d’un Internet libre et ouvert : les membres de la commission des affaires juridiques (JURI) voteront sur une version amendée, un texte dit « de compromis », de la proposition de directive sur le droit d’auteur. En effet, l’article 13 entend imposer aux plateformes d’hébergement la mise en place d’un filtrage généralisé et automatisé sur Internet des contenus que nous mettons en ligne. Vous pouvez arrêter ce désastre en demandant aux parlementaires européens de rejeter l’article 13 et en participant à la campagne Save Your Internet. On compte sur vous !

Que pouvez-vous faire ?

Ce vote est la première étape cruciale avant le vote qui devrait se tenir en séance pleinière avant la fin de l’année 2018. Le Parlement européen négociera le texte final dans le cadre d’un « trilogue » 1 avec le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne. Or la position de ces deux dernières institutions est déjà arrêtée : imposer aux plateformes d’hébergement la mise en place d’outils de censure automatique. Pour plus de détails vous pouvez vous reporter au podcast ou à la transcription de notre émission Libre à vous ! du 5 juin 2018, émission qui traite des enjeux de cette directive droit d’auteur.

Les parlementaires européens sont un des derniers leviers pour préserver un Internet libre et ouvert. Leur faire entendre nos inquiétudes et l’importance des enjeux en cause, les convaincre de notre nombre et de notre détermination, voilà comment nous pouvons les persuader de s’opposer à ce texte rétrograde.

Contacter les parlementaires européens

Pour les contacter :

Quelle que soit la méthode, l’important n’est pas d’entrer dans une démonstration technique longue et complexe. Un message personnel, simple et court, dans l’idéal suivi d’un appel, est souvent le plus efficace. N’hésitez pas non plus à relayer la campagne et à exprimer votre point de vue sur les réseaux comme Twitter ou Mastodon, en utilisant par exemple les mots clef #FixCopyright #CensorshipMachine ou #SaveYourInternet.

Quelques ressources utiles :

Participez à la campagne Save Your Internet

Article 13 et les forges de logiciel libre

Sur la question des forges de logiciel libre plus spécifiquement, la commission JURI semble avoir fait un pas dans le bon sens en les excluant du champ d’application de l’article 13, qu’elles soient ou non à but lucratif. Mais rien n’est encore voté ! Pour construire un rapport de force favorable et assurer cette avancée, vous pouvez signer la lettre ouverte de la campagne « Save code share » : sauvons le partage de code.

Signez la lettre ouverte

Si on peut se réjouir de cette amélioration, obtenue suite à une intense mobilisation et au travail de parlementaires européens, on ne peut pour autant pas s’en satisfaire : l’empilement d’exeptions n’est pas une solution viable et fait de ce texte une véritable « usine à gaz » juridique. De plus il s’agit d’une mesure disproportionnée mettant en danger la liberté d’expression. Le filtrage automatisé des contenus doit être intégralement rejeté. Et comme le dit Julia Reda, eurodéputée et membre de la commission JURI, sur son site (en anglais) : chaque voix compte !

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le suivi à long terme de Debian 7 touche à sa fin

Posted by CercLL sur 14 juin 2018

L’équipe du suivi à long terme (LTS) de Debian a confirmé il y a quelques jours que la prise en charge de Debian 7 (Wheezy) a atteint sa fin de vie, cinq ans après sa publication initiale le 4 mai 2013.

Debian ne fournira plus désormais de mises à jour de sécurité pour Debian 7. Un sous-ensemble de paquets de Wheezy sera pris en charge par des intervenants extérieurs. Vous trouverez des informations détaillées sur la page Extended LTS.

L’équipe LTS préparera la transition vers Debian 8 « Jessie » qui est la distribution oldstable actuelle. L’équipe LTS prendra le relais de l’équipe en charge de la sécurité pour le suivi dès le 17 juin 2018.

Debian 8 recevra aussi un suivi à long terme de cinq ans à compter de sa publication initiale et qui prendra fin le 30 juin 2020. Les architectures prises en charges comprennent amd64, i386, armel et armhf.

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

Mozilla : le projet Common Voice va bientôt parler français

Posted by CercLL sur 8 juin 2018

Un peu moins d’un an après l’anglais, le français s’incruste dans le projet de synthèse vocale libre de la Fondation Mozilla. Common Voice en VF n’attend plus que vous.

Nous vous en parlions en août 2017. Common Voice est un projet lancé par Mozilla pour favoriser la reconnaissance vocale… libre en faisant participer le plus grand nombre d’origines et de variétés à l’intérieur des langues supportées.

Cette solution de synthèse vocale libre à destination des développeurs prend la forme d’une base de données mise à disposition de la communauté sous une licence CC. Tous les profils sont recherchés pour optimiser la base de données d’accents.

Après l’anglais, place au français

Le blog de Mozilla vient d’annoncer le lancement de Common Voice dans 3 nouvelles langues et nous en faisons partie : le français, le gaélique et l’allemand. Plus de 40 autres langues devraient suivre. À titre de comparaison, Firefox est aujourd’hui proposé dans 90 langues.

Peu importe votre origine ou votre accent, si vous êtes francophone, rendez-vous sur le site officiel pour participer à la…. Voix Commune en VF.

Le site web

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Leave a Comment »

RMLL 2018 Appel à dons !

Posted by CercLL sur 6 juin 2018

Bonjour à tous,

Avant tout, nous vous remercions pour le soutien que vous nous apportez depuis ces derniers mois.

C’est avec un certain dépit que nous apprenions, ce lundi 4 juin, le retour négatif de l’Agence Erasmus+ concernant notre demande de financement dans le cadre du partenariat stratégique « Coopération pour l’innovation et l’échange de bonnes pratiques ».

Pour information, nous avions proposé un programme de 6 mois (à compter du 1er juin 2018), comprenant les RMLL 2018 et ayant pour titre « Éducation numérique : fabrique de la captivité ou nouvelle émancipation ? ». Ce programme, mené en partenariat avec la FSFE, comprenait entre autres un ensemble de restitutions, synthétisant les interventions recueillies sur le sujet. Ainsi, et avec l’appui du Bureau Europe Créative, il nous semblait évident que notre proposition correspondait aux attentes du partenariat stratégique visé. En dépit de cela et de tous nos efforts pour nous assurer de la conformité de notre dossier, notre demande a été qualifiée comme “inéligible”, sans aucune précision de l’Agence, ni réponse téléphonique, malgré tous nos appels et mails depuis plusieurs mois.

C’est donc la somme de 60 000 € que nous voyons seulement maintenant officiellement rayée de notre plan de trésorerie. Il est à noter qu’actuellement, nous disposons d’environ 35 000 € en mains, grâce à la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg, ainsi qu’aux associations Lilo, les Mongueurs de Perl et d’autres encore à confirmer. Nous avons également reçu un précieux soutien de l’Université, qui accepte gracieusement de prendre à sa charge quelques dépenses. Malgré cela, notre budget prévisionnel reste déficitaire et bien en-deçà de celui des éditions précédentes (majoritairement aux alentours de 100 000 €, sauf exceptions).

Rassurez-vous, nous nous sommes assurés que les RMLL 2018 pourront tout de même se tenir avec ce budget restreint. Cela ne suffira donc pas à nous décourager et nous continuerons d’avancer, la tête haute, toutefois en vous rappelant avec d’autant plus de vigueur, notre appel à dons ! Celui-ci nous permettra d’assurer correctement la venue et l’accueil de nos 200 intervenants et bénévoles, eux-aussi bien déterminés et motivés pour les RMLL 2018.

Pour participer à cet appel à dons, la démarche est simple puisque nous mettons à votre disposition notre RIB sur la page dédiée de notre site, grâce auquel vous pourrez effectuer un virement de la somme désirée. Nous nous rendrons évidemment disponible pour éditer avec vous tout justificatif nécessaire et afficher votre participation sur notre site internet si souhaité, ou encore discuter d’autres modalités.

Merci de faire circuler l’information sur vos réseaux !

Librement,

L’équipe RMLL 2018

https://2018.rmll.info/

Posted in Uncategorized | Tagué: , | Leave a Comment »

La Quadrature du Net traine Amazon, Apple, Facebook, Google et LinkedIn devant la CNIL

Posted by CercLL sur 29 mai 2018

La Quadrature du Net a mis ses menaces à exécution. Elle vient d’initier cinq actions collectives contre Facebook, Google, Apple, Amazon et LinkedIn, en représentation de milliers de personnes. Socle commun ? Le défaut de conformité au RGPD, tout juste entré en application.

Quelques heures seulement après la mise en application du règlement européen sur les données personnelles, l’ONG Noyb.eu, fondée par Max Schrems, a attaqué plusieurs plateformes en ligne. En substance, celui qui a déjà fait tomber l’accord Safe Harbor entre la Commission européenne et les États-Unis, dénonce le « tout ou rien » de leurs conditions générales d’utilisation.

Une stratégie qui serait imposée par Google, Instagram, WhatsApp et Facebook pour contraindre l’utilisateur d’accepter bon nombre de traitements de données personnelles, sans ventilation ni détails.

L’une de ces procédures a été initiée devant la CNIL à l’encontre des CGU Google et Android. Mais celle-ci a désormais un autre chantier sur la rampe. C’est celui que vient de lancer la Quadrature du Net, annoncé pas plus tard que le 16 avril dernier.

Le mode opératoire est différent puisque l’organisation s’appuie sur l’article 80 du RGPD. Cette disposition instaure une action collective en cas de violation des données personnelles. L’idée est simple : des particuliers mandatent une association active dans le domaine de la protection afin d’être représentés.

La Quadrature a activé cette disposition en déposant une réclamation contre Facebook,  à la demande de 10 590 personnes, Google (9 973 personnes), Apple (6 880), Amazon Europe (10 065) et LinkedIn (8 540). Qu’est-il reproché à chacun de ces responsables de traitement ?

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , , , , | Commentaires fermés sur La Quadrature du Net traine Amazon, Apple, Facebook, Google et LinkedIn devant la CNIL

Pourquoi défendre le logiciel libre – Véronique Bonnet

Posted by CercLL sur 28 mai 2018

Véronique Bonnet

Logo France Culture

Titre : Pourquoi défendre le logiciel libre ?
Intervenantes : Véronique Bonnet – Emmanuelle Huisman Perrin
Lieu : France Culture – Émission « Divers aspects de la pensée contemporaine »
Date : mai 2018
Durée : 18 min
Écouter ou télécharger le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustrations : Sac 20 ans de l’April, Licence Art Libre 1.3 ou ultérieure ; Logo France Culture Wikipédia.
NB : transcription réalisée par nos soins. Les positions exprimées sont celles des intervenants et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

Description

Comment promouvoir une informatique plus libre et plus indépendante des GAFAM, ces sociétés qui se nourrissent de nos données? Comment garantir une réelle liberté d’expression et une vraie indépendance politique ? Une émission proposée par l’Union rationaliste.

Transcription

« Divers aspects de la pensée contemporaine » aujourd’hui l’Union rationaliste, une émission proposée par Emmanuelle Huisman Perrin.

Emmanuelle Huisman Perrin : Véronique Bonnet, bonjour. Vous êtes professeur de philosophie en classes préparatoires au lycée Janson de Sailly et depuis longtemps vous réfléchissez et militez pour promouvoir une informatique plus libre et plus indépendante des GAFAM – acronyme, je le rappelle, pour Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft –, ces sociétés privées qui se nourrissent de nos données, ce que j’appelle personnellement les données volées, parce que vous pensez que l’indépendance vis-à-vis des moyens scientifiques et techniques est le garant d’une réelle liberté d’expression et d’une vraie indépendance politique.

Vous êtes donc vice-présidente de l’April, dont j’ignore si les auditeurs de France Culture connaissent l’existence, acronyme pour dire l’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre. La question de la protection et de l’utilisation inappropriée de nos données est d’une actualité brûlante à l’heure où Mark Zuckerberg a présenté toutes ses excuses aux utilisateurs de Facebook pour l’insuffisance de protection des données, et au moment où la réglementation européenne de protection1 va être appliquée en Europe au cours de ce mois de mai.

Je voudrais que vous expliquiez aux auditeurs de France Culture quand vous avez choisi de vous engager contre ce que vous appelez, en formulant un joli adage quasi cartésien, « la servitude qui s’avance masquée », et pourquoi vous avez choisi de vous engager à l’April, Véronique Bonnet ?

Véronique Bonnet : J’ai toujours été très attachée à la philosophie des Lumières et il se trouve qu’il y a cinq ans, j’ai découvert le potentiel de lumière du logiciel libre, au sens où c’est une proposition contemporaine qui donne à la raison, à l’autonomie, sa place, en la nourrissant, en lui permettant d’être partagée, d’être publiée et de produire des œuvres de l’esprit, de produire des formes qui vont être diffusées, qui vont être copiées, améliorées et qui vont permettre à la communauté libriste de manifester peut-être ce que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen appelait cette possibilité la plus précieuse de l’être humain de diffuser sa pensée, de parler, d’imprimer ; et nous y sommes.

Pourquoi l’April ? Pourquoi suis-je entrée à l’April ? Parce que cette servitude qui s’avance masquée – alors en effet on peut penser à Descartes, « je m’avance masqué ».

Emmanuelle Huisman Perrin : Larvatus prodeo.

Véronique Bonnet : Absolument. On peut penser à La Boétie, au Discours de la servitude volontaire  ; La Boétie qui montre à quel point les tyrans sucrent la servitude, ce que font exactement les GAFAM, parce que ce sont des compagnies qui se présentent comme conviviales, qui se présentent comme facilitatrices de l’existence, alors que, comme vous l’avez dit, les données sont siphonnées, elles sont ensuite commercialisées d’une façon tout à fait indue. Et il me semble que l’April c’est, pour l’espace francophone, l’association qui est la plus rigoureuse, la plus tenace en matière de suivi des dossiers nationaux, européens et même internationaux. Et c’est vrai qu’il y a à l’April un travail de veille qui est remarquablement effectué par notre délégué général, Frédéric Couchet, et les trois autres permanents. Nous avons plus de 4 000 adhérents dont des personnes morales, par exemple la Ville de Paris, Toulouse, Grenoble ; nous avons des régions qui sont adhérentes de l’April, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes ; nous avons des syndicats, des syndicats enseignants, parce que c’est vrai que les syndicats enseignants sont assez inquiets de la formation de ces futurs internautes que sont leurs élèves.

Emmanuelle Huisman Perrin : Très bien. Très clair. Il me semble que l’April, votre association, l’association dont vous êtes vice-présidente, va dans deux directions. Un, la dénonciation des procédures qui conduisent au vol, au siphonnage de nos données, sans que nous en soyons toujours clairement conscients, et la recommandation de la prudence par rapport aux applications utilisées par les internautes, car, je vous cite : « On ne voit plus les verrous qui sous-tendent les logiciels, ni le profilage qu’ils effectuent, ni le dépeçage des données qu’ils opèrent. » Est-ce bien cela les deux orientations principales de l’April ?

Véronique Bonnet : Je dirais deux directions parmi beaucoup.

Emmanuelle Huisman Perrin : Oui.

Véronique Bonnet : Puisque le corps de métier de l’April, donc pour l’espace francophone, c’est la promotion, la défense du logiciel libre en fonction, évidemment, des contextes nouveaux qui se présentent, selon les projets de loi nationaux, européens ; selon les discussions d’accords internationaux, je pense à CETA [Comprehensive Economic and Trade Agreement] et à TAFTA [Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement] par exemple.

Peut-être faudrait-il que je précise ce qu’il en est du logiciel libre, de l’informatique libre. Je dirais que l’acte de naissance c’était aux États-Unis. Il y a un programmeur, mathématicien, qui s’appelle Richard Stallman, c’était en 1983, qui s’est heurté à ce que j’appellerais l’irrationalité de la mise sous licence systématique qui l’avait même empêché de réparer une imprimante. Ça c’est le comble, il veut réparer une imprimante…

Emmanuelle Huisman Perrin : Il ne peut pas !

Véronique Bonnet : Comme cette imprimante est sous copyright, la société Xerox lui dit qu’elle ne livrera pas le code source et là, il décide de fédérer autour de lui des programmeurs pour écrire du code et il prend la précaution très, très vite de mettre ce code sous licence libre, ce qu’on appelle un copyleftcopyleft c’est l’envers du copyright – et donc c’est le fameux projet GNU, qui va trouver en 96, date de naissance de l’April en France, c’est à Saint-Denis, c’est à l’université de Paris 8, qui va trouver un groupe de cofondateurs qui vont donc essayer de défendre ce qu’on appelle les quatre libertés du logiciel libre, c’est-à-dire pouvoir étudier le code, réparer – ça n’a pas été possible pour Richard Stallman –, copier le code source, améliorer, distribuer.

Pour ceux d’entre nous qui ne savent pas ce que c’est qu’un code source, c’est tout simplement une recette de logiciel, le logiciel qui va donc exécuter telle fonction ou telle fonction.

Emmanuelle Huisman Perrin : Faire en sorte qu’il y ait comme une démocratie informatique et non pas une captation du pouvoir par les GAFAM ?

Véronique Bonnet : Je crois que c’est exactement ça. C’est-à-dire que la plupart du temps, avec l’informatique propriétaire, l’informatique non libre qui s’avance masquée, d’une façon très indue, qui prend nos données, on s’aperçoit qu’en réalité l’utilisateur est davantage le moyen que la fin. C’est-à-dire que c’est davantage son ordinateur qui fait de lui une source à données alors que lui devrait évidemment en avoir la maîtrise.

Emmanuelle Huisman Perrin : Je pose ici une question à l’éducatrice que je suis et que vous êtes aussi, comment faire entendre aux enfants, aux jeunes gens et aux jeunes filles, qui piratent de la musique, des films, des séries, sans peut-être en avoir pleine conscience, que ces gestes-là sont catastrophiques par rapport aux créateurs, aux musiciens, aux artistes ? Et comment expliquer cette illusion de la gratuité dans laquelle, au fond, tous les internautes se bercent ?

Véronique Bonnet : Je suis également éducatrice. J’emploierai exactement votre adjectif. Je trouve catastrophique que les très jeunes – on peut même dire enfants, pas seulement ados – qui fréquentent les réseaux sociaux se voient comme privés de toute intimité. Il y a aussi un piratage indu de leurs données.

Emmanuelle Huisman Perrin : De la vie privée.

Véronique Bonnet : Un stockage des détails de leur vie et je dirais qu’il est déjà très difficile de sensibiliser les adultes à cette question de la captation des données, encore plus difficile pour les enfants. Mais évidemment, cette sensibilisation est un des axes auxquels s’emploie l’April.

Pour revenir à cette question qui est dans votre axe, que vous m’avez proposée, la question du téléchargement en peer to peer que vous évoquez. C’est vrai que l’économie des biens culturels est actuellement à un tournant au sens où la numérisation de ces biens culturels fait qu’on est passé d’une économie de biens matériels rivaux, avec les livres, avec les films, qui coûtent beaucoup d’argent à produire, à distribuer, à acheminer, vers des biens immatériels qui sont non rivaux : ça ne coûte quasiment rien – bon ! un petit peu de bande passante – de dupliquer des textes, des films, les séries dont vous parlez. Et il est certain que, progressivement, on doit non seulement trouver une solution de rémunération en phase avec cette économie des créateurs, ça existe – il y a par exemple quelque chose qui s’appelle Flattr2, ou vous avez une autre solution qui s’appelle Liberapay – puisqu’on essaye de responsabiliser à l’April les utilisateurs – et, en même temps, c’est vrai qu’il y a de plus en plus de plateformes d’œuvres qui ont accédé au domaine public ; je pense à Wikisource3 — je sais que j’envoie régulièrement mes étudiants lire les philosophes sur Wikisource ; vous avez Wikipédia qui donne lieu à un contrôle extrêmement strict, à des discussions extrêmement strictes pour qu’un article se trouve admis. Et je me référerai volontiers à ce que disait Victor Hugo dans son discours inaugural de la Conférence littéraire internationale, à savoir : « Le livre appartient à l’auteur, absolument, indéniablement ; il faut que le travail de conception soit reconnu et rémunéré, mais en même temps la pensée appartient à l’humanité ».

Emmanuelle Huisman Perrin : En dehors des actions pratiques de l’April, vous êtes aussi une théoricienne du Net, Véronique Bonnet, et vous montrez comment la réflexion d’Hannah Arendt ou de Michel Foucault sont intéressantes pour penser ce nouvel espace qu’est le Net. Pourriez-vous donner deux exemples aux auditeurs de France Culture, je propose ce sur quoi vous réfléchissez en matière de vie privée ou peut-être en terme foucaldien d’hétérotopie.

Véronique Bonnet : Je précise déjà que Hannah Arendt et Michel Foucault ont évidemment rédigé des textes qui sont pré-numériques.

Emmanuelle Huisman Perrin : Antérieurs, oui.

Véronique Bonnet : Qui sont antérieurs, mais qui, c’est vrai, proposent des modèles, proposent des schémas, pour essayer d’affronter les questions contemporaines. Je pense chez Hannah Arendt à un texte de Human Condition, ce qui a été traduit par la Condition de l’homme moderne, lorsqu’elle dit par exemple que lorsqu’une génération vient au monde, il faut absolument, pour qu’elle puisse s’humaniser, qu’elle trouve à sa disposition comme une table autour de laquelle s’asseoir – alors une table qui représente toutes les élaborations culturelles, musicales, picturales –, donc qui l’accueille lorsqu’elle vient au monde et ce qu’elle va laisser à sa mort, en l’ayant enrichi, en l’ayant élargi. Et c’est vrai que Hannah Arendt craint deux formes de dysfonctionnement : une forme où les êtres seraient trop proches les uns des autres, là je pense aux réseaux sociaux.

Emmanuelle Huisman Perrin : Une fusionnalité.

Véronique Bonnet : Voilà, une forme d’hystérie collective, je dirais, et autre forme qui est le totalitarisme qui va balayer des pans entiers de la culture. Et c’est vrai que l’April a été très alertée lorsque par exemple aux États-Unis on a parlé d’en finir avec la neutralité de l’Internet, comme s’il pouvait y avoir l’Internet à deux vitesses, pour ceux qui ont des visées strictement économiques et ceux qui ont des visées culturelles.

Et j’en profite pour dire que dans le logiciel libre, c’est vrai qu’il y a deux versants : un versant qui va être plus libéral, qu’on appelle l’open source, avec l’idée que plus le code est ouvert, plus il y a d’utilisateurs, plus il y a de rapports de bugs, plus un logiciel est performant ; là on est dans la performance ; alors que le logiciel libre que défend l’April et qu’essaie de promouvoir l’April c’est ce qu’on appelle le free software, alors pas free au sens de gratuit.

Emmanuelle Huisman Perrin : Illusion de la gratuité dénoncée.

Véronique Bonnet : Voilà, illusion de la gratuité, au sens du free speech, et là j’en viens à ce que Foucault appelle l’hétérotopie4 ; il dit : « Dans les civilisations sans bateau, les rêves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure et la police les corsaires. » Ce contre quoi l’April met en œuvre aussi bien ses forces de proposition que sa veille qui, je crois, est très rigoureuse et tenace : ça serait arriver à une fréquentation numérique qui soit dans cette froideur technologique violente qu’on appelle la gouvernementalité5, qu’on appelle le soft power, c’est-à-dire que les humains sont dans des fonctionnements, dans des trajectoires qui leur sont imposées, dans une forme de panoptique qui les dépossède totalement de toute possibilité de faire un pas de côté ou d’aller chercher ce que Foucault appelle une ligne de fuite.

Emmanuelle Huisman Perrin : Il me semble que, Véronique Bonnet, vous avez tenté de montrer dans le cours de cette émission que construire une société qui peut utiliser des logiciels libres et des œuvres qui peuvent aussi être libres de droit, c’est un bon moyen de défendre la raison.

Véronique Bonnet : Je dirais qu’une telle société ne se décrète pas. Il faut sensibiliser ; c’est ce à quoi s’attache l’April, et je dirais que le logiciel libre est non seulement rationnel au sens de sa performance, mais raisonnable. Pourquoi ? Parce qu’il permet de jouer collectif, de faire société, de faire humanité.

Emmanuelle Huisman Perrin : C’est sur ces derniers mots que nous allons clore cette émission. Véronique Bonnet, je vous remercie.

Je remercie Guillaume Le Du et Dany Journo qui ont rendu possible cette émission. Je renvoie les auditeurs de France Culture au site de l’Union rationaliste6 où ils pourront voir nos différentes publications et où ils pourront aussi nous contacter et pourquoi pas nous rejoindre. Je vous dis au mois prochain.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Pourquoi défendre le logiciel libre – Véronique Bonnet

Émission « Libre à vous » sur radio Cause Commune (mai 2018)

Posted by CercLL sur 28 mai 2018

La première émission Libre à vous ! de l’April sera diffusée sur radio « Cause Commune » sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur le site web de la radio mardi 29 mai 2018 de 15h30 à 17h00.

Photo d'illustration de l'émission

Les ambitions de l’émission Libre à vous !

La radio « Cause commune » a commencé à émettre fin 2017 sur la bande FM en région parisienne (93.1) et sur Internet. Sur le site de la radio on lit : « Radio associative et citoyenne, les missions de Cause Commune sont de fédérer toutes les initiatives autour du partage et de l’échange de savoirs, de cultures et de techniques ».

Nous avons proposé de tenir une émission April intitulée Libre à Vous ! d’explications et d’échanges concernant les dossiers politiques et juridiques que l’association traite et les actions qu’elle mène. Une partie de l’émission sera également consacrée aux actualités et actions de type sensibilisation. L’émission Libre à vous ! sera principalement animée par l’équipe salariée de l’April mais aussi par des membres bénévoles de l’association et des personnes invitées. Donner à chacun et chacune, de manière simple et accessible, les clefs pour comprendre les enjeux mais aussi proposer des moyens d’action, tel est l’objectif de cette émission mensuelle qui sera diffusée en direct chaque 1er mardi du mois de 15h30 à 17h00.

Émission du mardi 29 mai 2018 de 15h30 à 17h00

Exceptionnellement la 1ère émission a été enregistrée dans les conditions du direct et sera diffusée mardi 29 mai de 15h30 à 17h00. Le principal dossier qui sera abordé est l’Open Bar Microsoft/Défense. Avant d’aborder ce dossier, il sera question de logiciel libre, de notre slogan « priorité au logiciel libre » au niveau individuel et collectif, du groupe de travail Sensibilisation de l’April et de moyens de découvrir concrètement le logiciel libre. Nous avons eu le plaisir de recueillir les propos de Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français de l’étranger, des Français du monde et des Français établis hors de France, Secrétaire de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et d’avoir la participation de Marc Rees, rédacteur en chef de Next INpact, par téléphone.

La seconde émission sera diffusée en direct mardi 5 juin 2018 de 15h30 à 17h00.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Émission « Libre à vous » sur radio Cause Commune (mai 2018)

Montréal précise son engagement pour le logiciel libre

Posted by CercLL sur 22 mai 2018

La métropole canadienne précise son choix de modernisation avec les logiciels libres, « plus adaptables aux besoins réels d’une organisation comme la nôtre ».

Le parti politique municipal Projet Montréal (gauche) a remporté en novembre 2017 la mairie de la métropole québécoise (portant à la tête de la municipalité pour la première fois une femme, Valérie Plante). Projet Montréal est engagé de longue date en faveur des logiciels libres – dans son programme en 2009, comme en 2013, figurait « faire de Montréal la capitale du logiciel libre en Amérique du Nord ».

En janvier, la nouvelle mairie a mis en avant son objectif de modernisation du parc informatique en misant sur le logiciel libre.

« Investir dans les solutions libres »

La semaine dernière, François Croteau, maire d’arrondissement et membre du comité exécutif (l’organe qui dirige la municipalité, où il est responsable de la ville intelligente, des technologies de l’information et de l’innovation) de la Ville de Montréal, a présenté la politique de la métropole en la matière. Elle doit la libérer de ce qu’il qualifie de « menottage informatique ». Le journal Metro rapporte que « dans tous ses prochains appels d’offres de logiciels, la Ville s’engage à privilégier l’achat de logiciels libres au détriment de logiciels commerciaux qui imposent des licences limitées sur plusieurs années ».

« Au départ, des ressources financières devront être investies pour faire le transfert vers le logiciel libre. ‘Il faut se donner une expertise en programmation. On ne peut pas profiter de ce type de logiciels sans participer à leur élaboration, alors il faut investir dans les solutions libres. Il y aura un gain à terme’, a avancé M. Croteau. L’ouverture aux logiciels libres va aussi permettre à la Ville de collaborer avec d’autres municipalités du Canada, voir du monde. Un logiciel libre peut, par définition, se partager et être enrichi par ses utilisateurs, et ce, gratuitement. »

Le site québécois Direction informatique note que « la Ville participera à la communauté du libre notamment en publiant des développements informatiques sur une page GitHub.
Cette politique précise aussi que la Ville de Montréal s’engage à ‘considérer systématiquement les solutions proposées par l’industrie du libre pour tous les remplacements ou développements de logiciels et de matériel’, ainsi qu’à ‘fonder son choix d’utiliser un logiciel ou du matériel libre en fonction de sa capacité de répondre aux besoins d’affaires, aux critères technologiques et à ceux de sécurité, ainsi qu’à des critères spécifiques à l’industrie du libre’. »

Important renouvellement informatique en cours

Comme signalé dans ce blog en janvier, « l’informatique à la mairie de Montréal a connu de fortes turbulences, avec l’emprisonnement en 2009 pour fraude d’un des gestionnaires du département. En 2016 ce dernier était qualifié de ‘shop informatique de bas niveau’ par le vérificateur général de la Ville.

En octobre 2016, rapportait le Journal de Québec, il était annoncé que 20% du personnel serait renouvelé; ‘115 postes d’informaticien à temps plein sont ouverts depuis début octobre et plus d’une dizaine d’autres ont déjà été octroyés’, écrivait alors le média québécois. Il indiquait que le département employait 600 personnes, avec un budget annuel de 70,7 millions de dollars canadiens (65 millions d’euros). »

Interviewé par Bruno Guglielminetti (audio là – à 10 min 30 pour cette partie), François Croteau souligne: « La nature même du Libre fait qu’ils [les logiciels libres] sont plus adaptables aux besoins réels d’une organisation comme la nôtre. »

Et il relève que l’informatique de la mairie de Montréal comptait un « taux de désuétude de 90% » et a donc des renouvellements en cours, par exemple en bureautique (il cite l’emploi actuel de Lotus Note à la mairie). S’il ne veut pas donner de chiffres d’économie à venir, même s’il en prévoit, François Croteau donne en exemple Vancouver, engagé dans la voie du Libre depuis près d’une décennie, et qui en recueille les fruits.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Montréal précise son engagement pour le logiciel libre

Ubuntu 18.04 et Windows 10, la distribution Linux débarque sur le Windows Store

Posted by CercLL sur 17 mai 2018

 

La dernière évolution de la distribution Linux Ubuntu, Ubuntu 18.04 est désormais disponible sur le Microsoft Store.

Les utilisateurs adeptes du WSL (Windows Subsystem for Linux) peuvent désormais télécharger Ubuntu 18.04 à partir de Microsoft Store. Cette version a été officiellement annoncée en début de mois. Il s’agit de la deuxième évolution d’Ubuntu disponible de cette manière. Elle est proposée aux côtés d’Ubuntu 16.04 et ne vient pas remplacer l’existant. L’ingénieur Microsoft Tara Raj explique que la raison est à chercher du côté du support à long terme proposé par Canonical.

En clair, tant qu’une version d’Ubuntu est prise en charge par Canonical, elle continuera à être proposée au travers du Microsoft Store. Il est ainsi souligné

« Les applications Ubuntu que vous voyez dans le magasin sont publiées par Canonical. Nous collaborons avec eux pour publier les applications et les tester sur le WSL. Selon le calendrier LTS de Canonical, Ubuntu 16.04 et 18.04 sont supportés pendant 3 ans »

Ubuntu 18.04 et Windows 10

Ubuntu 18.04 peut également être installé sur le Windows Subsystem pour Linux de Windows 10. A noter que la version ARM de Windows 10 prend également en charge la distribution.  Aucune modification n’est nécessaire. Il suffit simplement de télécharger la distribution à partir du Microsoft Store sur un périphérique ARM.

La distribution Ubuntu 18.04 est disponible en téléchargement sur le Microsoft Store.

Enfin dans le cas de Windows 10 et le mode S, anciennement nommé Windows 10 S, l’opération n’est pas possible.

Source ginjfo.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Ubuntu 18.04 et Windows 10, la distribution Linux débarque sur le Windows Store

Firefox 60 : le navigateur veut convaincre les entreprises

Posted by CercLL sur 16 mai 2018

Mozilla a mis à jour son navigateur dans sa version 60 et met en avant le support des stratégies de groupe afin de convaincre les entreprises de passer sur cette version.

Firefox a présenté cette semaine sa nouvelle version de son navigateur, Firefox 60 qui correspond à une version bénéficiant du support étendu. Cela signifie que les utilisateurs de cette version de Firefox continueront de recevoir des mises à jour de sécurité pendant une période de temps plus longue que les versions traditionnelles de Firefox. Ces versions bénéficiant d’un support étendu sont particulièrement utiles pour les entreprises et organisations qui souhaitent disposer d’une version à jour, mais qui préfèrent généralement éviter de changer trop fréquemment de version afin d’éviter les problèmes de stabilité et de compatibilité.

Mozilla en a d’ailleurs bien conscience et profite de l’annonce de cette version pour mettre en avant le support des stratégies de groupe, introduit au sein de cette version 60 de Firefox. Comme l’explique Ryan Pollock dans un post de blog : « Firefox Quantum est maintenant prêt pour les services IT. »

Le support des stratégies de groupe permet en effet de déployer des installations de Firefox sur de nombreux postes de travail et de régler l’ensemble de leurs paramètres et autorisations depuis la console d’administration. Les changements sont répercutés sur l’ensemble des instances de Firefox des machines répertoriées via Active Directory, ce qui permet de régler assez finement les permissions et paramètres de chaque installation.

Pour les administrateurs qui n’ont pas recours à Active Directory, il est également possible d’avoir recours à un fichier au format JSON afin d’appliquer les paramètres à l’ensemble d’un parc de machine.

Quantum en support étendu

Cette nouvelle version 60 embarque notamment les améliorations apportées par Firefox sur son moteur : elle signe donc le passage officiel aux webextensions pour les versions bénéficiant du support étendu, ainsi que l’arrivée du nouveau moteur Quantum qui améliore les performances du navigateur en profitant de la parallélisation et des processus multiples.

Outre ces améliorations, Firefox 60 introduit également le support du standard WebAuthn, un nouveau standard web qui permet à un utilisateur disposant d’une clef USB physique pour l’authentification sur le web. Ces clefs, telles que celles proposées par Yubikey, permettent de mettre en place une authentification à double facteur et d’améliorer la sécurité des comptes.

Des options de personnalisations de la page d’accueil sont également disponibles, ainsi que des améliorations sur les appels audio et la gestion de la caméra.

Source zdnet.fr

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur Firefox 60 : le navigateur veut convaincre les entreprises

Question du sénateur Ouzoulias – Débat sur l’Union européenne face aux défis de la compétitivité, de l’innovation, du numérique et de l’intelligence artificielle

Posted by CercLL sur 14 mai 2018

Pierre Ouzoulias

Titre : Débat sur l’Union européenne face aux défis de la compétitivité, de l’innovation, du numérique et de l’intelligence artificielle – Question du sénateur Ouzoulias
Intervenants : Pierre Ouzoulias, sénateur – Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances – Philippe Dallier, vice-président du Sénat
Lieu : Sénat
Date : 9 mai 2018, après-midi
Durée : 4 min 48
Visionner l’extrait la vidéo
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Capture d’écran de la vidéo
NB : transcription réalisée par nos soins. Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

Transcription

Philippe Dallier, président : La parole est à monsieur Pierre Ouzoulias pour le groupe CRCE. Deux minutes cher collègue.

Pierre Ouzoulias, sénateur : Merci monsieur le président, madame la ministre, chers collègues. Le développement des technologies, qui transforment en données numériques nos comportements et nos relations avec les entreprises et les administrations, nous impose de veiller avec la plus grande vigilance à la défense des libertés individuelles. Par la voix du président de la République, votre gouvernement a pris des engagements dans ce domaine, notamment en garantissant aux citoyens l’impossibilité d’une automatisation complète des décisions individuelles prises par l’administration. Je rappelle que la directive européenne relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel nous y oblige.

Lors de la discussion au Sénat du projet de loi ayant pour objet sa transposition, notre haute assemblée, à l’unanimité, a été troublée par les libertés prises par votre gouvernement avec les principes forts de la directive, notamment en ce qui concerne la dérogation accordée aux établissements universitaires de mettre en œuvre des traitements automatisés des informations personnelles collectées par la plateforme Parcoursup.

Un grand quotidien du soir vient d’apporter les preuves à ce que le Sénat soupçonnait : ces traitements sont massifs et certaines d’universités utilisent même des logiciels de classement automatique des dossiers ex-æquo qui leur sont fournis par votre gouvernement. Le 12 avril dernier, le Sénat, à l’unanimité je le répète, sur proposition de sa commission des lois et de sa rapporteur madame Sophie Joissains, a défendu une rédaction de ce texte qui protège les droits individuels conformément à l’esprit de la directive européenne.

Madame la ministre, ma question est simple : lors de la lecture définitive de ce texte à l’Assemblée nationale, votre gouvernement va-t-il de nouveau s’opposer à la position du Sénat ? Merci.

Philippe Dallier, président : Madame la ministre.

Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances : Merci monsieur le président. Monsieur le sénateur, vous vous inquiétez dont la façon dont le gouvernement transcrit la directive sur la protection des données personnelles. Je veux tout d’abord rappeler que cette directive s’inscrit dans une approche européenne qui est absolument unique et qui a un caractère très précurseur dans le monde. On s’en rend compte avec les scandales et les débats qui ont lieu actuellement autour, justement, de l’utilisation des données personnelles par les grandes plateformes. Et je pense que cette approche, qui doit encore, disons, faire ses preuves à l’utilisation, a quand même ce caractère très novateur et très exemplaire qui nous est, aujourd’hui, reconnu partout dans le monde. Ce sera sur cette base que l’Europe pourra construire son approche, son modèle protecteur de ses valeurs, qui va lui permettre de peser et d’être plus influente dans le développement de l’utilisation de ces technologies. Donc c’est un cadre et un élément-clé qui me semble, au contraire, extrêmement positif et extrêmement favorable au développement des technologies du type intelligence artificielle en Europe et protecteur pour l’utilisation de ces technologies.

Et s’agissant très spécifiquement de Parcoursup, le gouvernement a bien indiqué quels étaient les avantages de Parcoursup par rapport au système qui préexistait et a été extrêmement clair sur le fait qu’on serait transparents et qu’il n’y aurait pas de dérives. Donc je pense que sur ce point les préoccupations qui ont été exprimées sont entendues. Je vous remercie.

Philippe Dallier, président : Trente-six secondes pour répliquer.

Pierre Ouzoulias, sénateur : J’ai bien compris vos deux engagements. Donc vous êtes d’accord avec la position du Sénat, ce dont je me félicite. Vous allez donc mettre en œuvre, pour la dernière lecture de cette loi à l’Assemblée nationale, une transposition de l’esprit même de la directive, ce que vous réclame le Sénat. Et par ailleurs, vous venez de prendre l’engagement ici, ferme, de la publicité des algorithmes de Parcoursup et de ceux de l’université, ce que le Sénat vous réclame aussi. Donc pour ces deux engagements fermes, merci madame la ministre.

Source april.org

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Question du sénateur Ouzoulias – Débat sur l’Union européenne face aux défis de la compétitivité, de l’innovation, du numérique et de l’intelligence artificielle

GEGL, le nouveau moteur de GIMP 2.10

Posted by CercLL sur 14 mai 2018

Le logiciel open source de retouche en aura mis du temps pour arriver à cette mise à niveau essentielle. Après six ans de développement, le résultat est remarquable.

 

L’application GIMP assure enfin le support du format RAW via Raw Therapee ou le désormais incontournable Darktable. La principale nouveauté reste tout de même son nouveau moteur de traitement d’image, GEGL, en haute définition. Il est rehaussé par des changements plus visibles : interface, présentation visuelle plus moderne, extensions via des greffons. On compterait déjà 80 filtres basés sur GEGL.

GIMP n’est pas encore un outil capable de remplacer à 100% Photoshop pour les puristes, mais pour la plupart des opérations de retouche et de traitement d’images, il n’a plus grand-chose à lui envier.

GIMP 2.10
GIMP.org

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , , | Commentaires fermés sur GEGL, le nouveau moteur de GIMP 2.10

Firefox 60 : WebAuthn et la personnalisation en entreprise

Posted by CercLL sur 11 mai 2018

Firefox 60 est plus léger sur Android, affiche une nouvelle page d’accueil et se dote de WebAuthn. Quant à Firefox Quantum for Enterprise, la version peut maintenant être personnalisée par les employeurs.

 

La version Entreprise présentée aujourd’hui intègre une nouvelle fonctionnalité qui permet aux DSI de configurer Firefox pour leur entreprise, soit en utilisant la stratégie de groupe sous Windows, soit en utilisant un fichier JSON qui fonctionne sur les systèmes d’exploitation Mac, Linux et Windows.

RR ou ESR

Les professionnels peuvent choisir de déployer le Rapid Release (RR) standard de Firefox ou l’Extended Support Release (ESR). La version standard de Rapid Release se met à jour automatiquement avec des améliorations de performances et de nouvelles fonctionnalités à peu près toutes les six semaines, tandis que l’Extended Support Release reçoit généralement ces fonctionnalités lors d’une grande mise à niveau annuelle.

Les deux versions reçoivent des mises à jour de sécurité critiques dès qu’elles sont disponibles. Ce jour, la version Extended Support de Firefox devient la version 60.

WebAuthn : couche supplémentaire de sécurité

Firefox est le premier navigateur à prendre en charge un nouveau standard de sécurité, Web Authentication (WebAuthn).

Avec Firefox, WebAuthn permet aux internautes d’utiliser un seul périphérique tel qu’un YubiKey pour se connecter à leurs comptes en ligne sans saisir de mot de passe. Ils peuvent également l’exploiter comme mode d’authentification secondaire après avoir entré un mot de passe. Seuls les sites Web ayant adopté WebAuthn reconnaîtront votre YubiKey et vous autoriseront à y accéder.

Pour l’essentiel, WebAuthn est un ensemble de règles anti-phishing qui utilise un niveau élevé d’identifiants et de cryptographie pour protéger les comptes d’utilisateurs. Il prend en charge divers moyens d’identification tels que les clés de sécurité physiques aujourd’hui.

Dans le futur, ces moyens d’identification pourraient s’ouvrir aux téléphones mobiles ou mécanismes biométriques, y compris la reconnaissance faciale ou les empreintes digitales.

‘Nouvel Onglet’ revu et corrigé

Le Nouvel Onglet était l’une des fonctionnalités déployées par Mozilla avec Firefox Quantum l’année dernière. Elle avait été lancée comme un aperçu visuel des principaux sites déjà visités par l’utilisateur, son historique récent et ses marques-pages, ainsi que des recommandations.

A partir de maintenant, la page Nouvel Onglet inclura une plus grande diversité d’informations. « Sites Les Plus Visités » est l’une des fonctionnalités les plus demandées et contiendra non plus six mais huit icônes. Quant à la taille des « Éléments-Clés », elle a été augmentée.

Android : nouveau moteur CSS

L’un des éléments qui a permis le lancement réussi du navigateur Firefox Quantum a été l’ajout du nouveau moteur CSS, Stylo. Il est écrit en Rust, un langage de programmation système que Mozilla a lancé.

La technique annonce pouvoir mieux gérer appareils mobiles avec plusieurs cœurs optimisés pour une faible consommation d’énergie.

Le nouveau Firefox

Source toolinux.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Firefox 60 : WebAuthn et la personnalisation en entreprise

Firefox 60 est là : Web Authentication, gestion des cookies, Modules ES6 et Policy Engine

Posted by CercLL sur 10 mai 2018

image dediée

Après une longue période d’attente, l’API Web Authentication débarque dans Firefox. Une première grande avancée pour la connexion sécurisée et simplifiée en ligne. Mais Firefox 60 apporte bien d’autres nouveautés.

Comme prévu, une nouvelle version de Firefox est disponible aujourd’hui, la 60. Il s’agit d’une édition longue durée (ESR), au support plus long. De cette mouture, beaucoup retiendront l’introduction d’articles mis en avant via une offre publicitaire et le service Pocket, racheté par Mozilla en février 2017. Elle ne se limite pourtant pas à cela.

Cette nouvelle source de revenus pour la fondation, qui doit l’aider à moins dépendre d’acteurs comme Google, a de toute façon été pensée de manière à préserver la vie privée des utilisateurs et peut être désactivée à tout moment. De plus, elle ne concerne que les États-Unis pour l’instant.

Web Authentication, Policy engine et gestion des cookies

La première grande nouveauté de Firefox 60 n’est pas spécialement mise en avant dans les notes de version. Elle est pourtant loin d’être anodine : il s’agit de l’API Web Authentication (WebAuthn). Comme nous l’expliquions récemment, ce standard permet d’utiliser une clé de sécurité USB, telles que les Yubikey, pour se connecter à des sites compatibles.

Autre avancée que nous évoquions en janvier, la mise en place du Policy Engine qui doit favoriser le déploiement et la gestion de parcs exploitant Firefox en entreprise. Une vidéo a été mise en ligne pour l’occasion.

La gestion des cookies et du stockage a également été revue, afin d’être plus claire et donner plus de contrôle à l’utilisateur. Dans la pratique, tout est désormais concentré dans la section Cookies et données de sites, alors qu’il fallait précédemment alterner entre Historique et Données des sites :

Firefox 59 cookiesFirefox 60 cookies
Firefox 59 / Firefox 60

Mozilla précise que Quantum CSS est désormais utilisé pour le rendu de l’interface et que la touche F9 peut être utilisée pour activer le mode de lecture Zen. La section consacrée à un nouvel onglet s’adapte quant à elle aux écrans larges, met en avant les éléments sauvegardés dans Pocket et propose plus de fonctionnalités pour réorganiser l’ensemble.

Petits ajustements et modules ES6

De petites retouches sont aussi présentes, comme une meilleure gestion de la vie privée autour de la caméra, une amélioration de l’audio pour WebRTC sous Linux, l’ajout de l’occitan, et autres correctifs de sécurité. On notera d’ailleurs que cette version est la première à ne plus reconnaître les certificats Symantec émis avant le 1er juin 2016.

La roadmap 2018 évoquait également l’arrivée du TCP Fast Open et de la Retained Display List pour Firefox 60, mais aussi des modules EcmaScript 6, permettant de réutiliser des portions de code plus simplement. Sous Android, il est surtout question de l’ajout du moteur CSS Stylo.

Pour rappel, les prochaines grandes nouveautés seront le Tab Warming attendu pour Firefox 61, le blocage de certaines publicités dans Firefox 62, les Web Components pour Firefox 63 et Web Render pour Firefox 64. Le tout sera accompagné d’ici peu d’un nouveau gestionnaire de mots de passe, Lockbox.

Source nextinpact.com

Posted in Uncategorized | Tagué: , , | Commentaires fermés sur Firefox 60 est là : Web Authentication, gestion des cookies, Modules ES6 et Policy Engine

 
%d blogueurs aiment cette page :